Chers camarades du PS, République et laïcité, cela vous parle-t-il encore ?

Publié le 4 janvier 2010 - par
Share

« Chers socialistes, chers camarades,

Quand j’écris « camarades » cela ne veut pas dire que je suis membre du Parti Socialiste, mais simplement que je suis de gauche et que j’ai toujours voté à gauche, le plus souvent pour le Parti Socialiste (sauf évidemment en 2002…) depuis l’âge de 21 ans (âge du droit de vote à l’époque) Ayant maintenant 68 ans cela fait beaucoup de bulletins de vote en votre faveur…

Aujourd’hui je suis déçu d’abord par vos querelles intestines qui durent depuis trop longtemps et du lamentable spectacle que vous nous donnez, par votre déconnection de la réalité de l’état de la France et du mal vivre des français, et par vos élus devenus des notables de la politique plus soucieux de clientélisme que de rigueur républicaine. Tout ceci est déjà suffisant pour avoir de votre parti une image négative et pour me poser la question si on peut encore le nommer « socialiste ». Et voilà que, cerise sur le gâteau, je suis complètement ébranlé et consterné par la dernière déclaration de Benoît Hamon (qui heureusement a pris la précaution de s’exprimer à titre personnel) : « je suis opposé à une loi contre le port de la burqa » c’est son droit. Mais il rajoute : « le Parti Socialiste va bientôt se réunir pour débattre de la question et pour prendre position sur ce sujet » Alors là les bras m’en tombent : quoi, le parti Socialiste n’a pas encore d’opinion sur le fond ? Il ne sait pas encore s’il faut une loi ou pas pour interdire sur la voie publique un « vêtement » qui, à minima, pose un problème de sécurité ? Je veux bien qu’il attende sagement que la mission parlementaire fasse la synthèse de ses travaux sur le port de la burqa mais il pourrait avoir déjà, au moins, un avis sur la question et le dire bien haut.

Après toutes les entorses faites à la laïcité par vos élus : tolérance des prières sur la voie publique et financement d’une mosquée par Daniel Vaillant, maire du 18 ème arrondissement de Paris, réception de la fête de l’Aïd aux frais des contribuables par Bertrand Delanoë, maire de Paris, horaires aménagés dans une piscine municipale pour les femmes musulmanes à Lille dont Martine Aubry est maire et de surcroît secrétaire générale du Parti Socialiste !!! Et j’en passe…cela fait vraiment beaucoup.

A part quelques élus de votre parti dont il faut saluer le courage (mais n’est-ce pas plutôt simplement qu’ils font le boulot normal que devrait faire votre direction?) vous manquez cruellement de convictions et de fermeté politique pour prendre une résolution mais surtout en général pour garantir les plus élémentaires principes républicains que tous les élus, de droite comme de gauche, doivent appliquer. Si les élus ne donnent pas l’exemple comment s’étonner que nombre de français se posent des questions sur leur identité nationale ?

La laïcité est un principe extraordinaire que vous devriez être les premiers à défendre et que beaucoup de citoyens du monde aimeraient bien voir appliqué dans leur pays. Ce système nous a toujours permis de vivre ensemble mieux que partout ailleurs puisqu’il nous garanti des guerres de religions en n’en reconnaissant aucune en particulier et qu’il considère qu’elles se valent toutes, ni plus ni moins. Il leur garanti le droit d’exister dans la limite du droit et du respect des autres. Il garanti aussi le droit à chacun de pratiquer la religion de son choix ou de n’en pratiquer aucune.

Ce n’est pas parce que nous sommes confrontés aujourd’hui à une remise en cause de cette laïcité par une offensive d’intégristes de tous bords qu’il faut se planquer derrière une soi-disant « volonté d’assurer la paix civile » (Daniel Vaillant) en procédant à des concessions inadmissibles. Il faut au contraire être très ferme sur ce principe de laïcité qui justement nous permet de vivre en paix. Et de la part d’hommes de gauche que vous prétendez être la fermeté sur ce principe est la moindre des choses.

Si vous n’arrivez pas à vous ressaisir il est évident que vous allez faire le lit à une droite populiste qui boit actuellement du petit lait et guette votre dernier faux pas. Certes vous n’êtes pas seuls responsables des dérives actuelles : le gouvernement actuel, Sarkozy en tête et quelques élus de droite y ont leur part. Mais justement de leur part ça étonne moins…

Je vous salue bien et j’ose garder quelque espoir qu’être républicains de gauche veut dire encore quelque chose pour vous. »

Claude Picard

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.