Conférence de Bat Ye’or au Canada, le 10 juin 2010 : Etat des lieux de l’Europe

Publié le 22 novembre 2010 - par
Share

Bat Ye-or dresse un état des lieux de l’Europe complètement soumise aux effets dévastateurs du Dialogue Euro-arabe et met en avant les perspectives inéluctables qui s’annoncent si rien ne vient contrecarrer à temps le projet démentiel de nos « élites ».

Le dévoilement du processus, une prise de conscience dans les « chaumières » est urgent car le temps est compté.

http://vimeo.com/12383402

Mesdames et messieurs, je voudrais d’abord remercier la Société Canadienne Internationale de presse et l’organisation de la Liberté d’expression de m’avoir invitée ce soir et de m’avoir offert la possibilité de vous parler des enjeux et des dangers qui se profilent dans l’avenir.
Mais je voudrais aussi remercier le professeur qui vient de me présenter d’une manière aussi élogieuse, merci beaucoup pour vos paroles tellement gentilles.

La situation politique actuelle en occident, particulièrement en Europe, résulte d’une politique planifiée.
Il est important de réaliser que ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas fortuit car si tel était le cas, nous n’aurions aucune possibilité de résister et de changer le contexte.
Mais comme il s’agit d’une politique planifiée, il est possible de la changer.
Et donc, si nous ne sommes pas d’accord avec cette politique, on doit pouvoir demander des comptes sur les erreurs commises.

Je décrirai la situation que nous connaissons aujourd’hui comme un déni, comme une désintégration nationale (Je parle de l’Europe, je ne connais pas la situation du Canada).
C’est un rejet de soi, c’est un état de dhimmitude, ce qui signifie soumission, et islamisation intériorisée.
Déjà en réagissant aux situations que nous voyons aujourd’hui, nous pensons comme des musulmans. Et je vais vous expliquer pourquoi. Et je vais vous expliquer pourquoi.. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Cette politique, qui a été imposée à l’Occident, présente de nombreux aspects. Mais elle a commencé en 1973, avec la Communauté Européenne qui s’est engagée au côté de la Ligue Arabe et de l’organisation jihadiste O.L.P. contre Israël. Cette alliance a constitué le fondement de la négation politique, historique et religieuse de ce qu’est le jihad. Elle caractérise la politique actuelle de l’Occident. On n’a pas le droit de dire qu’il y a un djihad contre Israël, car on ne sait pas ce qu’est le djihad. Il nous est même interdit de penser ou d’imaginer ce qu’est le djihad. Le mot djihad appartient au glossaire des termes qu’il nous est interdit de prononcer.

Cette politique conduite par la Communauté Européenne a imputé à Israël, aux européens et d’une manière générale aux occidentaux, la responsabilité de la guerre, du terrorisme et la culpabilité de l’autodéfense. Nous devrions dire qu’il n’y a pas de djihad, qu’il n’y a pas de guerre, et partant, nous ne devrions pas nous défendre. Cette culture du déni nous guide comme une cause, elle nous impose une censure et neutralise nos défenses contre des forces qui sont les ennemies de notre liberté et de nos valeurs.

La mondialisation constitue un autre facteur de cette situation. Et la politique culturelle musulmane d’hybridation de l’Occident est menée par l’Europe au travers d’engagements officieux convenus avec des pays de la Ligue arabe ou avec d’anciennes colonies musulmanes. Le but de la mondialisation est la disparition des souverainetés étatiques au profit d’une gouvernance mondiale. Cette politique a été conduite pendant des décades par Javier Solana dont la vision de la paix passait par un gouvernement mondial, dirigé par des institutions internationales.

C’est pourquoi il a préconisé que l’Union Européenne œuvre au renforcement des actions et résolutions des Nations Unies, organisation qui est l’incarnation de la gouvernance mondiale. Le gouvernement mondial vise à l’affaiblissement des souverainetés nationales, des piliers démocratiques des gouvernements et des contrôles que les peuples exercent sur leurs propres institutions politiques et leurs lois. Tout cela est remplacé par les règles émanant de l’ONU.

C’est à l’intérieur de la déstructuration des Etats-nations pour bâtir d’abord l’Union européenne, pouvoir supranational, et aussi pour renforcer la gouvernance mondiale exercée par les Nations Unies, que vont être contestées par l’Union Européenne les identités culturelles et nationales judéo-chrétiennes européennes, racines des civilisations occidentales.

Cela résulte du désir ardent de rapprochement de l’Union Européenne avec le monde musulman. Et le renforcement du réseau complexe du Dialogue*, parachève la symbiose avec le monde musulman dans le but d’intégrer une immigration musulmane massive dans l’occident.
Cela a conduit à la politique d’apaisement.
Si on considère l’Alliance des Civilisations du point de vue de l’Orient, il est clairement établi, dans son rapport daté de 2006, que l’Alliance va œuvrer dans les domaines culturels et politiques, pour le rapprochement entre l’Islam et l’Occident et qu’elle consacrera une attention spéciale aux relations entre les sociétés occidentales et musulmanes.

En fait, l’Alliance des Civilisations assure la promotion en Occident du programme de l’Organisation de la Conférence Islamique.
L’organisation de la Conférence Islamique, aussi nommée O.C.I., est un organe composé de 56 pays musulmans, plus l’Autorité Palestinienne.
Elle a été créée en 1969, comme une organisation collective musulmane pour combattre Israël, mais elle possède aussi sa stratégie particulière à l’égard du monde occidental.

L’O.C.I. présente une caractéristique unique au monde en ce qu’elle est un organe politique et religieux supranational. Elle ne peut être comparée au Vatican qui est uniquement une autorité religieuse.

L’O.C.I. cumule autorité religieuse et autorité politique.
Elle apporte en même temps pour tout le monde musulman : religion, stratégie, politique, législation et culture, tout cela contenu dans une structure unique d’organisation.
En fait elle s’est Instituée en termes de taille sur le modèle des Nations Unies.

Les pays membres de l’O.C.I. confirment leur union et leur solidarité inspirées des valeurs islamiques, et elles œuvrent au renforcement, dans l’arène internationale – Il s’agit du droit international, de la politique étrangère – ils partagent des intérêts, et la promotion des valeurs islamiques.

Ils s’engagent à ranimer le rôle pionnier de l’Islam dans le monde.
Parmi ses objectifs, la charte de l’O.C.I. stipule la propagation, la promotion et la préservation de l’enseignement, des valeurs de l’Islam et l’unification religieuse du monde musulman en l’enracinant dans le Coran et la Sunna.

Le désir d’unification religieuse affirmé par l’O.C.I. doit conduire à l’unification politique. Et c’est effectivement ce que l’on voit actuellement, alors que tout le monde arabe est devenu fou avec la soi-disant flottille palestinienne.

Ainsi, on voit que cette organisation, cette organisation mondiale, cette organisation mondiale anti- Israël qui est déjà programmée, est soutenue mondialement, et même au niveau de l’O.N.U.
L’O.C.I. compte de nombreux organes parmi lesquels, la Cour Internationale de Justice Islamique ainsi qu’une commission permanente indépendante des Droits de l’homme. Ces institutions sont toutes les deux fondées sur la charia.

A l’occasion de ses nombreux sommets et réunions, l’O.C.I. a fait état de ce qu’elle représente l’Oumma universelle. Il s’agit de toute la communauté mondiale des musulmans, y compris les musulmans d’Occident qui font partie intégrante de la nation musulmane.
Cela représente un milliard de musulmans, 1 milliard cinq cent millions de musulmans. La politique de l’O.C.I. en Occident est claire. Sa stratégie a été très bien planifiée et elle a même été publiée.  » La présence islamique en Occident, déclare l’O.C.I., est irréversible et définitive. L’Occident et l’Europe doivent se restructurer en sociétés multiethniques et multiculturelles pour permettre à l’immigration musulmane de se sentir chez eux ».

L’O.C.I. affirme, dans de nombreuses déclarations que les immigrants musulmans installés en Occident, font partie de l’Oumma universelle. Il est de son devoir (devoir de l’OCI) de les protéger dans les pays hôtes et de sauvegarder leur héritage religieux et culturel issu de leurs patries islamiques d’origine, de les garantir contre toute forme de discrimination, oppression, ou exclusion.
« Les musulmans, déclare l’O.C.I., ont en commun une identité qui devrait être forgée en Occident, particulièrement en Europe, par l’enseignement obligatoire de l’arabe, langue de la révélation et de la foi islamique, ainsi que de l’étude de l’histoire et de la civilisation musulmanes. »

Cela serait assuré par la coordination d’un vaste réseau d’enseignants islamiques, d’écoles, d’instituts et d’universités, ce qui renforcerait cet enseignement islamique en prévoyant un programme social, éducatif et culturel devant accompagner les migrants musulmans dans leur foi.

L’O.C.I. reconnaît l’incompatibilité des valeurs et législations occidentales avec les préceptes islamiques, aussi, elle recommande une série d’étapes pour empêcher l’intégration et l’assimilation des musulmans dans la culture occidentale. Enfin elle réclame également la fin de la séparation entre les musulmans pour faciliter l’émergence d’un Islam européen uni à l’intérieur d’un Islam plus vaste.
Le projet de créer une culture islamique unifiée a pour fin de consolider l’identité musulmane par-delà ses multiples nuances et de presser les communautés immigrées à s’organiser solidement autour de ce système de valeurs, de sorte qu’ils conservent une existence conforme au respect des préceptes islamiques.

Ce cadre créera une réelle solidarité entre tous les migrants musulmans ce qui implique le renforcement de leurs institutions et une profonde prise de conscience communautaire d’un destin islamique basé sur les valeurs communes contenues dans le Coran et la Sunna, ce qui fournit les paramètres d’une bonne gouvernance islamique.
Ceci rappelle en permanence au monde occidental sa culpabilité au regard de l’Islam et ses obligations de payer pour la culture islamique et pour le développement économique à cause de cette culpabilité.

L’Union Européenne doit fournir aux immigrants des logements décents, une éducation, la scolarisation, des services de santé, de bons salaires et doit tenir compte de leur différence en adoptant une terminologie de façon à ne pas heurter la sensibilité musulmane.
L’Union Européenne et l’Occident doivent devenir multiculturels car leurs valeurs et leur identité nationale sont islamophobes. Nos gouvernements devraient les supprimer ou devraient combattre nos propres identités.

Mais qu’est-ce que l’islamophobie? D’après les diverses analyses de l’islamophobie publiées par l’O.C.I., les identités nationales européennes, les mesures antiterroristes et le refus d’accepter l’immigration illégale sont autant d’obstructions racistes, xénophobes et anti islamiques au multiculturalisme. Les restrictions européennes à l’immigration sont islamophobes.

Nous vivons à l’époque d’un nouveau djihad pour plusieurs raisons et, donc, de dhimmitude imposée. Nous ne devrions pas être surpris. Il y a une réelle dynamique de réislamisation de l’Oumma à l’échelle universelle que je vais à présent vous expliquer.
La foi musulmane veut réaliser l’unification religieuse et politique de l’Oumma, afin de reconstituer une unification politique et dans le but de recréer le califat qui avait été aboli en 1924 par Atatürk.

Le Califat universel, auquel l’Europe a fourni les fondations à l’ONU en détruisant, affaiblissant les identités et les souverainetés nationales, ce califat universel est à présent devant nous.
Il en est déjà en position dominante dans la politique de l’ONU et il se tient donc là, devant nous, mais on ne peut le voir car on ne peut pas comprendre, faute de connaître l’histoire, d’appréhender tout le contexte; nous ne connaissons pas le concept, nous ne disposons pas du vocabulaire propre à nous faire comprendre la réalité que nous vivons aujourd’hui.

Ce califat s’est auto institué en protecteur des masses d’immigrants musulmans de par le monde, et il réclame que ces gens demeurent fermement liés aux traditions islamiques du Coran et de la Sunna.
Tout ceci pendant que les européens sont tenus par leurs propres gouvernements, leurs élites, leurs médias européens d’abandonner leurs valeurs historiques et même leur identité judéo-chrétienne, condamnées au titre de l’islamophobie.

Aujourd’hui, l’occident cherche un refuge dans la négation et se raccroche à la mort du minuscule Israël comme à un pari rigolo. Il ne sait pas comment se défendre. Il ne voit même pas le danger. Pour lui, il n’y a pas de danger, et peut-être qu’il ne veut même pas se défendre.
L’Occident prend l’eau de toute part. Il a abandonné sa propre identité en abandonnant Israël parce que l’identité chrétienne, l’identité occidentale sont fondées sur la Bible et sur l’histoire du peuple juif et sur les valeurs de la Bible. Le rejet de la Bible, le rejet des valeurs judéo-chrétiennes a spirituellement détruit l’Occident.

L’occident, cet occident, a détruit ses citoyens en achetant la sécurité aux terroristes, en soutenant la destruction d’Israël et en ignorant qu’il s’agit en même temps de sa propre destruction.
Un tel Occident n’aura qu’une petite chance de survivre quand il devra faire face au califat universel.
Merci.

(Traduction faite par Dido)

*Madame Bat Ye’Or parle du Dialogue Euro-Arabe

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.