Dernières nouvelles de l’enclave musulmane de Barbès

Publié le 16 novembre 2009 - par - 2 805 vues
Share

Pour la sixième semaine consécutive, l’auteur a mené l’enquête dans le quartier islamisé de Barbès, et voici quelques-unes de ses dernières découvertes :

Horaires :

Avant tout, signalons aux lecteurs qui voudraient se rendre sur place, dans le quartier Barbès, pour assister personnellement aux prières illégales des musulmans sur la voie publique, que, depuis le passage à l’heure d’hiver, ces prières ont lieu une heure plus tôt qu’auparavant, c’est-à-dire entre 13h et 13h30 devant la mosquée Polonceau (rue Polonceau, rue des Poissonniers, boulevard Barbès), et entre 13h15 et 13h45 devant la mosquée Myrha (rue Myrha, rue Léon). (1)

Zone réquisitionnée :

Cette semaine (vendredi 13 novembre 2009), sur le boulevard Barbès, pour la première fois, les musulmans de la mosquée Polonceau ont dépassé la rue de la Goutte d’Or, et déplié leurs tapis de prière sur 15 mètres supplémentaires de trottoir, en direction de la station de métro Barbès-Rochechouart. Comme nous le déclarions dans notre premier article, (2) en l’absence de réaction des pouvoirs publics, l’invasion des tapis de prière surmontés de musulmans se poursuit, et dévore inexorablement de plus en plus de trottoirs, de chaussées, de rues, de boulevards même…

En jaune, la nouvelle zone réquisitionnée par les musulmans en ce vendredi 13 novembre 2009. (1)

Nombre de musulmans bloqueurs de rue :

Après enquête, l’estimation donnée par Pascal Lespinasse, dans l’interview que nous avons faite de lui, (3) doit être révisée à la hausse. En effet, selon les diverses sources consultées (journaux du 18e arrondissement, déclarations d’élus locaux), ce sont de 2500 à 4500 musulmans qui occupent illégalement les rues du quartier Myrha-Polonceau chaque vendredi. Une estimation moyenne permet de chiffrer à 1200-1400 les musulmans bloquant la rue Myrha et la rue Léon, et à 1800-2000 ceux bloquant la rue Polonceau, la rue des Poissonniers, et le boulevard Barbès.

Ramadan :

Pendant le ramadan (qui eut lieu cette année du 22 août au 21 septembre), c’est chaque soir, pendant 29 ou 30 jours d’affilée, que la rue Myrha est barrée pendant plus d’une heure, et totalement confisquée par les musulmans (bien entendu, elle continue pendant cette période à être barrée les vendredis à midi !). Imaginons le calvaire des habitants de cette rue, empêchés chaque soir, pendant presque un mois, d’entrer et de sortir de chez eux pendant plus d’une heure !

Une rue du quartier Barbès pendant le ramadan 2009

La milice musulmane : (4)

Comme chaque vendredi, les membres de la milice musulmane de la mosquée Polonceau, portant à un bras un brassard orange marqué « Sécurité », sont omniprésents : boulevard Barbès, ils canalisent la foule des passants non-musulmans sur la piste cyclable (c’est-à-dire qu’ils empêchent ces derniers de marcher sur les trottoirs confisqués par les musulmans pour leur prière) ; au début de la rue des Poissonniers, ils règlent la circulation, sans aucune autorisation de la Préfecture de police ; au début de la rue Polonceau, ils montent la garde pour interdire à tout non-musulman d’emprunter cette rue ; avant le début de la prière, ils chassent les non-musulmans hors des trottoirs (« Veuillez descendre du trottoir, il y a des gens qui vont prier là ! »), apportent une barrière pour barrer la rue Polonceau, mettent en place les haut-parleurs qui vont diffuser la prière en arabe en pleine rue ; après la prière, ils retirent la barrière, démantèlent le réseau de haut-parleurs, aident à ranger les grands tapis de prière appartenant à la mosquée.

Il s’agit donc bien là d’une milice islamique, et non d’un banal service de sécurité (qui, de toute façon, devrait avoir des autorisations en bonne et due forme de la Préfecture de police pour pouvoir agir sur la voie publique) : comme en Iran, comme en Somalie, comme au Soudan, une milice religieuse musulmane contrôle plusieurs rues du quartier Barbès, et une partie d’un grand boulevard parisien ! Et depuis des années, les autorités de la France ne font rien pour mettre fin à ce scandale !

Les haut-parleurs :

Ce sont trois haut-parleurs qui sont mis en place par la milice islamique de la mosquée Polonceau, chaque vendredi, avant le début de la prière, sur le trottoir droit de la rue des Poissonniers et sur le trottoir du boulevard Barbès. Le premier est installé sur une petite table, devant l’entrée des femmes de la mosquée, rue des Poissonniers.

http://www.youtube.com/watch?v=0jl7FxF9aRA

Le premier haut-parleur.

Le deuxième est placé à une quinzaine de mètres sur le trottoir de la rue des Poissonniers, et le troisième, quinze mètres plus loin encore, sur le trottoir à la jonction avec le boulevard Barbès.

Le deuxième haut-parleur.

Le troisième haut-parleur.

Dans tout cet espace public résonne la prière en arabe, pendant une quinzaine de minutes, chaque vendredi !

Regardez notre nouvelle vidéo, qui montre les employés de la mosquée Polonceau installer puis désinstaller des haut-parleurs, sur le trottoir de la rue des Poissonniers :

Islamisation de Barbès : Prière en arabe diffusée par haut-parleurs 1:33

Muezzin :

Une personne digne de foi a déclaré à l’auteur avoir entendu, en passant un lundi vers midi dans la rue Myrha… l’appel du muezzin ! Après enquête, il s’avère que l’appel du muezzin est bien diffusé dans la rue Myrha, chaque jour. L’auteur n’est pas encore en mesure de préciser si cet appel est diffusé seulement à midi, ou avant chacune des cinq prières quotidiennes.

Rappel de la Loi :

La Loi de 1905 (Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État) stipule, dans son article 27, premier alinéa, que les « cérémonies, processions et autres manifestations extérieures d’un culte » sont interdites sauf autorisation exprès donnée par la Préfecture de police.

Le même article, deuxième alinéa, stipule que « les sonneries de cloches seront réglées par arrêté municipal, et, en cas de désaccord entre le maire et le président ou directeur de l’association cultuelle, par arrêté préfectoral ». La diffusion de prières musulmanes en arabe par haut-parleurs placés sur la voie publique (mosquée Polonceau), et l’appel du muezzin (mosquée Myrha), tombent sous le coup du même alinéa, et sont donc illégaux, en l’absence d’une autorisation en bonne et due forme de la mairie du 18e arrondissement et de la Préfecture de police.

Lutte contre l’occupation des rues par les musulmans :

Nous avons appris que, sans attendre nos conseils sur les moyens pour lutter contre l’occupation des rues, (5) des citoyens parisiens ont déjà réussi à mettre fin à l’occupation de leur rue par les musulmans.

C’est en 2008, dans le 11e arrondissement, qu’eut lieu cette victoire : à cette époque, et depuis des mois, les musulmans de la mosquée Omar, sise rue Jean-Pierre Timbaud, (6) bloquaient la rue Morand avec des voitures, et priaient sur les trottoirs et la chaussée, pendant qu’un haut-parleur, fixé sur la façade de la mosquée, diffusait le prêche en arabe de l’imam. (7)

La libération du quartier eut lieu en deux temps. D’abord, un riverain (et lecteur de Riposte Laïque) écrivit au député-maire du 11e arrondissement, Patrick Bloche, pour lui demander de mettre fin à la diffusion des prêches par haut-parleur. (8) Celui-ci écrivit au préfet, et la Préfecture finit par faire son devoir. (9) Puis des commerçants de la rue Morand et des environs se réunirent et portèrent plainte contre le blocage de cette rue par les musulmans, suite à quoi la Préfecture mit fin à cette occupation illicite du domaine public. Nous avons pu constater par nous-mêmes, vendredi 23 octobre 2009, que la rue Morand n’est plus bloquée par les musulmans de la mosquée Omar.

Ainsi, il est possible de pousser les autorités françaises à rétablir l’ordre républicain dans les rues de Paris ! Mais encore, pour cela, faut-il que les citoyens se mobilisent et agissent !

A la différence de la rue Morand, la quasi-totalité des commerçants de la rue Myrha et de la rue Polonceau sont musulmans, et ferment d’eux-mêmes, avec militantisme, leurs commerces lors de la prière du vendredi : il incombe donc aux habitants de ce quartier de se prendre en main, et de mettre en œuvre les conseils que nous leur avons donnés. Sans action de leur part, la situation ne fera qu’empirer.

N’oublions pas, de plus, qu’une victoire comme celle remportée contre les islamistes de la mosquée Omar est fragile : il ne dépend que de la lâcheté des autorités et de l’inaction des citoyens que les musulmans recommencent leurs agissements illégaux.

Agressions par des islamistes :

L’auteur est en mesure de révéler, de source sûre, qu’un journaliste du « Parisien » a été violemment agressé alors qu’il tentait de traverser la rue Myrha pendant la prière, sous le prétexte qu’il marchait sur les tapis des musulmans (ainsi, pour ces individus, un morceau de tissu est plus important qu’un être humain !). Pourquoi « Le Parisien » n’a-t-il jamais parlé de cette mésaventure édifiante à ses lecteurs ?

Des habitants du quartier, souhaitant garder l’anonymat, ont aussi rapporté à l’auteur qu’un couple de Canadiens, en visite à Paris, a lui aussi été violemment repoussé, il y a quelques mois, par les islamistes de la mosquée Myrha, alors qu’il tentait de traverser cette rue.

Enfin, des témoignages concordants permettent de confirmer le fait que, à plusieurs reprises, des musulmans priant dans la rue Myrha et la rue Léon ont cassé les appareils photographiques des passants qui tentaient de photographier la scène singulière qu’offre cette rue, transformée en enclave saoudienne chaque vendredi.

Collecte d’argent :

Rue des Poissonniers, avant la prière, deux Noirs en djellaba, membres de la milice islamiste de la mosquée Polonceau, passent entre les musulmans, avec, pour l’un, un seau vert, et, pour l’autre, un grand sac de toile blanche couvert d’inscriptions en arabe, et les invitent à donner de l’argent « pour la mosquée ». Rue Myrha, après la prière, c’est un Arabe en costume occidental, responsable de la mosquée Myrha, qui collecte de l’argent « pour la mosquée », avec un sac de taille moyenne.

Questions : où va cet argent ? Qui vérifie la destination des sommes ainsi récoltées ? Ces questions ne sont pas sans importance, car l’on sait qu’une partie de la « zakhat » (aumône) est envoyée par les responsables de certaines mosquées dans des pays du Moyen-Orient, où elle est recyclée, pour être ensuite injectée dans les réseaux de financement des groupes terroristes musulmans.

Djihadisme international :

Lors de ses pérégrinations dans l’enclave musulmane de Barbès, l’auteur a aussi appris que, dans les cafés du bas de la rue Myrha, des convertis musulmans suivent des cours de religion musulmane et d’arabe, puis sont envoyés en Arabie Saoudite, voire à Gaza. Il y a deux ans, plusieurs jeunes musulmans du quartier auraient été envoyés dans des camps d’entraînement terroriste au Proche-Orient. (10)

Appel :

Une fois de plus, nous lançons un appel aux autorités de l’État : quand donc mettront-elles fin à l’occupation illégale des rues du quartier Barbès par les musulmans ? Quand donc exigeront-elles que la police du 18e arrondissement fasse respecter la loi de la France dans ces rues ? Quand donc la Mairie du 18e arrondissement, la Mairie de Paris, la Préfecture de Police, le gouvernement de la France, se décideront-ils à prendre la défense des citoyens français, face aux agissements délictueux des musulmans dans le quartier Myrha-Polonceau ?

Notes :

(1) Voir la cartographie détaillée des zones islamisées de Barbès :

http://www.ripostelaique.com/Cartographie-des-zones-islamisees.html

(2) Voyage dans la France musulmane : deuxième étape, Barbès (75)

http://www.ripostelaique.com/Voyage-dans-la-France-musulmane,2814.html

(3) Interview de Pascal Lespinasse, habitant du 18e arrondissement

http://www.ripostelaique.com/Interview-de-Pascal-Lespinasse.html

(4) Voir notre article sur cette milice musulmane illégale :

Révélations sur la collusion entre la police et les musulmans à Barbès

http://www.ripostelaique.com/Revelations-sur-la-collusion-entre.html

(5) Quelques moyens pour lutter contre l’occupation des rues par des musulmans

http://www.ripostelaique.com/Quelques-moyens-pour-lutter-contre.html

(6) Mosquée Omar, 79 rue Jean Pierre Timbaud, 75011 Paris.

(7) La mosquée de la rue Jean Pierre Timbaud à Paris : photos interdites !

http://www.atheisme.org/timbaud.html

(8) Dois-je subir, tous les vendredis, les « Allah akbar » par haut-parleur, au coeur de Paris ?

http://www.ripostelaique.com/Dois-je-subir-tous-les-vendredis.html

(9) Les islamistes de la mosquée Omar narguent les autorités parisiennes

http://www.ripostelaique.com/Les-islamistes-de-la-mosquee-Omar.html

(10) Sur les réseaux internationaux islamistes, qui recrutent des jeunes musulmans européens pour les envoyer en Somalie et au Waziristan (Pakistan) dans des camps terroristes, lire :

Suède : Des jeunes s’enrôlent dans le djihad dans un centre de loisirs

http://www.bivouac-id.com/2009/11/13/suede-des-jeunes-senrolent-dans-le-djihad-dans-un-centre-de-loisirs/

Étonnante découverte anthropologique au Waziristan : une tribu de blancs !

http://www.bivouac-id.com/2009/09/27/des-anthropologues-allemands-font-une-etonnante-decouverte-au-waziristan/

Maxime Lépante

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.