Bien sûr que les prières dans la rue, les voiles, le halal et les mosquées sont des symboles d’occupation et de conquête !

Publié le 12 décembre 2010 - par - 500 vues
Share

La bien-pensance politico-médiatique française nous joue depuis samedi un de ces grands numéros de lynchage qui font partie des armes du politiquement correct, depuis plus de vingt ans. La cible désignée, cette fois : Marine Le Pen. La cause : la fille à son père a osé parler « d’occupation » en évoquant les prières musulmanes illégales qui se multiplient dans les rues de France.

http://videos.tf1.fr/infos/2010/propos-de-marine-le-pen-sur-les-prieres-de-rue-indignation-au-ps-6183821.html

C’est bien évidemment immédiatement la curée ! Les Montebourg, Mrap, Mennucci, Lozes et autres Copé, relayés par des journalistes aux ordres, défendent à qui mieux mieux leur fonds de commerce, et participent activement au lynchage. Marine Le Pen, la fille à son père, est forcément nostalgique de l’Occupation, c’est une méchante fasciste, et elle insulte gravement les musulmans qui auraient – le ridicule ne tue pas – libéré Marseille, si on en croit Mennucci, et elle incarnerait un courant de pensée qui s’est vautré dans la collaboration !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=O46G4bfnOMw[/youtube]

Riposte Laïque, qui dénonce, grâce aux vidéos de Maxime Lépante, depuis plus d’un an, les prières musulmanes illégales dans les rues de Paris d’abord, et d’autres villes de France, ne peut que se réjouir qu’une personnalité politique présidentiable relaie cette dénonciation. Certes, les républicains de droite préféreraient que cela vienne de l’UMP ! Certes, les Républicains de gauche préféreraient que cela vienne du PS ou du Parti de Gauche. Mais force est de constater que ceux-ci, non seulement sont silencieux sur ce scandale, mais, pire, le cautionnent, par la politique de Delanoé-Vaillant ou celle des différents ministres de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy.

Nous affirmons que l’islam n’est pas une religion, mais un projet politico-religieux totalitaire, et qu’il ne sait exister que par la conquête. Il faut aujourd’hui être aveugle, sot ou complice pour ne pas voir, dans le quotidien, cet esprit de conquête, en France et dans nombre de pays européens.

Ecoutons René Marchand, écrivain, journaliste, auteur de « La France en danger d’islam », qui interviendra le 18 décembre prochain, aux assises internationales sur l’islamisation de l’Europe, décrire cette réalité, dans un article publié récemment par Riposte Laïque.

« Dans une première phase, les opérations s’articulent sur trois axes :

– D’abord, faire venir en Europe le maximum de musulmans (ou de migrants susceptibles d’être islamisés, comme les Noirs d’Afrique).

– Les réislamiser, ce qui ne veut pas tant dire leur apprendre ou réapprendre les dogmes et lois de l’islam, les inciter à fréquenter la mosquée… Non, les réislamiser, c’est d’abord les doter de signes et de comportements marquant leur qualité de membres de la umma et, donc, de rendre impossible leur intégration dans le pays d’accueil. Comment ?

– les prénoms des enfants. Donner à un enfant un prénom musulman, c’est le tatouer à jamais comme musulman, ainsi que toute sa descendance, car un musulman ou un enfant de musulman ne peut quitter l’islam : c’est le crime d’apostasie, punissable de mort. Aujourd’hui, dans toute l’Europe, la pression sur les immigrés est telle qu’aucun d’eux ne peut appeler son rejeton Marcel, Alain ou Isabelle.

– le voile des femmes, qui signifie non seulement un statut diminué, mais aussi l’interdiction du mariage avec un non-musulman ; le voile, c’est le fanion d’une armée.

– le ramadan : le mois lunaire de jeûne a une fonction policière de premier plan : il permet de détecter les « mauvais musulmans », qui seront châtiés en conséquence et ramenés par la pression de la communauté dans le droit chemin.

– les mosquées, évidemment, qui sont bien autre chose que des « lieux de prière », à la fois mairies, lieux de réunions pour la politique et la propagande (c’est dans les mosquées que sont nés tous les mouvements d’opposition au « modernisme »), écoles, centres de formation continue, éventuellement casernes…

– les mœurs, les habitudes alimentaires (la viande halâl, licite…), qui, comme les prénoms et les vêtements, sont des marqueurs au quotidien, permanents, de l’identité et des rappels à ne pas se laisser entraîner vers l’assimilation à la société d’accueil.

– Habituer les Européens au « fait musulman », les amener à considérer la présence de l’islam comme « normale », non dérangeante et définitive, ce qui conduit à laisser aux envahisseurs toute latitude pour mener à son terme leur projet de conquête. Les prénoms, les voiles, les mosquées, le ramadan, la viande halâl… doivent être banalisés peu à peu sur notre territoire. La revendication pour des « arrangements raisonnables », au nom de notre tolérance, des droits de l’homme, du respect dû aux religions…sera méthodique, incessante, portant ici sur la séparation des hommes et des femmes dans les piscines, là sur tel ou tel chapitre de l’enseignement non conforme à la doctrine islamique.
Il s’agit, on le voit, d’une conquête par petits bouts, portant à la fois sur les lois, les mœurs, les paysages…, « en peau de panthère », pour arriver à la reconnaissance par la loi d’une communauté identitaire – qu’on pourra qualifier de « religieuse » par ethnocentrisme – à l’intérieur de chaque pays, autrement dit : la libanisation.

L’étape suivante – tout aussi programmée – est la conquête du territoire lui-même. »

http://www.ripostelaique.com/Ne-concevoir-l-islam-que-comme-une.html

René Marchand, et Riposte Laique, vont bien plus loin que Marine Le Pen, qui, par ailleurs, refuse de demander pardon à la bien-pensance et aux musulmans pour ses propos : « Je réitère qu’un certain nombre de territoires, de plus en plus nombreux, sont soumis à des lois religieuses qui se substituent aux lois de la République. Oui il y a occupation et il y a occupation illégale. J’entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc ».

Là encore, ce que dit la vice-présidente du FN n’est que l’exacte vérité, constatée douloureusement dans de nombreux quartiers de France et d’Europe. Ce n’est pas parce qu’on ne partage pas certaines orientations de Marine Le Pen (notamment sur la peine de mort) qu’il faut, pour prouver qu’on est progressiste, faire du déni de réalité.
Cette réalité, nous voulons qu’on puisse l’entendre, ce samedi 18 décembre, à Paris, espace Charenton, de 9 heures à 18 heures. 25 intervenants, venus de plus de 10 pays européens, d’Algérie, des Etats-Unis, des écrivains, intellectuels, hommes politiques, féministes, syndicalistes, amèneront leur témoignage. Oskar Freysinger, qui, en une année, a animé deux votations suisses, sur les minarets, et sur les étrangers délinquants, interviendra pour la première fois en France.

Nous avons, à cette occasion, là encore, une nouvelle illustration de ce que disait Pat Condell : « La vérité, c’est qu’en Europe aujourd’hui, la gauche est bel et bien devenue la nouvelle extrême-droite. Cela se manifeste très crûment, en Grande-Bretagne, par cet étrange assortiment de gens qui se haïssent eux-mêmes, d’anti-démocrates, de relativistes, d’étudiants boutonneux, d’islamistes, d’antisémites et de fascistes d’extrême-gauche, qui composent l’organisation ironiquement dénommée « Unis contre le fascisme ». Son mode d’action principal est d’attaquer violemment les manifestations pacifiques avec lesquelles ils sont en désaccord, comme le feraient des casseurs et des gros bras nazis. Ils craignent la liberté d’expression, car ils savent qu’ils défendent l’indéfendable. « Unis contre le fascisme », mais pas contre le fascisme religieux… Cela pourrait offenser les fascistes. Il ne faut pas y songer ! »

Comment ne pas penser aux propos de l’acteur britannique, quand on lit la prose de deux adjoints au maire de Delanoé, un obscur radical de gauche, Fabrice Moulin, et un sinistre croisement de Mélenchon et de Staline, le haineux Alexis Corbières.

http://prg-paris12.20minutes-blogs.fr/archive/2010/06/16/le-prg-a-demande-l-interdiction-de-l-apero-saucisson-et-pina.html

http://www.alexis-corbiere.fr/index.php?post/2010/12/10/Pour-l-interdiction-d-un-rassemblement-de-provocateurs-delirants-dans-le-12e

Tous deux réclament l’interdiction de l’initiative du 18 décembre. Ils n’ont jamais eu la moindre initiative contre les prières musulmanes illégales dans les rues de Paris. Ils montrent surtout leur vrai visage : ce sont des fascistes de gauche, hostiles à la liberté d’expression.
Historiquement, les descendants de Voltaire, les défenseurs de la liberté d’expression, se situaient dans la mouvance de gauche, tandis que les ennemis de la liberté, du droit de critiquer une religion notamment, se situaient à droite, et chez les fondamentalistes catholiques. Aujourd’hui, comment mieux illustrer la thèse de Pat Condell que de lire la prose des deux petits khmaires-adjoints de Delanoé ?

Naturellement, les islamistes, qui poussent des grands cris contre les assises internationales du 18 décembre, sont ravis de constater que, comme pour le 4 septembre, ils peuvent compter sur des collaborateurs qui leur évitent de faire le sale boulot, et de montrer au grand jour leur vrai visage. Ce ne sont pas les disciples des gardiens de la Révolution en Iran qui interdisent toute critique de l’islam, qu’elle vienne de Marine Le Pen ou des Résistants du 18 décembre, ce sont les descendants de Doriot ou de Déat, déguisés laïques de gauche.

Cerise sur le gâteau, les intégristes catholiques ont eux aussi entamé la danse du scalp, croyant, les benêts, que parler de l’islamisation reviendrait à attaquer le principe de toutes les religions quand il faudrait au contraire que les catholiques s’unissent contre ce qui tend à faire disparaître les racines chrétiennes de notre pays, nos jours fériés et nos crèches, parce qu’ils choqueraient un certain nombre de musulmans disparaissant de nos écoles, de nos lieux publics, comme le jambon, la jupe, les décolletés, pour ne pas parler des idées lumineuses de certains gauchistes appelant à transformer nos églises en mosquées !

http://www.chretiente.info/201012110904/les-assises-internationales-sur-l%E2%80%99islamisation-de-nos-pays-un-piege-contre-les-religions/

Que d’ignorance, que d’aveuglement dans notre pays ! Et quand, en plus, on découvre l’énorme travail accompli par les Etats-Unis pour nous imposer l’islam et la diversité pour mieux nous faire disparaître et mieux nous imposer leur ordre mondial, c’est le silence total à gauche. Rien. Pas un mot devant ce qui, il y a à peine dix ans, aurait déclenché une révolution dans les medias et aurait fait défiler nos élus et nos intellectuels dans les rues, exigeant du gouvernement qu’il exige des explications, le renvoi de l’ambassadeur et empêcher toutes les manigances américaines…

http://www.ripostelaique.com/Les-Etats-Unis-misent-sur-la.html

Mais non, dès qu’il s’agit d’islam, ils sont tous tétanisés, au garde-à-vous, admirateurs du fascisme vert, et osant, quel paradoxe, insulter Marine le Pen parce qu’elle met, tout simplement, le doigt sur les horribles compromissions de la France et de ses élites ! Faut-il rappeler à nos islamo-collabos de gôche que le Grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin El Hussein a symbolisé à lui seul la carte musulmane jouée pendant la seconde guerre mondiale par Adolf Hitler et Heinrich Himmler ? Le Grand Mufti de Jérusalem réussit à séduire le maître de l’Ordre noir SS par son allure « aryenne ». Les yeux très bleus et la barbe rousse, il a joué au Viking pour séduire les obsédés du racisme nordique. Ce curieux personnage a joué à la fois au mystique et au guerrier.

Après la victoire allemande à l’Ouest, en juin 1940, Amin el Hussein écrivit personnellement à Hitler : « Le peuple arabe attend avec confiance votre victoire finale ». Pour le Grand Mufti de Jérusalem, l’alliance entre le pangermanisme et le panarabisme pouvait aboutir à la réalisation du vieux rêve d’unité et d’indépendance du monde arabe.
Heinrich Himmler aimait à répéter : « Toutes les religions détruisent la fierté guerrière de l’homme. Une seule me paraît possible : l’islam. La foi musulmane n’empêche pas les fidèles de se battre ».

Le sinistre commissaire politique Alexis Corbières termine son courrier en expliquant que la mairie de Paris va demander l’interdiction des assises internationales laïques. N’en déplaise à ce petit Pol Pot, nous sommes dans un état de droit, et la salle que nous avons louée est privée. Seule donc, la Préfecture aurait la possibilité d’interdire ce rassemblement, et on se demande bien sous quel prétexte il serait possible, dans un Etat de droit, d’interdire, dans un lieu privé, de discuter du sujet de son choix !

Il serait d’ailleurs extravagant que ceux qui ferment les yeux en cautionnant les prières musulmanes illégales dans les rues de Paris interdisent une réunion internationale, et fassent ainsi honte au pays de Voltaire.

Malgré les diatribes menaçantes des islamistes et les vociférations du Mrap, des khmaires de Delanoé, des islamogauchistes et de toute la bien-pensance, nous donnons rendez-vous à tous nos amis, à partir de 9 heures, ce samedi 18 décembre. Nous leur conseillons de venir dès le matin pour deux raisons. D’abord, la qualité des intervenants, et ensuite le fait que nous sentons que cela va être un grand succès, et qu’il vaut mieux assurer sa place en arrivant de bonne heure.

6 mois après l’apéro saucisson-pinard du 18 juin 2010, faisons des assises internationales sur l’islamisation des pays européens du 18 décembre 2010 une date historique, qui marquera une étape dans l’indispensable résistance à la montée du fascisme islamiste et de ses collaborateurs zélés.

http://www.ripostelaique.com/Le-programme-des-assises.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.