Christine Tasin menacée de mort ? Elle l’a bien cherché !

Publié le 8 septembre 2010 - par - 3 841 vues
Share

Christine a donc reçu une deuxième menace de mort en 24 heures.  » Une Fatwa a été prononcée contre toi, tous les musulmans de france et de navarre ont le devoir d’exécuter cette dite fatwa où qu’ ils se trouvent , La loi dans le coran dit que celui qui blaspheme l’islam doit etre poursuivi et chatié » . Le titre du message était clair : « Le blaspheme est un delit dans l ’islam ! »

La police juge cette menace sérieuse. Christine a alerté sa hiérarchie professionnelle, qui examine les dispositions à prendre. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas encore si des mesures particulières seront prises par les autorités, et lesquelles.

Comme d’habitude, nous parions qu’il n’y aura aucune protestation de la part des autorités musulmanes de ce pays.

Que faire dans ce cas ? Médiatiser ou ne pas médiatiser ? Si nous choisissons de ne pas médiatiser cette affaire, Christine sera exposée seule et devra affronter seule cette menace de mort. Si nous médiatisons trop, c’est prendre le risque d’attirer l’attention de cinglés qui nous auraient ignorés… La présidente de Résistance républicaine a choisi de réagir, en publiant un texte, et en tenant une conférence de presse, ce samedi, à 12 heures, à Issy-les-Moulineaux, lors de la convention nationale du Rassemblement pour l’Indépendance de la France, où elle interviendra, en compagnie de Pierre Cassen, dans l’après-midi, sur le thème de la liberté d’expression (quel flair politique de la part des organisateurs !).

Mais le plus inquiétant, dans cette affaire, est que cela ne surprenne plus personne. Nous sommes dans un pays où on a fini par admettre qu’il est inévitable, quand on s’attaque, comme le font Christine, les rédacteurs de Riposte Laïque et d’autres, à la réalité de l’offensive islamiste, de subir des intimidations physiques, voire des menaces de mort.

Nous sommes dans un pays où le rappeur Cortex – caricature effrayante d’une barbarie qui gangrène notre pays – peut, avec les quelques mots de vocabulaire dont il dispose, appeler ouvertement à la haine et à la violence physique contre nous, sans subir aucune poursuite des autorités.

http://www.youtube.com/watch?v=ymNszz25_YE

Combien de personnes ne viennent-elles pas nous voir, en nous félicitant de notre courage ? Nous ne nous considérons pas comme des gens plus courageux que d’autres. Dans de nombreux pays, manifester son opposition à un régime peut valoir la prison, la perte de son travail, des violences physiques ou la mort. En France, on n’en est pas encore là, même si la menace islamiste progresse, et accentue la pression sur les esprits libres qui n’entendent pas se laisser intimider.

Nous nous souvenons, lorsque le philosophe Robert Redeker avait dû cesser ses activités professionnelles, et déménager dans l’urgence, de l’hypocrisie de nombre de bien-pensants qui, la bouche en cul-de-poule, nous jouaient la partition : « Certes, nous condamnons ces menaces ignobles, mais… ». Et de se lancer dans des jugements moralistes sur le contenu de l’article paru dans Le Figaro, pour finir par sous-entendre : « Il l’a bien cherché ».

Nous entendons déjà ces propos vis-à-vis de Christine, dans la bouche de ceux qui nous qualifient de racistes, d’agents de l’extrême droite, voire qui viennent, comme à Toulouse, agresser nos amis quand ils organisent un paisible apéritif républicain sur les bords de la Garonne.

Nous les entendons aussi de la part de ceux qui, se qualifiant de laïques, regardent ailleurs, depuis vingt ans, ne veulent pas voir la réalité de la menace islamiste et qui, pour mieux justifier leur manque de courage, cherchent à nous salir et à nous discréditer dans les milieux progressistes. Eux qui se déchaînent à la première occasion contre le pape, ou le dalaï lama – quel courage ! – ne pourront s’empêcher de s’exclamer, le sourire en coin : « Elle l’a bien cherché ! »

Sans doute l’avait-il bien cherché, Theo Van Gogh, assassiné en pleine rue par un musulman de nationalité hollandaise, né aux Pays-Bas, Mohamed Bouyeri, qui, à son procès, n’a manifesté aucun remord, affirmant que telle était sa mission, et que s’il devait recommencer, il le ferait.

Et combien d’autres, contraints de vivre sous protection policière 24 heures sur 24 ?

Sans doute l’avait-elle bien cherché, Ayaan Hirsi Ali, qui avait osé, dans des termes qu’aucun occidental n’osait utiliser, critiquer l’islam et son prophète, et appeler les Européens à se réveiller.

Sans doute l’avait-il bien cherché, Geert Wilders, pour avoir osé publier le film « Fitna », montrant que les crimes islamistes sont directement issus de sourates du Coran.

Sans doute l’avait-il bien cherché Nacer Kader, musulman modéré qui, au Danemark, a reproché aux extrémistes leur attitude lors de l’affaire des caricatures…

Sans doute l’avait-elle bien cherché, Taslima Nasreen, romancière bengalaise, condamnée à mort par les islamistes, et se réfugiant de pays en pays.

Sans doute l’a-t-elle bien cherché Mina Ahadi, cette iranienne réfugiée en Allemagne, qui, après avoir osé dénoncer les crimes d’honneur, s’est permise de s’afficher apostate, ainsi que 400 hommes et femmes dans sa situation.

Sans doute l’avait-il bien cherché, Salman Rushdie, en 1989, quand il a osé publier les « Versets sataniques ».

Sans doute l’ont-ils bien cherché, ces dessinateurs suédois ou danois, qui ont échappé à plusieurs tentatives d’assassinat pour avoir osé dessiner le Prophète…

Et sans doute l’avaient-ils bien cherché, en France, ces médecins frappés par des maris violents parce qu’ils voulaient soigner leur épouse, ces malheureux agressés, tous les ans, parce qu’ils ne respectaient pas le ramadan, ces filles menacées parce qu’elles refusent de porter le voile, ou d’accepter un mariage arrangé au bled…

Certains continuent pourtant à nier cette réalité, à faire du relativisme, à nous dire que toutes les religions se valent, et que nous n’avons pas à considérer que l’une est plus dangereuse que l’autre, que c’est laïquement incorrect, que notre islamophobie est suspecte, ne cacherait-elle pas un racisme larvée…

Sans doute sont-ce les disciples du Vatican, ou du dalaï lama qui, dès qu’ils le peuvent, multiplient les attentats-suicides, lapident les femmes, pendent les homosexuels, agressent les autres croyants, incendient leurs lieux de culte, font exploser des bombes…

D’autres continuent à nous parler de la religion d’amour et de paix, seulement pervertie par des extrémistes très minoritaires.

D’autres, enfin, ne nous pardonnant pas notre action, tentent de nous calomnier, de nous salir, voire de nous interdire toute manifestation publique.

Islamistes, gauchistes, bien-pensants ne nous feront pas taire. La France est considérée comme le pays de la Liberté et des Droits de l’Homme. Nous sommes les héritiers du chevalier de La Barre, de Giordano Bruno et de tous ceux qui ont payé de leur vie leur combat contre l’obscuratisme. Nous continuerons donc, menaces de mort ou pas, agressions ou pas, calomnies ou pas, à mener notre action, à réveiller les consciences, et à expliquer que les menaces de mort subies par Christine ne sont que la continuité de l’offensive du voile, du voile intégral, du halal, du ramadan, des mosquées… bref de la volonté d’imposer la charia aux lois de la République, en France, de substituer à la démocratie un fascisme politico-religieux qui progresse de manière inquiétante, en France et en Europe.

Hier, nous refusions le totalitarisme stalinien, ou le totalitarisme fasciste, aujourd’hui nous refusons le totalitarisme islamiste.

Nous savons que la majorité des citoyens de notre pays, malgré le matraquage médiatique, partage notre inquiétude, et approuve notre combat. Nous avons choisi notre camp, c’est celui de l’égalité entre les hommes et les femmes, de la liberté d’expression, de la liberté de conscience, du droit de croire ou de ne pas croire, de la démocratie, de l’humanisme, de la fraternité…

Tout ce que les islamistes ne peuvent pas supporter…

Cyrano

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.