Des mesures de bon sens pour éviter la guerre civile

Le malaise va grandissant.
On l’a assez dit, les banlieues sont des zones de violence et de non-droit : on aggresse, on caillasse, on incendie, on viole, on clame qu’on va baiser ma mère et niquer la France… Dehors !
Ah ce sont des Français… qui niquent la France ? Dehors !
Les MRAP, SOS Racisme, LICRA, et autres censeurs antiracistes autoproclamés qui restent bien silencieux sur le racisme anti-Blancs ou anti-Français et le racisme anti-juifs des musulmans viennent me traiter de raciste. Je rêve.
La culpabilisation institutionalisée : encore et toujours la désinformation.
Ou plus exactement la taqiyya, la tromperie islamique.
En ces temps de crise Delanoë dilapide l’argent de ses administrés sur un projet « culturel » musulman et n’a plus un sou pour des projets d’utilité générale non-musulmans. Je cite le maire de Paris mais ils sont légion en France.
Les burqas et les qamis font de la provocation. La burqa et le niqab viennent l’une d’Afghanistan l’autre d’Égypte. Elles sont nombreuses les immigrées afghanes et égyptiennes chez nous ? Alors que veulent nous signifier ces déguisements ?
Et le polygame qui nous dit qu’il a bien le droit de s’offrir quatre ménages aux frais de la princesse.
Tarik Ramadan nous saôule ad nauseam de ses tartufferies sur nos petits écrans, invité par nos bobos de service.
Et après TV5 ce sont toutes les chaînes maintenant qui nous bassinent avec la « diversité ».
J’en ai ras le bol de cette manipulation.

Qui est responsable ?

– les parents et les enseignants de plus en plus veules et a-culturés qui laissent la désinformation et le laisser-aller tenir lieu d’éducation ;
– la justice qui met les mineurs au-dessus des lois, ainsi que les lois — qu’il faut donc changer ;
– nos autorités politiques démissionnaires qui ont peur de leur ombre et qui trahissent les principes fondateurs de notre état de droit, souvent également par opportunisme électoral ;
– les maires qui autorisent le blocage de certaines rues pour des prières qui n’ont rien à faire dans le domaine public, qui dilapident l’argent des citoyens dans des projets cultu(r)els quand d’autres besoins beaucoup plus immédiats et généraux sont ignorés ;
– un ministère de l’Intérieur frileux qui désavoue ses forces de l’ordre et les émasculent ;
– nos politiciens de gauche venus, de plus en plus, de la même classe bourgeoise que ceux de droite et qui se sont coupés du « peuple ». Ils se sont « peopolisés », ils attirent des acteurs, des chanteurs, des milliardaires du showbizz, des animateurs de télévision… et ils n’ont rien à faire des « prolos » qu’ils abandonnent à cette invasion d’immigrants en les accusant de faire preuve d’intolérance et de racisme ;
– les médias qui banalisent les crimes, qui offrent leurs colonnes ou leurs plateaux de télévision aux collabos de tous bords et qui matraquent de leurs slogans visant à faire aimer cette « diversité » dont on nous rebat les oreilles, comme si nous n’étions pas assez métissés avant la vague musulmane — en fait de « diversité » nous croulons aujourd’hui sous l’uniformité d’un discours totalitaire et rétrograde ;
– bref tous les irresponsables sans jugeotte qui suivent en bêlant ceux qui tiennent le micro, cités plus haut.

Que faire ?

Un coup de pied dans la fourmilière et un sérieux coup de balai.
Première mesure : fermer immédiatement le robinet de l’immigration et pour cela rétablir les frontières afin de bloquer les flux migratoires intra-européens.
– Expulser les clandestins.
– Renoncer au rapprochement familial.
– Abolir le droit du sol au profit du droit du sang, carte de séjour renouvelable chaque année puis, au bout de dix ans, renouvelable tous les dix ans : seul garant de bonne conduite. Pas de résidence permanente. Je suis née au Maroc, je n’ai pas la nationalité marocaine et je suis toujours soumise au renouvellement de ma carte de séjour tous les dix ans. RÉCIPROCITÉ ! Les immigrants eux-mêmes auront ainsi intérêt à s’auto-policer.
– Détecter les ménages polygames et leur supprimer les aides. Les allocations de tous ordres qu’ils reçoivent sont autant de spoliations dont les citoyens respectueux des principes républicains sont victimes.
– Supprimer les allocations familiales et autres avantages aux parents de délinquants. Remboursement des dégradations, dégâts et incendies divers causés par les délinquants sous forme de travail d’utilité publique sous la supervision de l’armée — accompagné d’un programme de ré-éducation.
– Abroger les lois existantes protégeant les mineurs qui sont paralysantes. Pourquoi épargner des mineurs récidivistes auteurs de crimes ?
– Poursuivre en justice les associations, organismes, lobbies qui hurlent au racisme pour mieux nous vendre aux racistes. Si il y a 70 à 85 % de délinquants d’origine maghrébine ou noire en prison, ne devrait-on pas logiquement retrouver la même proportion de plaintes de ces associations envers ces Noirs et ces Maghrébins ? Ce n’est pas le cas, ce qui prouve la malhonnêteté de ces lobbies.

Terre d’accueil ou terre brûlée ?

J’entends rabacher par les décervelés qui osent nous faire des cours de morale que la France est terre d’asile. Pour qui ? Pour les Harkis qui ont été traités comme des chiens ? Pour les femmes qui seraient abandonnées benoîtement aux dictats de leurs mâles en qamis et de leurs imams ? Pour les jeunes filles qu’on marie de force à des vieux lubriques ? Ou pour celles que leurs pères, frères, oncles rouent de coups parce qu’elles fréquentent des non-musulmans ? Ou pour celles qui se font vitrioler pour avoir refusé un fiancé ? Pour ceux qui se font assassiner parce qu’ils ont refusé de donner une cigarette ? Pour les juifs qui se font tabasser et poignarder ? Pour les pieds noirs dont on salit l’histoire ?
Nous ne voulons pas de cette France là. On ne nous l’imposera pas. Si nos dirigeants continuent à laisser pourrir la situation nous courrons droit au désastre, c’est-à-dire à la guerre civile.
Anne Fougerat

image_pdf
0
0