Carl Pincemin : Syndicaliste, je constate la nouvelle pression religieuse que subissent les entreprises

Publié le 21 décembre 2010 - par - 390 vues
Traduire la page en :

http://www.youtube.com/v/dZwBP7RwBwM?fs=1&hl=fr_FR</a&gt

Camarades syndiqués et camarades non syndiqué, je vous souhaite le bonjour..

Je me présente, je suis Carl PINCEMIN, délégué syndical de FORCE OUVRIERE.
Suis-je un homme de gauche, moi qui suis, ici, avec vous, alors que l’on vous présente comme des extrémistes de droite ?
Oui, je suis un homme de gauche, et je revendique d’avoir voté très souvent pour des personnalités de gauche t’elle que d’Arlette Laguillier ou Jean-Pierre Chevènement.

Donc vous voyez que nous ne sommes pas du même bord politique et pourtant je suis ici aujourd’hui avec vous.
Le député André Gerin m’a appelé à l’assemblée nationale française pour porter le témoignage de “l’intrusion dans le monde du travail” des faits religieux.
J’ai eu l’honneur de rencontrer les députés et de les informer de manière factuelle sur cette évolution dans les entreprises. Eux m’ont accordé 45 minutes.

Auparavant une petite parenthèse.
Avez-vous remarqué le silence de toutes les centrales syndicales et de leur directions y compris la mienne, sur cette intervention devant la représentation nationale.
Aucune critique sur mes paroles, aucun démenti.
Dans la sphère syndicale, il est rare de faire l’unanimité.
C’est pour cela qu’aujourd’hui, je suis fière de représenter la très grande majorité des travailleurs et des syndicats sur cette question.
La petite parenthèse étant finie, quelle votre la question que vous me poser aujourd’hui ?

L’islamisation de la France ? Au risque de vous décevoir, je ne vais pas travailler avec vous sur la totalité du sujet, mais au contraire je vais le restreindre à mon domaine de compétence qui est le monde du travail.
Pour reposer la question, il me faut la découper en au moins deux interrogations.

Première interrogation, avons-nous dans le monde du travail l’intrusion du fait religieux ?

Je pourrai répondre à cette question mais je ne vais pas le faire, je vais laisser une anthropologue donner sa réponse. DOUNIA Bouzar dans son livre « Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? » a répondu à cette question. Elle explique pendant deux cent pages que Oui aujourd’hui il existe des revendications purement religieuses comme l’exigence de disposer de salle de prière, ou d’horaire spécifiquement aménager pour prier. Ce sont des faits. Ils ne peuvent plus être niés ou ignorer.

Seconde interrogation : ces manifestations peuvent-elles entrainer pour les salariés un danger au sens où l’entendent les commissions hygiène et sécurité ? Le danger dans une entreprise ou une usines n’est pas seulement constitué la chute d’un objet, la coupure avec une scie ou la fracture d’un membre.

C’est aussi et surtout aujourd’hui de l’ordre de la pression mentale et de leur effet sur l’équilibre émotionnelle de l’individu. Vous avez tous été témoin d’une femme on d’un homme qui a craqué et qui a éclaté en sanglots, si vous avez des doutes allez rencontrer les familles des suicidés de France telecom et parlez leur du management.

Revenons à mon expérience. Pour illustrer le propos de la pression mentale je vais vous lire l’extrait d’un mail que j’ai reçu.
Dans le train qui me ramenait sur Paris après le travail, une maghrébine se plaignait auprès d’une collègue qui n’était pas de confession musulmane qui était obligée de porter le foulard islamique sur son lieu de travail à cause de la pression d’un certain nombre de ses collègues masculin de même confession.

Nous voici en présence d’une contrainte d’origine religieuse sur le lieu de travail dont l’origine n’est pas l’entreprise et n’est pas l’employeur.
Cette jeune femme et l’obligation qui lui est faite de porter le foulard et toutes les autres qui le portent volontairement nous confronte à deux notions celle de la liberté et celle de l’égalité. Il n’y a pas de liberté, s’il n’y a pas d’égalité. La liberté dans l’entreprise se fonde sur le principe non négociable de l’égalité. Pour ceux qui ne comprenne pas ce principe de l’égalité en entreprise.

Je vais prendre un exemple simple
Essayer de dire aux salariés que « seuls ceux de Strasbourg auront droit cette année aux cheques cadeaux pour Noël et que ceux de la ville de Rennes n’auront rien !!! » Imaginez ce qui va se passer dans le CE si vous ne respectez pas l’égalité !!!

Imaginons une entreprise de 100 personnes.
Aujourd’hui en France 15% de la population est possiblement proche de Mahommet. Dans notre entreprise de 100 personnes, ce seront 15 salariés qui vont demander une salle de prière. La direction approuve et fait suite à la demande. Comment gérer le droit de ceux qui sont athées, pour respecter l’égalité de traitement dans une entreprise ? Le fondement de notre société étant l’égalité, si je donne ne serait-ce qu’un avantage à l’un, je dois compenser ce geste par quelque chose d’équivalent à l’autre.

A Bordeaux des chèques-cadeaux, à Strasbourg un panier garni.
L’égalité est le fondement du traitement (par la direction) des travailleurs.

Oui mais si je suis athée. Pas besoin de salle de prière, pas besoin d’horaire aménagé pour les prières, pas besoin de nourriture spéciale.
Comment la direction va compenser le fait que l’on donne une salle de prière à quelques-uns.
Est-ce que la direction va compenser financièrement un acquis accordé à un groupe ?

Pour les Israélites qui n’ont pas de salle de prière 15€ de compensation financière, pour les bouddhiste 8€ et pour les autres mouvements religieux qui sont les raéliens 200€. Vous sentez bien que cela n’est pas possible, dès que le phénomène religieux apparait dans entreprise on ne peut pas compenser, on ne peut pas respecter l’égalité.

Pour bien vous faire comprendre ce concept.
Je vais revenir à mon voile islamique que beaucoup de jeune femme prétendent porter librement.
L’idée générale des défenseurs du port du voile est de dire c’est ma liberté, personne ne peut m’empêcher de la mettre en œuvre.
Je vous renvoie alors vers : la Cour d’Appel de Nancy, jugement du 29 novembre 1982.

– constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement, le comportement d’une salariée travaillant avec une blouse transparente sur une nudité complète du buste alors qu’elle était amenée à se déplacer dans les bureaux de l’entreprise.

Cette femme à utiliser sa conception de la liberté pour renier et retirer aux autres l’égalité. Vous en doutez ?
Si tu travailles les seins à l’air, moi qui suis naturiste je viens au bureau dans la tenue d’Adam. C’est l’égalité Tu as la liberté, et bien moi j’utilise le principe fondateur de notre société qui est l’égalité pour agir comme toi. Tu prends la liberté pour en faire ce que tu veux et par la même tu me retires ma liberté à moi.

C’est ce que nous dit la Cour d’Appel, on ne peut pas tout faire au nom de la liberté, il n’est pas possible de la confisquer pour son unique profit.
Le sentiment d’égalité nous le rappel.
Pour le foulard islamique dans les entreprises, ce n’est ni plus ni moins qu’un rapt de l’égalité déguisé en droit à la liberté. La liberté n’a de sens que si l’égalité la protège et la norme.
Ce que l’un fait, l’autre doit aussi pouvoir le faire de manière différente dans la forme mais égal dans son appréciation.
Et en matière religieuse ?
Quand l’autre est Athée et n’a que faire de la religion et ne demande rien.

Comment rétablir l’égalité de traitement, si quelque uns recoit des faveurs très particulières et que les autres n’ont pour privilèges que leur dignité à exposer ?

Si un comportement religieux exprime l’obligation du port du foulard, l’égalité doit permettre son équivalence. Or ce à quoi on assiste c’est le kidnapping de la liberté et la destruction du traitement égalitaire des salariés dans les entreprises

Si vous ne me croyez pas ?

Listons ensemble les faits religieux en entreprise

– Alimentaires (restrictions et prescription Hallal). Qui va jusqu’à ce qu’un cuisinier musulman ne touche pas à la viande de porc dans le restaurant d’entreprise

– Vestimentaires (voile).

– D’aménagement du temps de travail.
(fêtes religieuse, prières).

– De lieux de cultes. (salle de prières).

– De fin de la mixité dans les lieux de travail où les femmes et les hommes ne peuvent plus se cotoyer.

– Sur la tenue vestimentaire féminine, pas de jupe pas de t-shirt et en manche courte.

Comment compenser cette liste pour les athées si on donne ses faveurs aux musulmans ?
Moi je n’ai pas la réponse aujourd’hui.
Je vais développer deux cas.

Comme chacun sait, le ramadan 2010 s’est déroulé pendant la période estivale. Aujourd’hui nous avons des entreprises, qui interdissent à leur salariés blanc et donc vraisemblablement français et chrétiens à prendre leur vacances en août parce que cette période est réservé aux musulmans.

Dans le dossier que j’ai avec moi, la direction a demandé le certificat de conversion à l’islam pour autoriser le salarié à être en vacances au mois d’aout.

Je ne sais pas si vous vous rendez-compte où en sont arrivées les entreprises ? On demande un certificat de conversion pour partir en vacances au mois d’août !!!
Autres cas je suis formateur, je fais des formations informatiques et quelques fois j’ai des plateaux repas.
Il m’arrive d’avoir des musulmans qui viennent me dire, « je ne peux pas manger le plateau repas et même l’intégralité du plateau repas parce qu’il y a du porc.

Cela vient confirmer ce que dit Marine Le Pen « à partir du moment où il y a du porc dans un repas le musulman le refuse complètement, et déjeune ailleurs. »
Cette situation ne me pose aucun soucis si ce n’était que d’un coté des musulmans disent je ne peux pas manger de porc et des Chrétiens qui dissent je ne peux pas manger de viande Hallal parce que la prescription dans la religion chrétienne est que toutes viandes égorgées en direction d’une idole de terre ou de pierre est une viande impure.

Syndicaliste si je gère en CE, le restaurant, j ‘ai des salariés qui me demandent pas de Hallal ou pas de porc.
Comment voulez-vous que nous syndicalistes, nous gérions cette problématique ?
Ce n’est pas possible !!!
Le traitement de cette question « le fait religieux en entreprise » pourrait rester de l’ordre du comique si on n’avait pas une sorte de contre-revendication qui éclos dans les entreprises et qui refuse le religieux

Aujourd’hui cette contre-revendication je la vois elle est là devant moi, je ne peux pas l’ignorer je la vois, je suis syndicaliste, je vous vois je vous entends.
Si je vous entends nous devons agir ou nous devons réagir
Pour cela il est temps maintenant dans mon discours de prendre un peu de recul.

Il est tant de commencer à faire décanter tout ce que je vous ai dit.

1° On reconnait qu’il existe des faits religieux en entreprise.

2° Je vous ai apporté la preuve que les syndicats ne peuvent pas gérer le « Fait Religieux en entreprise »

Il va donc falloir prendre des décisions pour apporter des réponses
Pour trouver les réponses à ce que je viens de vous exprimer je me suis inspiré des expériences personnelles.

J’ai fait parti de sectes religieuses, dont l’Eglise de scientologie, et de SUKUOY MAHIKARI.
Quand j’ai voulu répondre à mes camarades syndiqués sur la question du « RELIGIEUX » c’est naturellement vers la MIVILUDES que je me suis tourné, et j’ai trouvé des choses très intéressantes dans la MIVILUDES.
Pour ceux qui ne connaissent pas ce qu’est la MIVILUDES, C’est Mission interministérielles de vigilances et de luttes contre les dérives sectaires.
Dans la MIVILUDES on trouve deux types d’outils qui vont me permettre de gérer le fait religieux en entreprise.

La MIVILUDES ne travaille pas sur le contenu religieux du message, elle ne discute pas de la réalité ou de l’existence de puissance surnaturelle, elle n’audite pas le paradis et les enfers pour savoir si le contrat de location permanent est mensonger. Ce n’est pas son boulot.
La MIVILUDES n’est pas dans le domaine du religieux,
On est dans la protection des individus et la détection des faits qui sont délictueux et qui concernent toutes les sectes et religions.

Le premier outils est une liste de 15 critères parfaitement bien identifiés qui définissent si une secte est dangereuse ou pas .
Dans la liste des critères on trouve, je cite : «l’offre de soins exclusive du recours à des pratiques conventionnelles éprouvés comme pour les maternités où trop souvent les médecins accoucheur sont agressés par les mahométans.
Il y a matière à écrire un livre sur les hôpitaux, il y a vraiment un problème dans nos hôpitaux et les syndicats des hôpitaux nous alarment sur ces cas.

L’autre outil est la liste des douze thèmes qui « teste le comportement d’un groupe qui inquiète ».
La LISTE DES DOUZE THEMES QUI « TESTE LE COMPORTEMENT D’UN GROUPE QUI INQUIETE » !!!

Je crois que là, nous effectivement les outils pour savoir si aujourd’hui les faits religieux en entreprise posent problème(S) et si le « Problème » existe, il y a nécessité de le traiter, il suffit de prendre ce que les députés ont mis en place, et il suffit de passer au grille la religion musulmane pour savoir si elle est un danger pour les entreprise ou pas.
J’invite donc les députés à ce saisir du problème et à émettre un avis.

Je vous remercie.

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi