Commission Européenne et FMI, deux cancers pour la démocratie

Publié le 26 juillet 2010 - par
Share

L’offensive menée par la Commission Européenne flanquée du FMI présidé par notre socialiste Dominique Straus-Kahn, pour la diminution des salaires et la destruction des systèmes de protection sociale a visé plus particulièrement ce mois-ci la Hongrie.

Les représentants de ces 2 organismes ont décidé de rompre les discussions en cours avec le gouvernement hongrois, ce qui bloque le versement d’un prêt, et donc d’offrir le pays à la rapacité des marchés financiers, afin que leurs désiderata soient suivis d’effet lors d’une nouvelle rencontre prévue en septembre.

Les points du projet de budget hongrois jugés inacceptables par l’U.E. et le FMI: une taxe sur les banques, des dépenses de santé notamment trop importantes, une réforme- synonyme comme partout ailleurs de diminution- des retraites insuffisante et un nombre de suppression de postes de fonctionnaires beaucoup trop faible.

Rappelons que l’an dernier un processus à peu près similaire en Roumanie a abouti à une baisse de 25% des salaires et à une diminution de 15% des retraites.

En France la discussion parlementaire sur la « réforme » des retraites a commencé, à huis clos. « Le huis clos est utile à la démocratie » a tenu à déclarer la direction du parti socialiste, comme si cacher aux citoyens le contenu d’un débat et des positions défendues par les uns et les autres au sein de l’Assemblée Nationale ne constituait pas au contraire une dangereuse agression contre la démocratie.- Et que dire pour des parlementaires de refuser de prendre part à un vote-

Le Parti Socialiste et l’UMP ont-ils encore des points sur lesquels s’accorder en catimini?

Pourtant le partenariat qu’a offert le PS à la préparation-matraquage par l’UMP de la réforme des retraites a été ouvert et constructif. Dès fin janvier, Martine Aubry donnait l’accord sur le recul de l’âge de la retraite à 62 ans. Puis c’est Benoit Hamon qui expliquait sur RMC qu »il serait inadmissible que les salariés supportent à 100% le poids de la réforme », ce qui on en conviendra laisse une grande marge de manoeuvre à l’UMP pour définir le pourcentage acceptable! Et de mettre en avant ce qui va devenir le grand sujet de discussion -opposition : « la pénibilité », en ne se génant pas au passage pour expliquer que les cadres ne se fatiguent pas beaucoup – faut pas oublier qu’on est à la gauche du parti et donc plus proche de l’ouvrier-

La pègre qui infeste et infecte cités et quartiers.

Les obsèques du braqueur auraient rassemblé selon les médias de 300 à 500 personnes. Le cercueil était entouré par les anciens, les jeunes derrière. Manifestement Karim Boudouda jouissait d’un grand prestige auprés de la communauté musulmane de la cité de Villeneuve à Grenoble.L’imam qui participait à la cérémonie a estimé judicieux de glisser dans son intervention que le devoir d’un musulman était d’être un »modèle dans sa vie » Quel panégyrique pour ce truand de 27 ans condamné 3 fois en cours d’ assises pour vol à main armée et qui après un nouveau braquage,vêtu d’un gilet pare-balles, n’hésite pas à tirer au pistolet mitrailleur sur les policiers. Quel magnifique modèle pour une certaine jeunesse de son quartier, pour les « jeunes ».

L’imam aurait ajouté  » l’islam condamne toute forme de violence » mais il s’est bien gardé de condamner les exactions commises et la guerrilla menée contre la République par ces mêmes « jeunes »pendant 3 jours et les crimes commis par le défunt.

Une perquisition chez les frères du braqueur ont permis de découvrir plus d’un kilo de résine de cannabis et un arme de poing.Le plus âgé, 23 ans, a déjà été condamné 5 fois pour transport de drogue et violence.Vraisemblablement un modèle en train de se construire.

Et on arrive à la drogue.

Dans un article de Var-matin du 22 juillet, le préfet de police de Marseille, Philippe Klayman explique qu' »à Marseille, un plan stup rapporte entre 8000 et 10000€ par jour. Il y a plusiers plans stup par cité et Marseille compte 150 cités…Le trafic de drogue est au coeur de la délinquance: on fait un braquage puis on réinvestit dans la drogue, puis on réinvestit dans les armes,les jeux. Il faut commettre des crimes pour accéder au trafic de drogue, le plus lucratif. »

D’où vient cette drogue? Pour l’essentiel du Maroc. Le Maroc est le premier producteur de hashish, avec l’Afghanistan. Sa culture, illicite, s’étend sur 60000 ha dans le Rif principalement.Les routes du hash sont connues: par l’Espagne et la route avec tout un système de voitures leurres et autres et par la Méditerranée en cargos via les ports de commerce, notamment Alger- Marseille, ou avec les « go fast » chargés de « valises marocaines ». Les « go fast » sont des bateaux extrèmement rapides chargés de cannabis qui permettent aux traficants d’atteindre les Baléares pour éviter le détroit de Gibraltar très surveillé. La Marine nationale participe à la traque du trafic. Depuis 2006 elle a ainsi pu arraisonner 19″go fast », le dernier en date dans la nuit du 1er au 2 juillet, au sud de l’Espagne. Mais cela nécessite des moyens importants et coûteux: frégate, hélicoptère, commando marine disposant de son propre « go fast »… (cf Var Matin du 12 juillet 2010)

Questions. Comment cette culture illicite n’est-elle pas éradiquée par les autorités marocaines?

Comment les policiers ne voient-ils pas les camions qui viennent charger la drogue à Chefchaouen ou autres, comment la police maritime ou les garde- côtes marocains ne repèrent-ils pas ces dizaines de « go fast?

Les services de police marocains sont pourtant très efficaces quand il s’agit de faire la chasse aux chrétiens qui feraient du prosélytisme: arrestations, confiscations de Bibles et autres ouvrages religieux, expulsions, au nombre de 130 depuis le début de l’année.

Au Maroc manifestement on jouit d’ une liberté certaine pour produire la drogue et en faire le trafic mais d’ aucune quand il s’agit de présenter une autre religion que la religion musulmane, pas plus d’ailleurs que pour la critiquer ou faire état d’athéisme ou de laïcité.

Chez nous c’est exactement l’inverse.

Les activistes politiques musulmans, s’appuyant sur la pègre des cités, l’endoctrinement qu’ont subi dans leur société les immigrés et l’endoctrinement communautariste, oeuvrent à la destruction de notre modèle républicain, au compte de fait des intérêts de la bourgeoisie capitaliste,dans la perspective de l’instauration en France d’une théocratie musulmane.

Y faire barrage est le combat que s’honorent de mener Riposte Laïque et Résistance Républicaine.

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.