Conférences de Riposte Laïque : du Local à la mairie du 16e…

Publié le 3 mai 2010 - par
Share

J’ai fait le grand écart. Il y a quelques semaines, j’étais au « Local » : petit bar du XVème aux allures de boîte de nuit mal famée, très mauvaise réputation puisque fréquenté par des militants classés à l’extrême-droite… Pourtant, malgré mes réticences, j’y suis allée et je ne le regrette pas.

Pierre Cassen, invité par le Cercle Aristote, y a tenu une conférence: « Défendre la laïcité en 2010 ». Public attentif, respect de la parole de l’autre, débat riche et serein.

Riposte Laïque intervient dans tous les milieux. Donc, je découvre du pays! La semaine dernière, direction le XVIème, arrondissement BCBG
par excellence… Pas vraiment mon style! Là aussi, salle comble, public attentit et réactif, le sujet passionne!

Pierre Cassen, au nom de Riposte Laïque, est invité par B’nai Brith pour parler du livre de M. Vidal : « La colère d’un Français face à l’islamisation de la France ». Moi, dans le XVIème… Cherchez l’erreur ! Et B’nai Brith? Connais pas! Vite! clic! Google : Loge sioniste, organisation juive, membre du CRIF, amitiés judéo-noires, judéo-musulmanes et judéo-chrétiennes.

Comme d’habitude, les athées sont ignorés… Les croyants s’adorent, c’est bien connu ! Et moi, alors? Je suis athée, personne ne m’aime ?
La République française, laïque, une et indivisible m’autorise, moi, indécrottable mécréante, à NE PAS CROIRE, à vivre sans Dieu.

Quelle chance d’être née en France, surtout quand on est une femme! Quelle chance d’avoir grandi dans une famille d’athées!

Mon père, instituteur laïque, syndicaliste et féministe, bouffait du curé à tous les repas. Quel bonheur ! Mes oreilles en rient encore.

Ma mère, 19 ans en 1942, institutrice, a caché une petite fille juive au nom « imprononçable » dans sa classe….

– Maman, t’as pas eu peur?

– Non.

– Mais, maman, et si… et si…

– J’ai eu de la chance. D’autres ont été pris et ne sont jamais revenus, moi, je suis là. »

Et c’est tout! Je ne l’ai su qu’à l’âge adulte. Elle ne parlait jamais de SA guerre. La petite fille a grandi, elle est restée en France, elle est devenue institutrice à son tour, laïque, elle aussi.

Pourquoi je vous raconte ça, moi? Parce que, sur la fin de la confé j’ai eu un coup de coeur!!!

Zohra a pris la parole, quelques minutes, voix calme, posée. Elle a évoqué la petite fille qui n’est jamais allée à l’église, pour cause de parents algériens et musulmans. Elle a rendu hommage à son institutrice française, Madame Lerouge. Zohra est devenue enseignante, elle aussi.

Zohra, nous avons 2 points communs :

Moi non plus, je ne suis jamais allée à l’église, pour cause de parents français et athées.

Moi aussi, je suis devenue institutrice. Une maladie, dans la famille! On voit un gamin, et hop, on lui apprend à lire !
En évoquant Mme Lerouge, Zohra a rendu un bel hommage à l’école publique française. Merci, ma belle!

Zohra a aussi rappelé le discours de Nicolas Sarkozy au Palais de Latran, véritable déclaration de guerre aux laïques, les instituteurs en particulier, et aux athées. Je te rejoins dans ta colère et ton indignation face à une telle dérive.

Pourtant, Zohra, pourtant…..

Je me fais du souci pour ma pomme ! Car, si j’en crois Sarko :

« Dans la transmission des valeurs et de l’apprentissage de la différence entre le mal et le bien, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, etc. etc. »

Google, Latran Sarkozy…

Travaillez un peu, vous aussi!!!

Figurez-vous que, moi, non seulement j’ai fréquenté l’école publique, non seulement je n’ai reçu aucune éducation religieuse, mais, en plus, mes 2 instit’, de le Section enfantine au CM2, étaient mes parents.

Pendant que mes camarades de classe étaient au catéchisme, moi, je jouais à la maîtresse d’école dans la classe de Maman…

Annie Lecomte-Billard

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.