Bombe iranienne, Hulot et le Titanic, France 2 promeut les collèges islamistes, le prince Jean Sarkozy…

Publié le 19 octobre 2009 - par
Share

L’Iran veut continuer à enrichir de l’uranium… pour faire sa bombe ! Les représentants de la communauté internationale se couchent…

On apprend comme de bien entendu que l’Iran veut continuer à enrichir de l’uranium, avec ses 10 sites opérationnels officiels. On peut déjà envisager ce que les discussions sur le programme nucléaire iranien qui reprennent ce lundi à Vienne entre des représentants de Téhéran, des Etats-Unis, de la Russie et de la France, vont donner, rien une fois de plus.

On nous dit que l’affrontement diplomatique sur le dossier du nucléaire iranien continue, rien n’est plus faux ! Au contraire, on laisse à l’Iran, une dictature fasciste qui assassine son opposition à l’intérieur et soutien toutes les factions extrémistes et terroristes à l’extérieur, préparer sa guerre nucléaire.

Il y a deux semaines, les occidentaux osaient saluer ce qu’ils nommaient une « petite ouverture » de Téhéran pour donner le change à leur lâcheté politique.

Téhéran, qui avait accepté à Genève de livrer 80% de son uranium enrichi à moins de 5% à des pays tiers – sans doute la Russie et la France – pour obtenir en contrepartie de l’uranium enrichi à 19,75%, garantie d’un usage civil du combustible atomique, a tout remis en cause.

Le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali Shirzadian, a campé ce lundi sur une ligne plus dure. Selon l’agence Irna, il a «catégoriquement démenti» le fait que la République islamique pourrait accepter de renoncer à ses activités d’enrichissement en vue d’obtenir de l’uranium enrichi à 20%.

Il a indiqué que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad était à l’origine de la proposition de Genève. «Avec cette proposition, l’Iran veut seulement faire baisser les coûts et démontrer sa volonté de s’entendre avec les autres pays. Cela ne signifie en aucun cas l’arrêt de l’enrichissement en Iran ou le transfert des activités d’enrichissement en dehors du pays», a-t-il ajouté. «La République islamique d’Iran continuera l’enrichissement de l’uranium jusqu’à 5%, mais si les négociations ne donnent pas de résultats adéquats, nous commencerons à produire de l’uranium enrichi à 20% et ne renoncerons jamais à notre droit». On ne saurait être plus clair en matière de doigt d’honneur fait à la communauté internationale, pourtant, pas de réaction !

Au lieu de chercher par tous les moyens à mettre Israël au ban des nations à coup de rapport l’accusant de crime contre l’humanité par des membres de la commission de l’ONU des Droits de l’homme inféodée aux pires dictatures et pays qui piétinent ces mêmes droits avec Khadafi comme figure de proue, on ferait mieux de réagir tant que cela est encore possible à cette provocation de l’Iran qui n’en restera pas là ! Car de l’intimidation, on pourrait vite passer demain à l’action côté iranien, et cela risque de faire autre chose qu’un bilan du type de celui des événements de gaza pour lesquels on met Israël en procès comme si la guerre ne faisait pas de mort !

Mais il semble que ce pays, l’Iran, qui étouffe comme sous Pinochet au Chili son opposition dans le sang et a d’inscrit dans sa philosophie le djihad avec en haut de sa liste Israël, n’inquiète pas nos têtes pensantes de la diplomatie internationale qui sont sans doute par trop ramollis par les diner officiels, les voitures de fonction et les dorures des salons où on cause…

Demain, si le pire arrive, c’est eux qu’il faudra aussi juger !

M. Hulot fait un film : « Le syndrome du Titanic » ou comment l’écologie capitaliste a le vent en poupe pour couler l’homme avec le progrès

Dans le prolongement du film d’Al Gore ou de Leonardo di Caprio, Nicolas Hulot a voulu apporter sa pierre à l’édifice du catastrophisme général qui lui a permis de jouer le rôle qu’on sait lors des dernières élections présidentielles et du grenelle de l’environnement. Il faut dire qu’il connait bien le système qu’il défend côté business : la marque Ushuaïa (dont il tire profit via TF1) et les sponsors de sa fondation lui rapporte une fortune : EDF, Bouygues, Saint-Gobain, Orange…

M. Hulot pourrait faire rire tout cela n’était qu’un sketch, mais la notoriété étant la première valeur de notre société elle permet aujourd’hui à des animateurs d’émission grand public de se faire passer pour des scientifiques qu’ils ne sont sous aucune couture et jusqu’à prétendre pouvoir dire l’avenir au point d’être cru!

Ce fameux film passe encore un degré dans l’opération de culpabilisation générale qui occulte les grands problèmes contemporains qui éreintent les hommes de la planète qui risquent de mourir de faim et de misère, de régression versus écologie, bien avant les conséquences des prophéties de fins du monde qu’on ne cesse de nous vendre à toutes les sauces.

Même Cohn-Bendit trouve qu’il y va fort et n’a pas pu s’empêcher de commenter le film à la sortie de sa projection en avant-première : « c’est trop de culpabilisation ! » Oups ! La presse qui fait ses choux gras avec ce thème sans discontinuer est partagée, de Télérama qui regrette le ton de Nicolas Hulot qui « ne laisse place ni à la pédagogie, ni à des solutions concrètes. Pas même un peu d’espoir. » au Figaro qui estime que Le Syndrome du Titanic est « bourré de sentences lourdes et banales » et donne « envie de polluer »

Home serait « sans conteste le meilleur des films du genre proche du ‘grand public’ mais la puissance du message et la charge émotionnelle du Syndrome du Titanic ne laisseraient pas indifférent… »

Tous ces films en réalité ne reposent que sur du sable, des présupposés plus proches de la prédication religieuse que de la réalité scientifique, car la science se discute alors qu’ici le discours est entré dans l’ordre du sacré, et gare à ceux qui ose émettre un doute !

La force de ce discours tient précisément dans cette stratégie immémorial du gouvernement des âmes par la peur avec ses sauveurs qui font injonction à tous de leur remettre le sort commun entre les mains pour faire oublier aux individus leur statut de citoyens qui les place en position d’agents de leur histoire. Tous les systèmes en crise montrant leur incapacité à répondre aux besoins de l’homme ont tenté de se survivre à eux-mêmes sur ce mode…

Les artifices de l’image avec ses prédicateurs patentés sont mis au service d’un système dont le but unique est de porter l’exaspération de la situation réelle sur un imaginaire trempé dans une paranoïa qui fait tomber tout le reste dans l’oubli, à l’image de l’hypothétique grippe « A » après le scandale d’une vache folle qui n’a fait mourir de rire que ceux qui avaient compris dès le départ qu’il s’agissait d’une énorme farce bien moins écologique que politique.

Ce dont il s’agit, c’est bien d’occuper les esprits, de les distraire pour éloigner les consciences des questions essentielles, à savoir : La destinée humaine est-elle pour toujours réduite à un monde divisé entre une immense majorité de spoliés, expropriés des richesses qu’ils créent et une minorité de riches égoïstes crachant sur l’intérêt général et le bien commun ?

Rien d’étonnant à ce que le thème du réchauffement climatique offre aux gouvernants toutes les raisons de surtaxer ceux du peuple, déjà largement exsangues. C’est le nouveau dada du capitalisme, spolier les peuples tout en les soumettant à un nouvel ordre implacable au-dessus des démocraties et des partis propre à une nouvelle dictature au nom d’écologie, avec sa distribution de stars qui s’en mettent plein les poches à coups de prophéties délirantes et ridicules tout en se donnant bonne conscience de participer à la grande cause de l’histoire, quitte à lui faire faire marche arrière toute tant qu’ils restent dans le peloton de ceux qui en profitent quoi qu’il arrive.

Il n’y a rien de la modernité dans tout cela bien au contraire, que de l’aliénation à l’hydre capitaliste. Ce Titanique là c’est un cheval de Troie pour faire couler à pic ce que contiennent d’optimiste les facultés de l’homme par lesquels il se dépasse en s’émancipant de tout avec le progrès.

Collège islamique à Aubervilliers : Pour le JT de France 2, un modèle du genre qui devrait être soutenu pour répondre à des besoins communautaires… Scandaleux !

Décidément, le journal de 20 h sur France 2 s’illustre en contrefaçon et manipulations en tous genres dès qu’il est question d’évoquer la place de l’islam en France.

Déjà, il y a quelques semaines en plein débat sur la question de savoir s’il fallait interdire la burqa en France, on était allé chercher une musulmane prétendant défendre sa liberté en la portant. Bien qu’exprimant qu’elle était dans une démarche salafiste, autrement dit pour l’application de la charia via la lapidation pour adultère entre autres archaïsmes barbares, aucune question qui fâche ne lui avait été posée, laissant ainsi le champ libre à l’islamisme de la pire facture.

Voilà que dimanche soir 18 octobre on nous présente un collège islamique dit « collège de la réussite », comme un modèle d’école dont on vente l’encadrement et la discipline, parce qu’il y a 100% de reçus au brevet, avec évidemment de petits effectifs par classe, et un prix de la scolarité à 2200 euros par an. C’est sûr, pas un cheveu ne dépasse… des voiles.

Modèle de tolérance, c’est l’évidence, les élèves filles sont pratiquement toutes voilées, avec bien sûr un enseignement religieux et prières à la clé à la récrée, ce qui ne pose aucun problème dans le commentaire quand au risque d’enfermement communautaire et de dérive islamiste avec tous les reculs en matière de droits des femmes et de respect des lois communes, de remise en cause de la laïcité, de négation du vivre ensemble. Ces jeunes gens qui vont dans ce collège ne se mélangeront jamais avec des non musulmans ! Quelle formidable perspective come forme de société que cela nous promet. Mais aucune réflexion sur le sujet, non, ce ne serait vraiment pas bien du tout et si stigmatisant !

Mieux, on se lance dans une plainte selon laquelle cette école devrait être sous contrat pour permettre que les salaires de ses enseignants soient pris en charge par l’éducation nationale. On regrette qu’une seule de ces écoles soit sous contrat, alors que l’Académie n’a pas assez de moyens pour satisfaire ce qui est présenté comme un légitime besoin communautaire » …

Voilà comment on justifie le repli sur soi et les mises à part ! Bravo à France 2 et à la bien pensance boboïsante et pleine d’ignorance de la commentatrice qui fait ici le lit d’une société fracturée en communautés au lieu du mélange et de l’égalité. On se demande qu’elle est la mission de service public ici, du traitement égal de ses téléspectateurs ou de faire une télé à la carte selon la religion ou la couleur ! En d’autres temps en France on aurait appelé ça du racisme !

Le système Sarkozy s’installe en grand dans les Hauts de Seine : Monsieur le Président place son fils !

La prochaine nomination de Jean Sarkozy à la tête de l’Etablissement Public d’Aménagement de la Défense n’est pas passée inaperçu, c’est que le Président de la République entendait bien se faire remarquer ici, de cette manière qui est celle des démagogues qui savent se faire élire par le peuple pour le piétiner ensuite en pratiquant la politique du clan. Une façon de se poser un peu plus en dieu auquel rien ne peut être refusé.

Lui qui vante tant la méritocratie comme le meilleur des systèmes de sélection possible, fait la promotion de son fils en raison de sa naissance… Il a voulu faire rêver les banlieues à coup de discrimination positive, souhaitant remplacer le principe d’égalité par celui de l’équité, comme si ce dernier terme faisait sonner plus juste la notion de justice sociale, pour en réalité montrer ici dans toute sa splendeur la supercherie ! Il défend avant tout une justice de classe, et réserve un discours d’équité à ceux qu’il entend diviser en origines, couleurs, cultures et religions, afin qu’ils ne puissent y faire barrage.

Déjà élu cantonal, puis président du groupe UMP au Conseil général du 92, par un jeu de piston venu du parti présidentiel, Jean Sarkozy à 23 ans a pour seul diplôme pour prétendre à présent occuper les responsabilités qui lui sont promise à l’EPAD, une simple filiation. A l’EPAD, Patrick Devedjian doit renoncer en raison de la limite d’âge pendant que le vice-président de l’établissement vient « miraculeusement » de se désister de la succession. La voie est libre pour Jean Sarkozy.

On sait que la Défense est l’une des zones d’affaires les plus riches d’Ile de France et une des premières à l’échelle européenne, dont l’EPAD gère l’aménagement. De juteux contrats immobiliers vont y être conclus derrière le projet d’agrandissement de la zone qui doit presque doublée son volume de bureau… Dans la perspective du « Grand Paris » lancé par son père, cette place est une aubaine qui va permettre d’installer un véritable système assurant à une famille une sorte de mainmise sur une partie du bien commun à des fins d’intérêts privés.

On est en droit de se demander ce qu’il va rester de notre République après ce que lui fait subir ce restaurateur des pires travers du pouvoir discrétionnaire. Peut-être bien l’envie de refaire la révolution !

Guylain Chevrier

historien

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.