Caroline Brancher veut guérir le cancer islamique avec des plantes et des prières

Publié le 21 septembre 2009 - par - 356 vues

Je trouve qu’on fait trop de cas du torchon de Caroline Brancher contre Riposte Laïque. Elle aligne nombre de citations censément accusatrices (dont beaucoup glanées sur d’autres sites ou des réactions d’internautes, ce qui fait un amalgame un peu malhonnête, mais passons) avec lesquelles je suis généralement à peu près en accord. Puisque le diagnostic est le même, il devrait nécessairement nous conduire aux mêmes conclusions. Eh bien non ! Alors que j’en conclus qu’on devrait déclarer RL d’utilité, que dis-je, de nécessité publique, Mme Brancher ne voit dans RL qu’une abomination raciste d’extrême-droite chrétienne, villiériste, ultra-sioniste, néo-nazi, xénophobe, islamophobe, homophobe, femmophobe, laïcophobe, claniste, communautariste, et j’en passe. Quelle dégelée ! Et elle pousse élégamment le MRAP à traîner RL en justice. Quel courage !

En somme, Riposte Laïque est raciste parce qu’elle refuse de se plier au distinguo imposé entre islam et islamisme. Risible quand on entend les islamistes eux-mêmes constamment affirmer qu’ils ne font rien de plus qu’appliquer scrupuleusement leur religion.

Le déni de réalité est une méthode vieille comme l’homo sapiens pour ne pas voir ce qui crève douloureusement les yeux. À court terme, il présente l’avantage de ne pas troubler sa rassurante perception idéalisée du monde. À plus long terme, malheureusement, il n’empêche pas les catastrophes annoncées et il ne permet pas de s’y préparer, ce qui les rend d’autant plus graves. Refuser de voir le réel n’a jamais empêché celui-ci de nous revenir inéluctablement et brutalement en pleine figure.

Caroline Brancher est comme un charlatan qui, après avoir constaté avec le médecin que le patient est dans un état visiblement alarmant, se met à critiquer le praticien (mal-pensant, ancien cégétiste, trop vieux, fumait des joints quand il était au lycée), refuse les traitements appropriés qu’il prescrit (trop forts, trop de médecine lourde déshumanisée, trop de médicaments qui engraissent les labos, pas naturels, pas écolos) et propose à la place des tisanes, des bains de siège (froids), des incantations et des prières. Quelques processions également si nécessaire. Avec ça, le cancer peut continuer à proliférer en rigolant.

Peut-être inspirée par le film de Jean Yanne de 1972 : « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », Caroline Brancher, en accord avec les « boutiquières de ProChoix et autres UFAL » (André
Dufour) et une bonne partie de la bien-pensance de gôche, nous affirme aujourd’hui que tout le monde, surtout musulman pratiquant, il est beau, tout le monde, surtout hostile à nos valeurs républicaines, il est gentil. Mais c’est oublier que le film de Jean Yanne était une satire féroce qui tapait avec bonheur (et un succès public mérité) sur la radio, les journalistes, l’église catholique, dieu, Jésus-Christ.

Qui oserait aujourd’hui faire un remake de ce film avec un imam dans le rôle du curé, Allah dans celui de dieu, Mahomet dans celui de JC, l’islam remplaçant le Vatican et Al Jazeera à la place de la radio commerciale vendue à la pub ? Personne, car ce serait raciste, évidemment !

Mme Brancher semblant avoir une dent toute particulière contre Anne- Marie Delcambre, qui collabore à LibertyVox et non à Riposte Laïque, j’ai retrouvé ce que cette dernière écrivait en juin 2007 (http://www.libertyvox.com/article.php?id=255), en réponse à une méchante critique de… Caroline Brancher, déjà !

Quoi qu’on pense d’Anne-Marie Delcambre, sa réponse à la fatwa contre elle de Caroline Brancher peut s’appliquer, sans rien y changer, à la fatwa contre Riposte Laïque.

Michel Tonarelli

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi