Deux débats, radiophonique et télévisé, au sujet de Quick-Halal

Publié le 6 septembre 2010 - par

Radu Stoenescu et Pascal Hilout, tout deux membres de notre rédaction, ont été invités à débattre des Quick où toute nourriture non halal sera exclue et privée des grils et des huiles. Comme une sorte de cochonnerie, elle aura droit à une mise en quarantaine, à part et à l’écart pour ne pas contaminer la nourriture destinée aux musulmans. Regardez et écoutez jusqu’au bout ces débats pour constater, par vous-mêmes, à quel point l’islamisation des esprits est bien avancée : elle s’accompagne d’une “hypocrisite” aiguë dont sont atteints aussi bien nos marchands du Temple que nos sociologues de haut vol ainsi qu’un certain nombre d’animateurs de nos médias.

Mais ne crachons pas dans la soupe et ne soyons pas ingrats ! Nos médias commencent à nous donner la parole et la vérité au sujet des prescriptions de l’islam finira par éclater.
—————–

1ère partie [09:52]……………………. 2ème partie [10:00]


——————————–
3ème partie [06:46]……………………. 4ème partie [04:45]

————————

————————

Commentaires de Pascal Hilout

En regardant cette vidéo et en écoutant cet enregistrement radiophonique, vous avez certainement constaté les techniques de contournement intellectuel que notre sociologie savante a réussi à élaborer pour offrir sa bénédiction à un business de marchands du Temple, à un commerce florissant dont les ingrédients de base leur sont fournis par une religion séparatiste et liberticide : l’islam. On est tenté de dire que bien des intellectuels et des chercheurs ont, eux aussi, obtenu des certificats halal. Ils sont charia-compatibles ou, pour parler français et donc plus clairement, leurs contorsions intellectuelles sont conformes aux instructions islamiques et à la doctrine des Ramadan & Confrérie. Il est bien loin le temps de Claude Lévi-Strauss, de ses Tristes tropiques et de ses critiques sans fard de l’islam.

Voilà donc deux sociologues de haut vol, Mme Florence Bergeaud-Blakler de l’IREMAM et M. El Yamine Soum de l’EHESS qui font tout pour ne pas répondre à la question centrale. Nous avons eu aussi droit au louvoiement de M. Ahmed El Keiy, un homme des médias, très éloquent par ailleurs et pour lequel j’avais beaucoup d’estime, avant de comprendre (*) qu’il est un subtile distributeur de somnifères. Mais peut être ne fait-il que répondre aux besoins d’un marché prospère : Marianne en raffole parait-il. Elle est friande de ces calmants autrement plus élaborés que le fameux opium des peuples.

Lors du débat, ces trois personnes tentent de transformer le concept de halal (c’est à dire licite au regard de la loi islamique) en un banal label commercial tout à fait comme les autres. Nous avons là un échantillon exemplaire de ceux que j’ai désignés par le vocable d “idiots utiles” à l’islam et à son idéologie religieuse ; utiles à cette vision archaïque du monde, à cette vision liberticide, sexiste, séparatiste et ségrégationniste à souhait (cf. notre livre Les dessous du voile).

Mme Bergeaud-Blackler tente de minimiser la part des carcasses religieusement égorgées, sans étourdissement préalable, mais écoulées auprès de M. Tout-Le-Monde, le Français qui n’adhère ni au judaïsme ni à l’islam. Notre sociologue-chercheuse sait très bien que la fabrication du cacher et du halal coûte : elle ne se limite pas à des équipes de sacrificateurs, mais inclue des contrôleurs religieux sur les chaînes de transformation et dans les circuits de distribution. Les contrôleurs eux-mêmes sont chapeautés par des surveillants généraux et tout ce beau monde est géré par une administration religieuse, peu importe qu’elle soit officielle ou officieuse (1)!

Les yeux de Yahvé-Allah sur terre s’incarnent sous forme d’un triangle hiérarchique que les croyants et les non-croyants contribuent à entretenir (2). Lors du débat, j’ai donné un chiffre officiel sur l’abattage des ovins/caprins (3). J’ai volontairement évité la polémique et je n’ai pas rappelé le rapport 2005 du très officiel COPERCI et ses données compromettantes qui remettent en question ce que notre chercheuse propage comme discours religieusement correcte (4).

Monsieur El Keiy a tenté de noyer le poisson dans l’océan du commerce international et de la finance islamique. Les yeux grand-ouverts, il fait rêver Marianne en lui racontant l’histoire des mille et un milliards de pétro-$$$.$$$.$$$.$$$.

Et le sociologue El Yamine Soum, tente de noyer le même poisson dans le gras des fast-foods. Il ose aussi la pernicieuse insinuation que mon discours serait celui des dictateurs en herbe, de ceux qui passeraient de la gauche à l’extrême droite. Mais dans sa conception de la France, il est encore incapable de dessiner la République et la nation comme un ensemble, UN et indivisible, dont les communautés religieuses sont des sous-ensembles à part entière. Il n’arrive pas conceptualiser le fait que ce sont les religions qui séparent les citoyens et non pas Marianne. Les communautés posent problème lorsque, religieusement, elles inculquent à leurs enfants et à leurs adultes l’obligation de ne pas goûter, de ne pas boire, de ne pas manger avec les autres, ni dans les cantines scolaires, ni dans les restaurants d’entreprises, ni dans les restaurants normaux, ni dans les hôpitaux, ni en équipe de France, ni dans les quick-foods, ni lors des anniversaires où les bonbons pourraient contenir de la gélatine de porc et les gâteaux des traces d’alcool, sans parler de la cochonnaille dont raffolent les enfants…

Quick halal est aujourd’hui un révélateur de cette séparation consommée, mais pas très fièrement assumée ; alors qu’on croyait que Marianne pouvait un jour vivre-, manger- et trinquer-ensemble avec Mahomet et son islam. Après tant de somnifères, le réveil de Marianne risque d’être dur. Mais il sera certainement salutaire : la cure de désintoxication pourra enfin commencer. Aujourd’hui, nous avons la certitude et la preuve par 22 Quick que l’islam séparera à tout jamais la communauté musulmane des autres membres de la communauté nationale. L’islam a fait son temps, il doit être enterré, en grande pompe, comme il se doit, pour que les musulmans en fassent enfin le deuil et puis naissent à la Liberté et à la Fraternité avec le reste de notre humanité.

Marianne nous a rassemblés et toutes les religions qui veulent nous séparer (et qui en sont tout à fait capables) ne méritent qu’un bon coup de pied dans le derrière. Leurs thuriféraires, idiots conscients ou inconscients, méritent le même geste symbolique pour les renvoyer à leur Moyen-âge et aux oubliettes de l’Histoire.

L’idée du pur et de l’impur dans la nourriture est foncièrement malsaine. Jamais elle ne deviendra acceptable !

Certains membres de nos prestigieuses institutions comme le CNRS, l’IREMAM, l’EHESS ainsi que France Ô ne veulent pas le comprendre parce qu’ils sont atteints “d’hypocrisite”, maladie endémique en terre islamique. On voit là que l’islamisation des esprits est autrement plus avancée qu’on ne peut imaginer.

———
(*) Je ne comprend pas toujours très vite

(1) Exemple récent : le surcoût du halal s’élève à 20% du prix total des salades Nurdan. Regardez la fin du reportage de Télé Lyon Métropole(TLM)). Remarquez que ce reportage est donné à voir sur le site officiel du fabriquant.

(2) Nous avons tous déjà mangé de la viande halal ou casher, Le Figaro du 25/02/2010

(3) Conditions d’abattage des animaux de boucherie

(4) De la viande halal vendue comme non-halal

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi