Des nouveaux visages de l’antisémitisme

Publié le 14 juin 2010 - par
Share

Réponse à Jean-Christophe Nevière

http://www.ripostelaique.com/Je-pense-que-les-attentats.html

La parution ce matin de photos émanant d’un organe de presse Turc (sic) et montrant le lynchage systématique au couteau et à la barre de fer des premiers soldats de Tsahal descendus un par un et sans armes d’un hélicoptère sur le pont du navire humanitaire et pacifique Mavi Marmara, et le traitement politico-médiatique de la réaction de légitime défense qui s’ensuivit, obligent à la douloureuse prise de conscience que l’offensive des forces de récupération mensongères – qui se contentaient, avant, de travestir la réalité – imposent maintenant le déni pur et simple de celle-ci.

Jamais, depuis l’imputation calomnieuse de Sabra et Chatila, le massacre fabulé de Jénine, jusqu’à l’affaire Al-Dura, jamais le rétablissement des faits n’a incité quelque média ou responsable politique que se soit à faire amende honorable.

Ce parti-pris irrévocable et maintenant assumé, contre toute objectivité, de diaboliser Israël, de réduire ce conflit complexe à la mauvaise volonté du méchant Israélien envers le gentil Palestinien, d’édicter une solution simpliste, d’un infantilisme navrant, dans la création d’un état non viable que les Palestiniens eux-mêmes refusent depuis 1947, ne fait qu’augmenter la pression anti-juive dans les pays à forte population arabo-musulmane et marque la naissance d’un nouvel antisémitisme.

Stupeur et tremblements

Stupéfaction dans le concert des nations. Le juif errant qui courbait l’échine, rasait les murs et se laissait massacrer sans broncher n’existe plus.

Depuis qu’il a dédaigné les propositions coupables d’installation en Ouganda ou au Birobidjan mais est retourné d’où il venait, c’est-à-dire chez lui, sur une terre occupée depuis les Romains par les Ottomans, les Jordaniens, les Egyptiens puis les Anglais, la « communauté internationale » constate, effarée, que cet ex foyer national juif, devenu état nation comme les autres, est capable, comme tel et à l’égal d’eux-mêmes, des pires turpitudes et emploie sans vergogne pour la sauvegarde de ses intérêts : raison d’état, propagande, coup de force préventif, espionnage intensif…

Bref, à travers indignations et vives protestations, l’état d’Israël renvoie en miroir aux autres états, qu’en ce qui concerne sa défense, il est, et prend le droit d’être aussi amoral qu’eux.

Le fait que chaque fois qu’il a rendu des territoires (sud Liban devenu fief du hezbollah, Gaza fief du Hamas) son existence s’est trouvée menacée est noyé dans l’orchestration d’une désinformation généralisée qui n’est qu’une nouvelle forme d’antisémitisme.

Le fait que l’Egypte elle-même impose le blocus de Gaza n’est jamais évoqué et la volonté affichée de son éradication par certains fous furieux constamment banalisée. Que l’Iran promette rien de moins que de l’atomiser n’empêche pas de trouver « disproportionnées » ses réactions aux agressions qu’aucune autre nation ne tolérerait.

Il faut dire qu’elles-mêmes, toute honte bue, face au fiasco de leur droit d’ ingérence comme observateurs, champions de l’interposition et de la non-intervention dans de célèbres massacres (Bosnie, Serbie, Kosovo, Rwanda, Congo…) n’ont pu solutionner provisoirement ces conflits qu’en aggravant les injustices qui les avaient déclenchés. S’indigner dans le sens du vent de manière aussi prompte, manichéenne et sélective en oubliant Niger, Soudan, Darfour, Tchétchénie… assure que seule la pensée à contre courant garantit d’être dans le vrai.

Ces nations vertueuses qui élèvent l’esprit de Munich au rang de valeur suprême, surestiment le pouvoir des mots et idolâtrent le compromis et l’accommodement raisonnable sont perçues par leurs interlocuteurs comme vaincues sans combattre et, par leur veulerie, directement responsables de l’impasse meurtrière du Moyen-Orient, parce que lâches et non crédibles.

Le fait qu’il y ait infiniment plus de députés Arabes à la Knesset que dans n’importe quel autre Parlement ne les empêche pas de donner des leçons de « gouvernance éthique » à la seule démocratie de la région.

La présupposition Occidentale, prétentieusement humaniste et manipulatrice, qu’il doit y avoir un terrain d’entente sur des valeurs communes et une volonté sincère d’oeuvrer pour une paix durable, est quotidiennement démentie par deux fondamentaux incontournables de la mentalité Orientale :

– tout étant basé sur des rapports de force, le seul qui soit en paix et digne de respect est celui qui a gagné la guerre et imposé sa loi

– tous les moyens étant bons, et seul capable d’en payer le prix, la source intarissable de kamikazes et d’amoureux du martyre que produit ma brillante culture assure un avantage déjà palpable
(cf la symbolique du projet de construction d’une méga mosquée à côté de Ground Zero qui serait le comble de l’allégeance à la dhimmitude).

Il est plus prudent de demander des comptes à Bibi Netanyahou pour la mort de 9 provocateurs candidats déclarés au martyre que d’aller chatouiller Monsieur Poutine sur le massacre de Beslan,
365 morts dont 189 enfants. Parlez-nous encore un peu de la disproportion……

Le ridicule de ces postures « anti-sionistes » relayées par les ratiocinations alambiquées des médias unanimes ne peuvent dissimuler la plus grande manipulation antisémite contemporaine : faire croire que tous les malheurs du monde trouvent leur source dans la non résolution de ce conflit à cause de l’intransigeance de « l’entité sioniste ».

Entre deux arrogances

Résolument incapables d’appeler un chat un chat, les manipulateurs Occidentaux ne sont plus que des mercenaires de combats de paroles, idiots utiles défenseurs de concepts foireux et de problématiques de pays qui se croient encore riches.

Le nouveau fascisme vert se contrefout du réchauffement climatique, du vivre ensemble ou du développement durable. Avec l’arrogance tranquille de l’ Orient qui a le temps, l’ Islam pur et dur inverse nos valeurs soit disant universelles et nous renvoie la preuve de leur inanité.
Seule l’aveugle arrogance de l’ Occident l’empêche de voir la planétaire exécration dont il est l’objet et la stratégie de grignotage et de remise en question de son propre cadre législatif par une charia qui a trouvé la faille et n’en espérait pas tant.

L’adhésion de nos leaders à la toute puissance virtuelle de la nouvelle pensée magique faites exclusivement d’image et de communication se heurte à l’endoctrinement, aux convictions religieuses, au courage politique, au fanatisme armé comme puissances bien réelles.
Qu’ils ne s’imaginent pas que le parti pris d’accord tacite entre deux antisémitismes sous la forme rémanente de l’ Occident chrétien et la forme virulente de l’ Orient islamiste leur épargnera un douloureux déclin. Il ne fait qu’ accélérer sa perte en discréditant l’ultime rempart contre la barbarie et l’obscurantisme et en refusant d’accepter l’évidence qu’un état nation nommé Israël n’a plus rien à voir avec un sempiternel peuple élu bouc émissaire.

Reconnaissez, comme ultime chance avant le chaos géopolitique annoncé, que le juif est, comme tout un chacun, capable du meilleur comme du pire, que d’immondes salauds peuvent éclore en son sein et côtoyer l’honnête homme et le saint.

Reconnaissez que son apport dans tous les domaines de la civilisation n’est même pas quantifiable tant il est immense.

Reconnaissez qu’ Israël, en tant qu’ état, n’est ni plus pourri et plutôt moins immoral que d’autres.

Reconnaissez qu’en lui appliquant un traitement d’exception, la communauté internationale – qui se nommant ainsi entérine son exclusion – ne fait qu’ accélérer sa course à l’abîme comme à chaque fois qu’ elle a persécuté les juifs.

Gil Follez-Alkimoff

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.