Copenhague, ou le recyclage des dictatures et de l’islam

Publié le 21 décembre 2009 - par
Share

Copenhague s’est dit « au chevet de la planète » et ne fut en réalité qu’une grande fumisterie derrière ce que l’on appelle déjà une déception, un rendez-vous manqué, mais pas pour tout le monde. Au nom de sauver la planète on a encore joué sur la crédulité et les peurs comme jamais pour mieux repeindre en vert le capitalisme se donnant par ce thème une morale alors qu’il n’a jamais à ce point été en dessous de tout en matière de respect humain en regard des possibilités de notre époque et des richesses accumulées entre les mains de quelques-uns.

Le Soudan islamique et fasciste comme porte parole des pays en voie de développement

Si ce fut un scandale du point de vue du sens donné à l’écologie comme instrument de gouvernement des hommes par le catastrophisme le plus grossier, c’en fut un à un autre égard, par le fait que ce soit le Soudan qui se trouve être le porte-parole des 70 pays en voie de développement demandant des aides au nom de subir le réchauffement climatique, une manne que se disputent des dictatures en tous genres.

Dans le prolongement de ce qui se passe au niveau du Comité des droits de l’homme de l’ONU, présidé par un certain Kadhafi, la place que tient le Soudan comme porte-parole dans les négociations sur le réchauffement climatique est proprement insupportable ! Une situation qui n’a rencontré aucune manifestation de la France ou d’autres pays, alors que le Président du Soudan est poursuivi par le TPI pour au minimum crime de guerre. Un porte-parole qui représente une République islamique du Soudan qui a depuis 1988 plusieurs millions de morts sur la conscience, tués par la guerre mais surtout l’arme de la faim contre tout ce qui n’est pas arabe et musulman. C’est du nettoyage ethnique à une échelle qu’aucun autre pays africain n’a connu, pas même le Rwanda.

Voilà comment on recycle les dictatures via l’écologie en passant par-dessus des crimes pour obtenir des accords sur des réductions hypothétiques du gaz dit à effet de serre, le CO2 tout simplement, le principal étant aux yeux de ceux gouvernant la planète qu’elles collaborent à cette grande cause déportant les préoccupations de la sphère économique à celle du jugement dernier.

Un capitalisme repeint en vert plus que jamais sans morale !

Il faut dénoncer ce capitalisme qui pactise avec les pires régimes au nom de sauver la planète, en réalité rien qu’une nouvelle stratégie pour se continuer, grâce à cette mascarade qui mobilise tous les opportunismes de façon proprement immorale. L’écologisme est devenu à travers l’incroyable propagande qui est faite autour de « l’urgence climatique » le nouveau credo porteur de réussite électorale dans un champ politique vide de contenu, particulièrement en France à gauche où aucun projet politique au niveau puisse contrebalancer la nouvelle droite qui a vu le jour sous l’impulsion de Sarkozy.

Pendant ce temps en raison d’un système économique cynique, rappelons-nous que, toutes les 8 secondes, un enfant meurt de la faim alors qu’il existe un club des hyper-riches qui possèdent chacun au moins trente milliards d’actifs, une situation qui est une abjection face à la pauvreté qui résulte de cet état de fait. Un sujet passé à l’arrière plan en regard de l’hypothétique réchauffement climatique ayant pour cause les rejets de CO2, justifiant partout de « régresser pour durer » pour que le capitalisme puisse encore détruire plus de vies et de sociétés.
Il y a derrière le thème du réchauffement climatique un péril pour nos démocraties, fixant l’attention sur des enjeux qui font passer dans l’ombre de vrais dangers majeurs, celui de l’islam en tout premier lieu qui derrière l’Iran prépare sa guerre de religion contre la liberté.

Le capitalisme en laissant l’Iran dans son rôle de leadership de la cause arabe à travers l’islam, prépare son « plan B » de conservation, en jouant sur une opposition entre l’occident chrétien et l’islam, au lieu de combattre le péril islamique par la défense de la démocratie et des libertés, par la valorisation des progrès du vivre ensemble et plus généralement de la condition de l’homme que l’on doit à la laïcité. La guerre reste le meilleur moyen de réorganisation du monde pour le capitalisme comme il a su le montrer depuis « la chute du mur », principe auquel sont acquis maintenant la Russie et la Chine. Imaginez après Obama si faible, incapable de faire avancer quoi que ce soit, le type de conservateur qui risque de venir se porter à la tête des USA dans cet état d’esprit !

La domination du religieux et le réchauffement climatique contre les peuples

Avec le retour du religieux axé sur le thème de la reconnaissance des individus par l’origine et leur ré-encadrement comme communauté mis en scène de haute main, l’écologie est l’autre thème qui sert de cheval de Troie à un nouveau capitalisme cynique et conquérant tourné contre les intérêts du grand nombre, en lieu et place de la maitrise collective par les peuples de leur destinée dont celle de leur environnement.

Guylain Chevrier

historien.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.