Deux ans de prison, et 30.000 euros d’amende !

Publié le 28 septembre 2007 - par
Share

Voilà la peine maximale que risque Fanny Truchelut, pour avoir demandé à deux femmes (dont Horia Demiati, que nous suspectons d’être une militante active de la cause du voile) de retirer leur tenue dans les parties communes d’un gîte, dans les Vosges. Nous constatons, à travers tous les courriers que nous recevons, combien cette situation est indigne aux yeux de nombreux citoyens, qui, exaspérés par la profusion de voiles qu’ils constatent de leurs propres yeux depuis des années, s’identifient totalement à la réaction de Fanny.

Riposte Laïque, depuis sa création, l’a soutenue sans aucune réserve, et a contribué à faire connaître cette affaire dans les milieux militants.
Anne Zelensky, qui témoignera au procès, a rencontré la propriétaire du gîte des Vosges. Pierre Cassen a également fait sa connaissance.

Il était légitime, au vu du choix de Varaut comme avocat, de craindre que Fanny puisse être intégriste catholique, voire défende des idées qui ne sont pas les nôtres contre les musulmans.

Elle n’est rien de tout cela. Elle est viscéralement attachée aux droits des Femmes, à la laïcité et à la liberté de conscience (aucun de ses enfants n’est baptisé).

Quand elle a vu ces deux femmes qui, sans l’avoir prévenue, sont arrivées voilées, elle n’a pu faire autrement que leur demander de retirer cet accoutrement dans les parties communes du gîte, n’ayant pas envie de subir, chez elle, une tenue qu’elle considère comme le symbole de l’oppression des femmes.

Bien évidemment, son attitude, la plainte qui lui a succédé, interpelle
toute la société française, et notamment sa mouvance laïque et féministe.

Les débats internes sont très vifs, entre ceux qui, comme nous et d’autres (lire les courriers publiés ci-dessous) la défendent, et ceux qui
considèrent qu’une telle conception du féminisme et de la laïcité est
liberticide, voire à la limite du racisme.

Ce débat n’aurait pas eu lieu il y a vingt ans, tout simplement parce que ce problème n’existait pas dans la société française, ni en Europe.

Et pourtant, cette question n’est pas seulement franco-française, l’ensemble des démocraties européennes y est confronté. Personne, à moins de vouloir s’aveugler, ne peut nier, dans toute l’Europe, dont la France, l’ampleur de l’offensive islamiste, et sa volonté d’enfermer les arabo-musulmans dans un repli identitaire communautariste et religieux, dont le voile est la face visible et l’uniforme.

Chacun mesure l’importance de ce procès, et ses enjeux.

Si Fanny perd, et est condamnée, c’est la porte ouverte pour un
approfondissement de l’offensive du voile.

On connaît déjà la suite, le harcèlement va continuer : l’école, et les accompagnements scolaires, pour commencer.

A cause des verdicts de la Halde, qui n’ont par ailleurs aucune légitimité,
au sens légal du terme, les enseignants se retrouvent sur la défensive.

Laurence Bonzani (lire l’interview dans Riposte Laïque 2), directrice
d’école dans l’Essonne, par ailleurs militante chez les Verts, est elle
aussi poursuivie devant les tribunaux pour avoir demandé à une femme voilée, elle aussi militante, de retirer cette tenue lors d’un accompagnement scolaire. Nous savons qu’une autre enseignante, en région parisienne, est dans la même situation.

De plus en plus d’enseignants, confrontés à la situation, n’ont comme seule échappatoire que d’escamoter les sorties non obligatoires, pour contourner le problème.

Toute la société française est confrontée à ce nouveau prosélytisme
religieux et sexiste, et, faute de volonté législative claire, patauge, sur la défensive.

Riposte Laïque considère que les lois ne sont plus adaptées, en France, à cette nouvelle situation.

Nous jugeons inadmissible qu’on puisse voiler des mineures de plus en plus jeunes.

Nous n’acceptons pas qu’il n’y ait pas de réponses aux tenues de Belphégor sur la voie publique.

Nous ne comprenons pas qu’on puisse exhiber ces tenues dans les universités, alors que la loi du 15 mars 2004 a empêché le port de signes religieux dans les écoles.

Et nous sommes, bien entendus, révoltés qu’une femme comme Fanny, mais demain d’autres, des patrons de restaurant, par exemple, puissent être poursuivis pour ne pas avoir accepté dans leur établissement des personnes porteuses de tenues injurieuses pour les combats des femmes de ce pays, mais aussi pour celles qui, dans d’autres endroits du monde, risquent leur peau pour refuser ce marquage sexiste.

Nous serons, ce mardi, à Epinal, au procès de Fanny, avec qui nous avons noué des liens amicaux. Le verdict ne sera sans doute pas connu de suite, et de nombreux appels sont à prévoir. Bien évidemment, nous vous informerons de son déroulement dans le Riposte Laïque 6.

Lors du procès de Charlie Hebdo, au-delà de ce que chacun pensait de cet hebdo, toute la France s’était retrouvée à soutenir Philippe Val et son équipe. Les plaignants, Boubakeur (par ailleurs proche de l’UMP) et l’UOIF, étaient apparus pour ce qu’ils sont : des religieux obscurantistes et liberticides, qui n’acceptent la laïcité que parce qu’il y a un rapport de forces qui les y contraints. Ils savaient qu’ils perdraient devant les tribunaux, mais ils ont exercé une pression supplémentaire pour faire croire qu’ils sont d’éternelles victimes, et tenter de nous culpabiliser.

Dans l’affaire du gîte des Vosges, c’est la même chose, on inverse les rôles. Anne Zelensky et Annie Sugier, dans un article (Riposte Laïque 2) intitulé « Qui provoque qui ? » démontraient qui, dans cette affaire, joue le rôle de provocateurs, et qui est la vraie victime.

Enfin, vous constaterez, à la lecture de nos articles, que sur des sujets comme l’école publique, l’immigration, la laïcité, les sans-papiers, la défense des services publics, la justice sociale, la République, nous sommes soucieux d’approfondir des débats trop longtemps confisqués par la repentance, la bien-pensance et le politiquement correct, pour le plus grand profit d’un Sarkozy qui a su remarquablement exploiter la coupure de certains discours de gauche avec des aspirations populaires qui en étaient aux antipodes.

Nous sommes exaspérés qu’une grande partie de la gauche, enlisée dans un discours incompréhensible pour les plus modestes, ait abandonné, depuis des années, toute référence républicaine, jugée ringarde et dépassée.

Riposte Laïque se met en place, lentement. Nous bouclons notre numéro cinq, au bout d’un mois d’existence. Nous tentons de rester fidèles à notre ligne de conduite : des textes que nous voulons de qualité, des exclusivités, on ne reprend pas les textes des autres sites, on produit nous-mêmes ce qu’on publie.

Nous ne ferons jamais dans l’injure, mais ne refuserons pas les débats vifs, voire les susciterons. En effet, chacun de nous a (et défend) une éthique et des convictions laïques et républicaines, mais aussi ses coups de coeur, ses « coups de gueule », ses choix politiques qui peuvent l’amener, au fil de ses analyses ou de ses récits, à déranger, voire à choquer, ponctuellement, certains de nos lecteurs qui partagent nos vues sur la laïcité mais sont très sensibles à d’autres sujets abordés. Or, il ne nous est pas possible de pratiquer l’autocensure, car ce serait, forcément, nous perdre, perdre notre liberté, perdre notre particularité dans le paysage médiatique bien-pensant actuel. Nous ne pouvons pas nous engager à respecter toutes les idées, toutes les passions, toutes les croyances… nous n’aurions plus rien à dire !

Par contre, que vous nous interpelliez, que vous contestiez, nous semble une très bonne chose et nous vous invitons à le faire sans restriction. La seule chose indiscutable, c’est que nous sommes viscéralement laïques, républicains, féministes, attachés à l’Etat-Nation, et que nous ferons tout pour que ces idées fassent leur chemin, à gauche comme à droite.

Nous apprécions que des lecteurs nous envoient des noms, parfois des listes complètes. Nous remercions ces amis qui nous envoient tous les jours des chèques de soutien, pour Riposte Laïque, et aussi parfois pour Fanny (dans ce cas, nous les envoyer à notre adresse, à notre ordre, avec un motion pour Fanny sur l’enveloppe, ou par un petit mot, bien sûr, car Fanny tient à préserver l’anonymat de son adresse. Bien évidemment, nous lui faisons parvenir l’équivalent immédiatement). Nous publions quelques-unes des contributions de lecteurs qui nous parviennent, et remercions tous ceux qui font le geste de nous écrire.

Nous vous rappelons notre adresse : Riposte Laïque, 81, rue Jean de Bernardy, 13001 Marseille

Notre mel : [ripostelaique@orange.fr->ripostelaique@orange.fr]

Notre site : [www.ripostelaique.com->www.ripostelaique.com]

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.