Comment Jean-Luc Mélenchon peut-il défendre la laïcité pendant 80 minutes… sans parler de l’offensive de l’islam ?

Publié le 24 juin 2008 - par - 662 vues
Share

Jean-Luc Mélenchon a un abord sympathique, et il mène avec brio, passion et compétence des combats républicains : défense de la langue française menacée par les langues régionales (1), services publics, non au T.C.E. puis au traité de Lisbonne, laïcité … On l’aime bien, Jean-Luc, à Riposte, comme on aime les quelques leaders républicains de notre pays (ils se comptent sur les doigts de la main).

Alors, forcément, les laïques que nous sommes attendaient beaucoup de sa conférence (2) du 5 juin « Laïcité partout pour tous ». Joli programme. Vaste programme. Déception.

On attendait une défense de la laïcité, on a eu presque exclusivement une attaque en règle de la religion catholique.

On attendait une évocation des risques encourus par la laïcité, partout en France, on a eu les risques de la théorie du choc des civilisations de Huntington.

On attendait une évocation des atteintes aux droits des femmes, comme la « laïcité pour tous » pouvait nous y conduire légitimement, on a eu le procès de Sarkozy.

Voilà pour le fond ; pour le reste, Jean-Luc Mélenchon n’était pas au mieux de sa forme, comme s’il était vaguement gêné de traiter un sujet qu’il ne maîtriserait pas bien … Bref, après une heure et demie de visionnage, on est obligé de recommencer en s’obligeant à prendre des notes, parce que la première fois on a écouté jusqu’au bout en se demandant à quel moment il allait vraiment entrer dans le vif des débats avant de s’apercevoir que les préliminaires étaient le plat de résistance;

Certes, Mélenchon est cultivé, il a l’honnêteté intellectuelle de citer ceux qu’il attaque, il a un débit agréable et un langage clair, mais… on ne peut se départir d’un sentiment de malaise à l’écouter : toute sa démonstration se résume en une phrase : le choc des civilisations de Huntington est l’anti-République laïque et Sarkozy en est le fer de lance, voire le suppôt en France.

D’abord, à dire vrai et paradoxalement, ce qu’il dit de Sarkozy me rend presque celui-ci sympathique (et pourtant, ses discours de Latran, Ryad et au Crif me sont insupportables) et je serais quasi rassurée de le savoir à la tête de la France puisque, comme le rappelle Mélenchon, il a prononcé ces magnifiques (horribles aux yeux de Mélenchon) phrases lors de son discours devant les ambassadeurs de France en juillet 2007 : « J’ai d’ailleurs voulu situer la France au sein de la famille occidentale », « je veux définir les valeurs essentielles de la France » et « le risque premier, c’est celui d’une confrontation entre l’islam et l’Occident « … Tout cela me paraît, à moi, béotienne ignare, frappé au coin du bon sens.

Tout d’abord, il me semblait bien, jusqu’à présent, qu’effectivement, il y avait une culture, un passé et donc une histoire commune qui reliait les peuples d’Occident, que ce soit l’Europe ou les Amériques, visibles à la fois dans la littérature, l’architecture, y compris les églises et cathédrales, les langues et l’art en général. Tout ce qui fait que l’on a des repères quand on parle de Shakespeare ou du gothique. Et j’avais toujours cru que cela créait du lien, donc que c’était positif.

La deuxième phrase de Sarkozy me fait également plaisir, parce que, pour moi, les valeurs de la France, ce sont celles héritées des Lumières, de la Révolution de 1789 et de la Déclaration des Droits de L’Homme et du Citoyen. Et que le Président de la République s’applique à les définir et à les rendre visibles à l’étranger est plus que normal. ( Mélenchon ne précise pas si ce sont bien ces valeurs dont parlait Sarkozy …).

Enfin, sa troisième phrase me semble témoigner de sa lucidité et ce ne sont pas les lecteurs de « Riposte Laïque » qui diront qu’il y a convergence de vue entre l’islam et l’Occident !

Eh bien il paraît que tout ça c’est pas bien, que c’est contraire à notre tradition républicaine parce qu’en fait Sarkozy serait un adepte à la fois des théories de Huntington et un pasticheur des discours de différents papes.

Et là tout s’éclaire, on commence à comprendre pourquoi, en introduction à un discours sur la laïcité, notre conférencier a évoqué pêle-mêle l’environnement, la démographie, la domination des U.S.A.… Non seulement il ne voulait pas parler de laïcité, il voulait en fait faire un discours politique et anticlérical et montrer en quoi Sarkozy était dangereux., mais, en plus, il a délibérément laissé de côté les problèmes de la laïcité que nous rencontrons, tous, partout, qui ne doivent pas grand-chose à Sarkozy (parce qu’ils ont commencé bien avant lui) et qui sont pour l’essentiel dus à l’islam, aux élus communautaristes ou aux militants associatifs qui ont des œillères et refusent de se pencher sur le problème.

Alors, évidemment, quand on a pris conscience de ça, on prend de la distance et on n’adhère pas à la laborieuse démonstration du Président de PRS.

Il part d’un état de fait, la domination, voulue, des U.S.A., militaire, économique et politique et pense que, conformément à la théorie du choc des civilisations de Samuel Huntington (le but de cet article n’étant pas d’en relayer le contenu ni d’en faire la critique, je laisse aux lecteurs le soin de se documenter et de lire l’ouvrage incriminé, fortement inspiré d’ailleurs des recherches de l’historien Fernand Braudel), le choc des civilisations, voulu par les U.S.A., qui auraient instrumentalisé le 13 septembre 2001 dans cette perspective, serait leur réponse face aux risques de perte de puissance, face à leurs problèmes économiques et face à l’émergence de la Chine ou de l’Inde ; en fait, face aux risques de disparition de la civilisation occidentale. Cela les conduirait aussi à développer la peur de l’islamisme. Par ailleurs, les « non-Occidentaux » seraient dans une phase de révolte contre « notre domination » et organiseraient la violence en représailles. On serait ainsi passés de la guerre froide à la guerre de communautés culturelles. De plus, Huntington montre que le cœur d’une civilisation est la religion, serait très (trop selon Mélanchon ) sévère sur l’islam et justifierait en quelque sorte la violence à cause des différences existant entre christianisme et islam, ce dernier étant responsable de bien des maux.

Jean-Luc Mélenchon s’inscrit en faux contre tout cela, il considère tout d’abord que l’on ne peut évaluer la dangerosité d’une religion (il devrait lire « Riposte Laïque » !) et, ensuite, il refuse que l’on définisse l’humanité par son identité religieuse. Si les Républicains que nous sommes partagent ce dernier point de vue en principe, il me paraît suicidaire de ne pas prendre en considération le fonctionnement de l’autre. Or, en l’occurrence, face aux républicains, il y a bien des gens qui, actuellement, se définissent par leur identité religieuse, et refuser le combat sur ce terrain, comme le fait le sénateur de l’Essonne, c’est leur abandonner le champ de bataille. L’attachement aux idéaux a des limites : si l’on ne peut pas se positionner comme laïque et républicain (et non spécifiquement occidental ni chrétien) par rapport à celui qui se décrète d’abord, voire uniquement musulman, ce dernier impose partout sa loi.

Désolée, Monsieur Mélenchon, mais nous ne devons pas tendre la joue gauche… Il y a bien une guerre actuellement, et ceux qui sont attaqués, ce ne sont pas les chrétiens, ce ne sont pas les « Occidentaux », ce sont les républicains, ce sont les défenseurs des droits de l’hommes, ce sont les femmes, ce sont les défenseurs de la liberté de conscience, ce sont les défenseurs de la liberté d’expression.

Je me moque des écrits d’Huntington comme de ma première chaussette, je n’ai pas besoin qu’un savant ou un intellectuel m’explique sa vision du monde pour savoir quand mes valeurs sont menacées, je n’ai pas besoin de me cacher derrière des phrases toutes faites et creuses comme beaucoup de militants qui, pour jeter l’anathème sur celui qui dénonce les méfaits de l’islam en France agitent le chiffon rouge d’Huntington ou de l’extrême droite. Il s’agit là d’une dérive boboïste dont nous payons de plus en plus cher le prix.

Il est navrant de voir quelqu’un comme Jean-Luc Mélenchon, qui pourtant dénonce le « boboïsme » de son parti, ne pas échapper à cette dérive et rejoindre, de plus en plus souvent, les positions de l’extrême gauche sur l’islam ou la sécurité. Il se met à aboyer avec les loups, et, lors de sa conférence, il se gargarise de citations papales dont il veut nous faire croire (malgré des différences nettes !) qu’elles ont inspiré directement Sarkozy. Et mettre en relation le libéralisme voulu par celui-ci, qui permet, comme Mélenchon le souligne à juste titre, à une caste de prélever les richesses d’un pays et une politique « de civilisation », chrétienne en l’occurrence, paraît assez tiré par les cheveux.

Bien plus grave, on se prend à penser que si Mélenchon avait raison… on pourrait presque trouver l’attitude de Sarkozy cohérente à défaut d’être judicieuse : en remettant en selle l’intérêt des religions il sortirait de sa manche de quoi faire reprendre corps au christianisme, symbole (à ses yeux comme à ceux de Huntington) de notre civilisation et donc seule force capable de mettre en échec l’islam !!! Puisque, d’après Huntington, que Sarkozy suit aveuglément selon Mélenchon, la seule façon de faire bloc face à l’islam, à la « civilisation musulmane » serait de lui opposer la « civilisation chrétienne » et, dans cette perspective, les discours de Ryad et du Latran prendraient une autre tonalité ; loin d’être des attaques contre la laïcité, ils seraient le garde-fou de nos valeurs républicaines contre l’islam qui veut s’imposer. Cela paraît fou et dangereux, car on prendrait le risque de redonner aux religions un poids dont nous avons mis trop de temps à nous débarrasser mais aussi, cela signifierait que la laïcité n’est pas une valeur suffisante ni suffisamment forte, pour résister aux offensives de l’islam. Si l’analyse de Jean-Luc Mélenchon sur Nicolas Sarkozy était juste (ce que je conteste), il nous faudrait alors constater que l’actuelle président de la République serait plus efficace pour lutter contre l’offensive de l’islam le sénateur de l’Essonne, qui ferme les yeux sur une offensive qui prend de l’ampleur, en France, depuis vingt ans.

Il est vraiment dommage que des gens de valeur comme Mélenchon, à l’instar des gauchistes, fasse de l’angélisme. Comment peut-il prétendre que « l’islam n’est pas une réalité politique mais une réalité religieuse » ? Il dénonce le risque de guerre civile, si nous suivons la logique du choc des civilisations. .

Que devons–nous donc faire pour éviter la guerre civile ? Renier nos principes et nos valeurs ? Voiler nos filles ? Enfermer nos femmes ? Supprimer la mixité et le bikini ? Interdire à Rushdie et à Redeker d’écrire ? Faire des autodafés des œuvres de Voltaire et emprisonner Hans Neuenfels pour sa mise en scène de « l’Idoménée » de Mozart (3)?

Ce n’est pas sérieux. Ce n’est pas souhaitable. Alors on vous invite, Monsieur Mélenchon, à cesser de mélanger les choses et à oser appeler un chat un chat : nous vous conseillons de proposer dorénavant deux conférences, une sur le libéralisme de Sarkozy, l’autre sur la défense, la vraie, de la laïcité, en péril dans notre pays. On sera à vos côtés dans les deux cas, et on espère retrouver le flamboyant orateur de la victoire du « non » au TCE.

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr

(1) http://www.gaucherepublicaine.org/2,article,2114,,,,,_Lanques-regionales-Mon-intervention-a-la-tribune-du-Senat.htm

(2) http://www.dailymotion.com/video/x5rc6t_jeanluc-melenchon-la-laicite-partou_news

(3) http://www.allemagne-au-max.com/forum/un-opera-de-mozart-deprogramme-par-crainte-des-religieux-vt1218.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.