Comment j’ai été empêché de vendre « Les dessous du voile »

Publié le 6 avril 2009 - par
Share

Les 4 et 5 avril, l’UFAL organisait à Saint-Denis ses deuxièmes rencontres internationales laïques.
La société des laïques et athées de Saint Denis avait réservé une table pour faire connaître ses publications.

J’ai pris la responsabilité d’y amener « Les dessous du voile ». Je savais qu’il y avait eu des désaccords avec la direction de l’UFAL, que dans le livre les différences de point de vues y étaient développées . Mais à mon sens rien de diffamant, cela faisant partie du débat d’idées.

Quelques minutes à peine, après avoir exposé le livre, la présidente de l’UFAL est venue sur un ton assez ferme me demander de retirer ce livre.

Devant mon étonnement et mon refus, elle me dit :

– Non, vous l’enlevez, ils nous cassent assez de sucre sur le dos.

– C’est de la censure, lui répondis-je.

Je n’entends pas la réponse mais je crois comprendre « prenez-le comme vous voudrez »

Donc, je retire le livre et plus tard, je vais discuter avec de jeunes militants de l’Ufal qui tiennent une table.

La jeune fille, sur on très sec, à propos de Riposte Laïque, me dit « Ils sont racistes ! »

Devant mes dénégations, son jeune collègue enfonce le clou et m’assène : « Ils luttent contre l’arabisation de la langue française, il faudrait, si on les suivait, supprimer le zéro ». Il continue « D’ailleurs, ils sont de plus en plus avec l’extrême droite comme l’avocat de de Villiers dont Anne Zelenski a fait l’éloge dans un article ».

J’ai cessé la discussion, mes arguments pour démontrer que Riposte Laïque n’était ni raciste, ni anti-arabe, ni proche de l’extrême-droite n’avaient plus de poids.

S’il y a eu un article sur la soi-disante arabisation de la langue française, j’avoue que quelque chose m’a échappé, que je n’ai du lire car je ne m’en souviens pas. (Je demande sur ce sujet, des éclaircissements : article réel ou fantasme de mon interlocuteur ?).

Pour la question de la proximité avec l’extrême-droite, même si c’est du délire, le choix de l’avocat dans le premier procès de Fanny Truchelut, (j’ai bien entendu tous les arguments), m’a quand même posé problème. Et pour éviter tout dérapage et les amalgames, il s’agit de rester très vigilant sur toutes les questions concernant l’islam et les maghrébins afin d’éviter toute récupération de l’extrème droite.

Moi qui étais allé à ces rencontres, assez serein, je me suis demandé après coup comment avait-on pu arriver à tant de haine. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le camp des laïques.

André Gomar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.