Dans quel pays vivons-nous ?

Publié le 24 juin 2008 - par
Share

Dans quel pays vivons-nous ? qu’est devenue cette France qu’on ne reconnaît plus ? Cet pays où on nous oppose systématiquement des droits de l’homme par ceux là même qui ne les respectent pas !!! Les droits de l’homme en France sont devenus le droit des autres, de tous les autres mais pas des Français (j’en veux pour preuve ce que je lis, ce que je reçois et qui ne manque pas de m’interpeller).

Déjà un bon point, la Cour d’appel a annulé la décision visant à annuler un mariage pour cause de non-virginité, qui s’appuyait donc sur un aspect religieux (qui de surcroît n’est pas le nôtre) et non sur une loi…

Ensuite, ce « bon » père de famille qui a eu l’audace de traduire en Justice l’hôpital qui a vu naître son enfant, lequel va demeurer handicapé par sa grande bêtise (en est-ce vraiment d’ailleurs, certains ne feraient-ils pas de leurs enfants une opportunité pour gagner de l’argent ?), cet homme même qui a refusé l’entrée, lors de l’accouchement, à tout homme susceptible d’accoucher son épouse dans les meilleures conditions !!!

Etrange, alors que ces pures religieux empêchent les filles de s’instruire, ils réclament parallèlement des femmes médecins pour qu’un homme n’approche pas la nudité de leurs épouses… Faut m’expliquer là !!! Et on demande ensuite de gros dommages et intérêts à l’hôpital (donc à nous, le contribuable) alors qu’en l’espèce, c’est ce père qui devrait être traduit en Justice pour non assistance à personne en danger, pour avoir entravé le travail de professionnels, il est le seul responsable du handicap de son enfant, volontairement, et il ose venir demander réparation ? Mais qu’on le traduise en Justice pour ses agissements intentionnels ayant causé un tel résultat, faisant ainsi naître un enfant qui va être toute sa vie à la charge de l’état…

Ensuite, je découvre dans un magazine que des patrons se sont unis en association pour demander la régularisation de 600.000 salariés sans papiers qu’ils font travailler depuis des années, rien moins que cela, et sollicitent rien d’autre que lorsque les sans-papiers (qu’ils exploitent, qu’ils ne déclarent pas) feront l’affaire au bout d’un certain temps d’exploitation, ces mêmes employeurs pourront alors réclamer la régularisation de leurs salariés clandestins sans pour autant être poursuivis en tant qu’employeurs dans l’illégalité ??? là aussi, faut qu’on m’explique !!! Paraît que des pourparlers sont en cours mais alors, en toute impunité, alors que d’autres paient des charges sociales pour faire vivre tout le monde, alors que des salariés paient également charges et impôts, d’autres vont s’en sortir comme ça… Y a-t-il vraiment des lois ici ???

Et le pompon, si beaucoup d’entre nous ont peine à faire valoir leurs droits, l’AFM (Association franco-maghrébine) quant à elle sait bien comment conseiller ses adhérents ou futurs adhérents. Je tombe sur un courrier adressé tous azimuts qui adresse en annexe un carnet intitulé « guide juridique contre les discriminations raciales ». Bien entendu, on ne parle pas de devoirs, de lois à respecter… Non non ! c’est un guide qui permet à des personnes originaires du maghreb (comme son nom l’indique) de poursuivre tout un chacun pour des faits soi-disant discriminatoires, articles à l’appui…

– historique de la discrimination dans le droit français

– différentes infractions de discrimination raciale

– poursuite des infractions de discrimination raciale devant le juge pénal;

– haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité

– modèles de lettres plaintes et tégmoignage

– tableau des lois anti-racistes

– adresses utiles

et j’en passe…

L’autre jour, je me suis fait agressée verbalement (après avoir refusé poliment de donner mes cigarettes achetées si cher…) et traitée de salle merde de Française ! Je ne trouve aucun lexique, aucune loi à ma disposition mais manifestement, ce n’est pas là du racisme ni de la haine raciale… c’est apparemment normal en France, le racisme et la discrimination sont à sens unique.

Que déduire ? Que le combat est voué à l’échec ? Les piscines – que nous entretenons avec nos deniers nous, pauvres contribuables – vont elles aussi subir des lois venues de religions d’ailleurs puisqu’elles seront interdites aux hommes ou aux femmes selon les jours… Les cantines scolaires voient leurs menus changer, les hôpitaux, tout ce que nous entretenons par notre travail en somme…

Alors franchement, j’avoue qu’à force de subir l’anti-athéisme, l’anti-catholicisme, l’anti-français, l’anti-culture de tout ce qui a fait notre pays, je me demande comment à la longue ne pas répondre à la violence par la violence?

Véronique Guillaud

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.