Bonne année, bonne charia

Publié le 3 janvier 2011 - par
Share

Une nuit de réveillon, quelques amis à la maison, champagne, foie gras, saumon : une Saint Sylvestre comme les autres, quelque part en Seine Saint Denis. Il fait bon, et il est doux de passer ces moments dans la détente, la joie, l’insouciance et la sécurité…

La sécurité ? Dans la maison, du moins. Dehors, pas loin, un homme tire sur des forces d’occupation (des policiers, en fait), en blesse un, et se fait tuer à son tour.

Dehors, pas loin, vers minuit, la tradition du feu de joie trouve une nouvelle jeunesse dans des feux de voiture, aux Bosquets. Des jeunes heureux de fêter leur existence pacifique et constructive en France.
Dehors, pas loin, quelques heures après minuit, une voiture bélier enfonce la porte de l’église évangélique de Montfermeil. Les occupants du véhicule sortent, et incendient les lieux. Sans nul doute, des retraités portugais de 75 ans.

Ailleurs, très loin, alors que des coptes d’Alexandrie célèbrent la nouvelle année en assistant à la messe, un attentat à la bombe, devant l’église, tue 21 personnes et en blesse 79 autres. Un journal télévisé moins pudique que les autres montre un tas de morceaux de corps péniblement regroupés sous des toiles imprégnées de sang.

Alors si heureuse qu’ait été la fête, si réjouissants que soient les vœux échangés, on se réveille le cœur lourd, plein d’angoisse, sentant la guerre à sa porte. Et l’on aurait presque envie de se souhaiter une bonne année de Charia, une bonne année de voile intégral, une bonne année d’interdits, de peurs, de restrictions, d’épouvante. On se le murmure, malgré les mises en garde de proches qui vous trouvent peu « modérée ».

On aimerait bien l’être, modérée, mais voilà : il y a ces femmes si jeunes que l’on croise dix fois par jour, empaquetées de brun ou de noir, ces femmes qui couvrent cheveux, épaules, corps, mais laissent quand même le passant admirer de la lèvre pulpeuse et de l’œil tartiné de khôl, dans un mélange provocateur d’arrogance et de fausse « pudeur » islamique.

On aimerait bien l’être, modérée, mais il y a ces contribuables qui ploient sous les charges, tandis qu’un maire parisien souhaite « une bonne année de solidarité » à ses élus, tout en annonçant la construction d’un « centre culturel de l’islam » (soit une mosquée), dans le XVIIIème, pour la modique somme de 22 millions d’euro à la charge de la Ville, c’est-à-dire des Parisiens.

On aimerait bien l’être modérée, mais toute catholique que l’on soit, on ressent quelque exaspération devant le silence de ces fameux « musulmans modérés » incapables de se fédérer pour dénoncer l’intolérable antisémitisme et christianophobie de maints passages du Coran, si souvent appliqués ces derniers temps.

On aimerait bien l’être, modérée, mais il y a ce rabbin qui, au cours d’un trajet en RER, vous confie qu’il pense envoyer ses mômes dans un collège catholique pour qu’ils n’aillent plus en cours la peur au ventre.

On aimerait bien l’être, modérée, mais on se souvient de cette femme brandissant le drapeau islamique le 18 décembre dernier, et le présentant comme le proche fanion élyséen.

On aimerait bien l’être, modérée, mais on n’y arrive plus. On n’y arrive plus car on aime son pays, sa culture, son âme. On n’y arrive plus car les évènements nous empêchent de l’être.

Et l’on a beau se dire que ce monde n’est pas tout à fait mort, qu’il y a encore des Oskar Freysinger, des Pierre Cassen, des Christine Tasin, des Jacques Philarchein, des Renaud Camus, des René Marchand, des Xavier Lemoine et des Pat Condell, on a peur, tout de même. Peur que soudain la cruauté prime sur la justice, que l’amertume finisse par venir à bout des plus grandes patiences et les poussent au crime, peur que les bons paient pour les barbares, dans une de ces révoltes terribles dont notre peuple est coutumier…

Et l’on regarde l’année 2011 non sans courage, mais avec quelque angoisse. Et, croyant ou non, on se sent des envies de prières pour ce monde qui sombre dans le mensonge, le chaos et la guerre civile.

Antigone

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.