Derrière la réforme des retraites, la guerre civile continue

Publié le 25 octobre 2010 - par

L’actualité de cette semaine, c’est, en France, les grèves. Généralisées, elles ont pris des proportions assez gigantesques, et cela faisait quelques années que nous n’en avions plus eu de cette ampleur. La cause de ces grèves ? La réforme des retraites.

Malgré l’ambiance générale contre cette réforme, et bien que ce ne soit pas le sujet ici, j’aimerais y toucher, avant d’arriver au sujet qui nous intéresse vraiment, deux mots.

En premier lieu, la réforme en elle-même. Certes, elle nous aligne sur les autres pays européens sans que l’on nous demande notre avis. Certes, cela recule nos acquis sociaux. Mais il faut relativiser. En premier lieu, pourquoi la France a si peu de travail ? Je rappelle que nos vacances scolaires, pour les écoliers, sont les plus longues, que nous travaillons seulement 35h par semaine, et que nos retraites sont données dès 60 ans, voir 50 ans (SNCF & co). Est-ce normal ? Assurément, non.

Certains me rétorqueront que malgré ce faible lap de travail, par rapport à n’importe quel autre pays, le chômage ne cesse de s’accroitre. Mais est ce que réduire le temps de travail réduit le chômage ? Non, certainement pas. Les 35 heures nous le prouvent. Et les autres pays aussi, d’ailleurs, puisque bien des pays ont des taux de chômage moindre par rapport à la France.

Sans oublier le fait, bien réel, de personnes retraitées de plus en plus nombreuses qui cherchent un travail, pour arrondir leurs fins de mois ou même, parce qu’ils ne se sentent pas encore inutile à la société. Ces grèves oublient systématiquement ces faits.

Et puis, ne parlons même pas du gouffre financier dans lequel on se trouve : si on continue ainsi, il n’y aura plus de retraites, ou en tout cas, les retraites ne seront plus données à tout le monde, car il n’y aura plus assez d’argent. Est-ce si difficile à comprendre ?

La gauche est contente : encore une fois, c’est la droite qui fait le sale boulot. Mais même si la gauche indique qu’elle abrogera la loi Hadopi si elle revient au pouvoir ( http://www.linformaticien.com/Actualit%C3%A9s/tabid/58/newsid496/9180/hadopi-sera-abrogee-par-la-gauche-si-elle-revient-au-pouvoir-en-2012/Default.aspx ), elle ne dit rien par rapport à cette réforme ( https://www.ripostelaique.com/Retraites-l-arnaque-des-neo.html ), qu’elle conservera, puisque quoi qu’il arrive, nous seront bien obligés de la réformer…

En second lieu, les grèves en elle-même. Le peuple français, dans sa globalité, vénère ce droit de façon quasi-divine, et même envisager de réformer ce droit vaut des critiques voir des insultes, où on t’explique que c’est la seule façon au peuple de se faire entendre. Vraiment ? Pourquoi la France est le seul pays au monde qui a des grèves -venant toujours des même- annuelles ? Certes, bien des pays ont vu des grèves, dont la Suisse, l’Allemagne, ou même la Chine.

Mais ces grèves restent cantonnées dans un cadre bien précis : celle d’une entreprise, où les employés, à bout, protestent au sein de leur entreprise, amputant son bénéfice.

En France, la grève se fait systématiquement dans la rue, perturbant des milliers de français extérieur aux revendications des grévistes : en quoi est-ce normal ? Les commerces se voient obligés de fermer leurs portes, et les gens doivent réfléchir à prendre un parcours différent, au risque de se faire bloquer pendant des heures pour un sujet qui ne les intéresse pas.

Et je ne parle même pas services publiques ! Prenant véritablement en otage leurs usagers, mettant dans l’embarras des milliers (millions ?) de français qui désirent ou n’ont pas d’autre choix que de travailler, sans oublier les nombreux touristes qui ne reviendront pas de sitôt dans ce pays d’éternels râleurs, sur un sujet totalement politique dont les usagers n’ont aucune prise sur la finalité de la chose.

Rappelons par ailleurs http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_gr%C3%A8ve_en_France

“des revendications d’ordre professionnel doivent être posées, par exemple l’amélioration des conditions de travail ou du salaire.”

Le sujet des retraites est post-professionnel, et le cadre dépasse très largement l’entreprise… En quoi les usagers ou la direction de la SNCF pourra faire pression sur ce sujet ? En rien.

Je crois qu’il faudrait, en plus des retraites, réformer ce droit de grèves, qui est, depuis des années, utilisé abusivement par des syndicats qui n’ont, apparemment, pas d’autres fonctions que de lancer ces grèves qui déstabilisent l’économie de tout un pays, qui était déjà bien mal en point sans cela.

Je ne prétends pas que le droit de grève est mauvais : c’est un droit juste. Mais il est mal utilisé par les français, car utilisé abusivement, pour tout et n’importe quoi.

Comme pour les mots “racistes”, “xénophobes”, “fascistes”, la sur-utilisation du droit de grève lui enlève toute substance, faire une pression systématique sur l’État est un abus de droit.

http://stoplagreve.com/

Maintenant que ceci est dit, revenons sur le sujet principal, qui ronge notre pays.

Ainsi, je le dis de façon officielle : plus jamais nous n’aurons de grèves pacifiques. Jusqu’à présent, les grèves, en général, se déroulaient de façon pacifiques, le plus grave des actes se réduisaient à l’élaboration de barrages voir de pneu brûlés (acte totalement stupide, soit dit en passant). Mais désormais, je crains qu’il faudra systématiquement compter sur de la casse. En effet, depuis quelques jours, les “jeunes” se sont mêlés aux manifestations.

Sans même parler qu’il me parait assez grave de voir des jeunes lycéens, voir collégiens (!) défiler pour la retraite alors même qu’ils n’ont même pas commencé à travailler, ce qui nous montre leur intérêt pour le monde du travail, le problème, c’est que des “casseurs” s’y sont mêlés, profitant allégrement de la couverture médiatique et des manifestations pour se défouler.

Ainsi, des actes caractéristiques ont lieu, dont nous, à Riposte laïque, connaissons bien les auteurs, mais que les journalistes nomment “les jeunes” : voitures brûlées, vitres brisées, affrontement avec les forces de l’ordre, jets de pavés, vol à l’étalage…

Bien entendu, on préfère ne pas trop s’étendre sur le sujet des casseurs, bien que j’ai vu un reportage nous donnant l’origine des jeunes, me confortant un peu plus dans ma thèse qui indiquait que les journalistes sont de plus en plus obligés de dire la réalité, tant elle submerge notre quotidien ( https://www.ripostelaique.com/Les-journalistes-ne-peuvent-plus.html ).

Mais, évidemment, on se réserve de les couvrir encore, en indiquant que ce sont bien des lycéens, et que la pression (mais laquelle ?) monte depuis bien plus longtemps que cette réforme.

En clair : l’affrontement, ce n’est pas contre la réforme, dont la majorité n’ont que faire. L’affrontement, c’est contre la France, contre son système d’ordre public, et l’objectif, encore une fois, est de casser des “faces de craies”.

Qui peut encore réfuter la thèse de la guerre civile ? https://www.ripostelaique.com/La-France-est-en-etat-de-guerre.html

Et les preuves sont irréfutables : désormais, quand un de nos élus vient sur place pour tenter d’apaiser les heurts… Il se fait traiter de raciste et de fasciste.

Quelqu’un pourrait me donner le rapport avec la réforme des retraites ?

Ces “jeunes” ne sont là que pour casser notre modèle social, et ils sont manipulés de façons honteuses par des groupuscules qui se frottent les mains de voir tant de dégâts, et tant de réussite dans leur poison qu’ils instillent depuis des années.

Mais rassurez vous : la bien pensance veille. Ainsi, de nombreux élus et personnes se sont outrés… Que nos policiers et CRS aient utilisés des flashball

http://www.lepost.fr/article/2010/10/14/2264830_ici-l-etat-tir-dans-le-tas-au-flash-ball-sur-des-jeunes-citoyens.html

A ceux là, je le demande : que demandez vous aux policiers ? De laisser des commerçants se faire piller ? Des voitures se faire brûler ? Nos policiers se faire lyncher ou lapider ?

Nos policiers sont déjà quasiment nus face à des armes lourdes, et vous voudriez leur supprimer leur unique moyen de défense ? Vous désirez, au final, un pays anarchique ?

Ce combat contre notre État, nos valeurs, n’a que trop duré, il serait temps d’y mettre un terme.

Et pendant ce temps, nos bobo qui n’en peuvent plus de voir le peuple se soulever face à ces incivilités répétées (peuples “racistes”, forcément), qui proviennent dans la grande majorité des mêmes personnes, font des spots de propagande et de culpabilisation contre l’expulsion (en Suisse) http://www.youtube.com/watch?v=XB8ar9wOG9Q (rappelons qu’en France, nous expulsons 20000 personnes par an, alors que 200000 rentrent) ou s’émeuvent de voir des expressions ou des clichés encore utilisés.

Et qui sont outrés de voir que si peu de vague ont été faites suite à cette “affaire” ô combien importante. Rappelons cependant que Guerlain, malgré des excuses (je me demande d’ailleurs pourquoi il s’excuse ?), à de grandes chances de se faire poursuivre par… Sos racisme et le Cran. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/vu-sur-le-web/20101016.OBS1373/sos-racisme-et-le-cran-fustigent-les-propos-de-guerlain.html

Étonnant, non ? Mais dans ce cas, pourquoi s’excuser ? Ce n’est pas comme si ça changeait quoi que ce soit…

Olivier Pfister

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi