Azar Majedi, présidente de l’Organisation pour la Libération des Femmes en Iran

Publié le 21 octobre 2007 - par
Share

Riposte Laïque : Depuis les attentats de Londres, as-tu senti une prise de conscience nouvelle, en Grande-Bretagne, du danger du communautarisme ?

Azar Majedi : Il est difficile de juger l’opinion publique britannique étant donné qu’elle est généralement manipulée par les medias. Pour ce qui concerne l’arène politique britannique, je dois dire qu’elle n’a pas changé. Le gouvernement britannique continue sa politique d’apaisement de ceux qui s’autoproclament leaders musulmans. La consultation des ces religieux afin de « vaincre le cœur de la communauté musulmane » est la politique clé du gouvernement britannique.

Malheureusement, il s’est crée un climat de méfiance entre la communauté musulmane et l’opinion publique. La communauté musulmane se sent isolée et discriminée. Elle a été stigmatisée. C’est le résultat négatif de la tension actuelle. Certains britanniques soupçonnent ceux qui se considèrent musulmans, ont leurs origines dans une région du monde associée avec l’Islam ou bien ont les traits d’un « musulman »,d’être des terroristes. Cette attitude intensifie les tensions et la friction à l’intérieur de la société et creuse le fossé.

La position adoptée par la gauche, qui croit peut-être bien faire, pour combattre le racisme et la stigmatisation de la communauté musulmane, est de soutenir le mouvement islamique, le voile, l’apartheid des sexes, et toutes les valeurs islamiques, qui sont profondément réactionnaires, discriminantes et misogynes. Tout cela est mauvais. C’est cela qui s’appelle du racisme ! Dire en effet que l’apartheid des sexes et la discrimination sont bons pour les « musulmans », c’est adopter une politique de deux poids deux mesures. Il faudrait avant tout faire la distinction entre « musulmans ordinaires » et le mouvement islamique.

Puis on devrait prendre la liberté de critiquer l’Islam tout comme on prend la liberté de critiquer n’importe quelle autre religion, idéologie ou croyance. Cependant , une partie du mouvement de gauche ne fait pas la distinction entre ces catégories et accepte l’autoproclamation des « leaders musulmans ». Le mouvement islamique ne représente ni les musulmans ni les souffrances du peuple palestinien ou irakien. Il faut le souligner.

Je crois qu’on a besoin d’un débat sain. Il faut critiquer l’Islam et le mouvement islamique et en même temps combattre le racisme, la stigmatisation et défendre les droits individuels. Depuis les événements tragiques du 11 septembre, on a sapé les libertés civiles à l’intérieur de la société au nom de la sécurité. Il faut essayer d’inverser la tendance.

Riposte Laïque : Que penses-tu du projet de Grande Mosquée du maire de Londres, Ken Livingstone ?

Azar Majedi : Je m’y oppose complètement. On n’a pas besoin d’autres mosquées. Il y en a déjà trop. Ce qu’il faut c’est davantage d’écoles de qualité pour les enfants et les adolescents de la communauté musulmane, plus de subventions pour améliorer leur instruction, plus de centres de loisirs et d’équipements sportifs. Il faut investir beaucoup plus dans ces communautés afin d’améliorer leur environnement social.

Les mosquées sont le lieu où l’on pratique un lavage de cerveau des enfants et des jeunes. Généralement les jeunes défavorisés et marginaux sont attirés dans ces mosquées, où on leur inculque la haine ainsi que des valeurs réactionnaires et misogynes. On a prouvé que certaines de ces mosquées, par exemple celle de Finsbury, ont été utilisées pour former les terroristes. Il faut aussi savoir que les gouvernements islamiques comme celui d’Iran ou d’Arabie Saoudite, soutiennent ces projets monumentaux. Ceci en dit long sur les objectifs de construction de tels monuments.

Riposte Laïque : Quelle est ta position, toi qui combats l’Ian des ayatollahs, sur les menaces de guerre, relayées par Bernard Kouchner ?

Azar Majedi : Oui, je suis une fervente opposante du régime islamique d’Iran. C’est un régime brutal qui a exécuté plus de cent mille personnes. C’est une dictature brutale qui opprime le peuple et qui est misogyne dans l’âme. Je combats ce régime depuis sa naissance.

Ceci dit, je dois admettre que je suis complètement opposée à la guerre. Les attaques militaires seraient catastrophiques. C’est le peuple iranien et la région qui souffriraient à cause de cette guerre. A mon avis, il s’agit d’une guerre de terroristes.

Il existe deux pôles du terrorisme : le terrorisme d’état et le terrorisme islamique. Ce sont ces deux pôles qui veulent mettre le feu aux poudres. Une telle guerre n’aurait aucun impact positif, ni pour le peuple iranien, ni pour la région, ni pour la paix. Cette guerre renforcerait le régime islamique, de même que la guerre en Irak renforce les islamistes et le régime islamique d’Iran, de même que la guerre au Liban renforce les Hezbollah et le mouvement islamique.

Dès que la menace se fera imminente, le régime imposera des restrictions dont le peuple souffrira. Il réprimera toute forme de protestation. Il exécutera les gens de manière toujours plus impitoyable. La guerre serait aussi une catastrophe pour l’environnement. Si on attaque les sites pétroliers, ce sera l’enfer nucléaire dans la région. Ceci favoriserait le terrorisme. Il suffit de tenir compte de la situation en Afghanistan, en Irak et au Liban.

Il y a des gens en Iran qui s’opposent au régime. Il y a un grand mouvement de protestation en Iran : ouvriers, féministes, jeunes luttent pour mettre fin aux restrictions et pour une liberté culturelle. Il existe un mouvement laïque considérable en Iran. La guerre aurait des effets dévastateurs sur ces mouvements progressistes. Le slogan devrait être : « Non à la guerre et non au régime islamique ! ». Les mouvements de gauches et progressistes du monde entier devraient soutenir les mouvementsprogressistes d’Iran.

Il faudrait aussi dénoncer la propagande belliciste des USA. Le démentèlement de l’arsenal nucléaire iranien n’est qu’un prétexte pour justifier la guerre, de même que la destruction des armes de destruction massive en Iraq était un pur mensonge. Le gouvernement des USA a été défait en Iraq. Pour reconquérir sa place de leader mondial, il a besoin d’une autre guerre. C’est le régime islamique qui a en réalité gagné la guerre en Irak. En attaquant l’Iran, les USA montreraient au monde qu’ils sont encore suffisamment puissants pour s’attaquer à leur régime et à n’importe quel pays, tant qu’à faire.

Riposte Laïque : Comment as-tu réagi à l’affaire des Vosges ? Face à l’offensive du voile sur toute l’Europe, penses-tu que l’interdiction est la bonne réponse ?

Azar Majedi : C’est un vaste sujet. Je dois tout d’abord dire que je suis contre le voile, qui est l’outil et le symbole de l’oppression et de l’asservissement de la femme. De plus aujourd’hui le voile est devenu la bannière du mouvement islamique. Beaucoup de femmes en occident, au Moyen Orient et en Afrique du Nord portent le voile pour afficher leur position politique. L’oppression américaine, la guerre en Irak et au Liban, le soutien d’Israël contre les palestiniens ont poussé beaucoup de femmes à porter le voile pour protester contre la politique américaine et occidentale.

Je me bats contre le voile et dénonce sa nature. De plus je suis pour l’interdiction du port du voile par les mineurs. Je pense qu’aucune fillette ne doit être obligée de porter le voile. Un enfant n’a pas de religion. C’est la religion de ses parents qu’on lui inculque. Le voile limite le développement physique et intellectuel d’un enfant et doit être interdit. Je suis aussi favorable à l’interdiction de la burka partout. Cependant je ne pense pas que le port d’autres styles de voile par les adultes doive être interdit, sauf dans les lieux et institutions publiques, sinon on limiterait le droit des individus à choisir leur religion et leur tenue vestimentaire.

Une interdiction totale aurait un effet négatif plutôt que positif, ne permettrait d’atteindre ni les objectifs d’une liberté libre et laïque ni la concrétisation des droits et libertés des femmes. Au lieu de faire campagne contre l’intediction totale du voile, il faut se battre contre le voile, le mouvement islamique et l’agression américaine. Il faut s’opposer aux deux pôles du terrorisme afin d’ouvrir les yeux des femmes qui ont soi-disant choisi librement ce symbole comme prise de position politique. Le mouvement islamique essaie de se faire passer pour le libérateur des peuples de Palestine, du Moyen Orient et d’Irak. C’est un mensonge éhonté qu’il faut dénoncer. Il faut lutter contre les islamistes et leur bannière, le voile, sur le plan idéologique et politique.

Propos recueillis par Rosa Valentini

Share

Les commentaires sont fermés.