Devedjian a mille fois raison de financer la restauration des églises !

Publié le 26 avril 2010 - par - 599 vues
Share

Je n’éprouve aucune sympathie particulière pour le très libéral Devedjian, celui qui a remplacé « République française » par « France » sur les timbres, mais je dois dire que je ne suis absolument pas d’accord avec Hervé Boyer(1) qui s’insurge, dans le dernier Riposte Laïque, contre les 47,5 millions d’euros prévus pour la réfection des lieux de culte catholiques, considérant qu’il s’agirait d’un financement de culte qui n’aurait pas lieu d’être, sous prétexte que la loi de 1905 interdit le financement de tout culte.

Or, la loi de 1905 précise clairement que tous les édifices de culte construits avant la loi restent propriété de l’Etat pour les cathédrales et des communes pour les églises paroissiales, ce qui induit, forcément, que l’Etat et les communes prennent en charge leur entretien.

Hervé Boyer considère qu’il s’agit, finalement, de restaurer des lieux de culte aux frais de la collectivité qui a bien d’autres chats à fouetter, que le budget du « plan de Relance » n’a rien à voir avec la restauration des églises et que, finalement, la loi de 1905 devrait bien être amendée.

Grave erreur, pour trois raisons, même en laissant de côté la principale, à savoir que la loi de 1905 a expressément prévu l’entretien et donc la restauration des lieux de culte existants. Dura lex, sed lex.

D’abord, la plus importante, c’est que les églises font partie de notre patrimoine, architectural, artistique, esthétique et historique et il serait criminel de laisser partir à vau-l’eau ces témoignages du génie des verriers d’art, des architectes, peintres et sculpteurs que l’on découvre à foison et, à chaque fois, avec émerveillement, dans les églises, qu’elles soient romanes, gothiques ou plus tardives et qui nous racontent en images les croyances, les conceptions du monde, les lectures de la Bible et qui nous disent, surtout, la grandeur de l’artiste et celle de l’homme en général. Cela fait partie de la France, c’est notre héritage. Et si ces églises ou cathédrales servent encore, en plus, de lieu de culte pour le petit pourcentage de ceux qui pratiquent encore, où est le problème ? C’est souvent à son clocher que l’on reconnaît qu’un village existe, parce que bâti autour de l’église, et il reste le symbole de la communauté, qu’elle croie ou pas, qu’elle soit catholique ou pas. C’est aussi ça l’identité française.

Ensuite le ministère chargé du plan de relance est concerné au premier chef par ces restaurations puisque cela va impliquer de faire travailler de nombreux corps de métier du bâtiment et des ateliers de restauration d’œuvres d’art. L’Etat joue ici son rôle traditionnel d’ordonnateur de grands travaux. Il ne faut pas oublier non plus que des bâtiments en bon état ce sont des bâtiments que l’on peut visiter et que c’est diablement bon pour le tourisme, avec les retombées économiques que l’on connaît.

Enfin les églises sont aussi les vestiges de notre tradition catholique et de notre histoire, et il faut absolument les préserver, parce que nos valeurs, héritées des Lumières et de la Révolution française sont elles-mêmes l’héritage des valeurs chrétiennes. Or, au moment où l’islam tend à imposer la charia, à nier nos valeurs, il importe d’être fiers de tout ce qui nous a faits, christianisme compris. Nous savons tous que l’Eglise catholique n’a pas fait que de bonnes choses et nous les avons dénoncées quand il le fallait, est-ce une raison pour cracher sur ce qu’elle a apporté de bon ? Et ce qu’elle a apporté de bon, c’est, entre autres, la reconnaissance des femmes et de leur plaisir. Une de mes sculptures favorites, qui se trouve dans l’église Santa Maria della Vittoria à Rome, l’Extase de Sainte Thérèse, œuvre du Bernin, dit tout ce qu’on doit à la Contre-réforme catholique, l’amour de la vie, du luxe, du plaisir (notamment féminin, la tête de Sainte Thérèse est explicite) et dit assez que le plaisir, à défaut du bonheur est possible sur cette terre. En Italie comme en France, d’ailleurs, les allusions sexuelles ou païennes cachées dans les églises sont légion et nous rappellent que nous n’avons rien mais vraiment rien à voir avec cette autre religion du livre qui veut enfermer et marquer du voile de la honte toutes les femmes.

Tout cela vaut bien 47,5 millions d’euros ! Et je n’ai aucune envie de remettre en cause la loi de 1905, cela ne servirait qu’à faire place nette pour l’islam.

J’ajouterai pour finir que je ne trouve pas choquant de parler de la royauté et du catholicisme pour évoquer notre histoire, elle a bien été faite par des générations de rois « de droit divin ». Ce n’est pas parce que la Révolution a aboli la royauté et que la République est notre système que la France n’existe que depuis 1789 et qu’il faudrait et avoir honte de ce qui précède et oublier Charlemagne, Louis XI, Henri IV ou Louis XIV, qui ont, peu à peu, avec ou contre l’Eglise, fait de places-fortes féodales perpétuellement en guerre un pays uni et indivisible, avec un seul peuple et une seule patrie, la France.

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr

(1) [http://www.ripostelaique.com/L-Union-europeenne-organise-des.html->http://www.ripostelaique.com/L-Union-europeenne-organise-des.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.