Dieudonné crache sa haine antisémite au visage d’Eric Zemmour !

Publié le 26 avril 2010 - par - 6 273 vues
Share

Dieudonné, nom de scène de Dieudonné M’bala M’bala, est décidément un « humoriste » d’un genre très spécial : celui qui consiste à se servir de la scène d’un théâtre, d’une tribune médiatique ou du Web comme d’un déversoir véhiculant sa propagande antisémite et antisioniste.

Dans une vidéo dont Le Post s’est fait l’écho, mise en ligne le 17 avril 2010, Dieudonné prend prétexte des récentes déclarations du journaliste Eric Zemmour sur les origines ethniques de la population carcérale française pour nous donner sa version toute personnelle des Protocoles des Sages de Sion.

Analysons donc chacun des termes du brûlot antisémite dont a récemment accouché Dieudonné.

1. « Le problème de Zemmour, c’est qu’il n’y a personne en face pour lui dire quand il dit « les Noirs et les Arabes peuplent les prisons », oui c’est vrai pour des délits mineurs …. ».

Les Noirs et les Arabes peuplent-ils majoritairement les prisons ? Très honnêtement, je vous avoue que je n’en sais rien. J’ai en effet pour principe de ne baser mes affirmations que sur des preuves formelles, pas sur des allégations non démontrées. Or, en l’occurrence, je n’ai eu connaissance d’aucun rapport d’une seule autorité habilitée à étudier les origines ethniques de la population carcérale française. Et si à l’inverse, tel avait été le cas, alors je n’en déduirais pas pour autant que « « ces gens-là » seraient génétiquement prédisposés au crime » pour reprendre ici ce que reprochait finalement Monsieur Sifaoui à Eric Zemmour dans sa « Lettre ouverte à Zemmour » paru sur son blog le 26.03.10. Monsieur Sifaoui qui, je le note au passage, développe un point de vue agressif à l’encontre d’Eric Zemmour sans néanmoins hélas à aucun moment appuyer ses affirmations et/ou ses observations sur aucun rapport, sur aucune étude officielle et sérieuse qui aurait été menée et rendue publique sur le thème des origines ethniques de la population carcérale française. Il ne cite pas davantage dans son article précité de statistiques à l’appui de son raisonnement.

Moi, dans cette affaire, je constate simplement que Dieudonné, après s’être joint à la horde de loups qui se sont acharnés à massacrer publiquement Eric Zemmour, reconnaît également dans la même phrase que les Noirs et les Arabes représentent une proportion élevée de la population carcérale : « Oui, c’est vrai …. ».

Invité quelques semaines plus tôt par RMC Info, Dieudonné l’avait déjà confirmé devant Jean-Jacques Bourdin : « Je pense que si j’avais été sur le plateau ce jour-là, j’aurais fait remarquer que oui, effectivement, il y a beaucoup de Noirs et d’Arabes en prison. » En conséquence, Dieudonné condamne les propos d’Eric Zemmour qu’il confirme ensuite sur la base de ce qu’il sait de la réalité des origines ethniques de la population carcérale en France, sans lui non plus à aucun moment apporter la moindre référence à une étude, rapport statistique qui auraient été menés sur le sujet. Il ne fait donc en réalité que légitimer les propos d’Eric Zemmour qui, j’en ai la conviction à titre personnel, ne portait pas de jugement à caractère  » ethnique  » sur la population carcérale mais dressait plus simplement un constat.

Première incohérence donc de la part de Dieudonné mais pas la dernière, loin s’en faut ! En effet, Jean-Jacques Bourdin fait ensuite remarquer : « Je vous dis çà Dieudonné parce que le parrain de votre fille était avec moi là pendant les régionales et il m’a dit « Il y a beaucoup trop d’Arabes et de Noirs à Marseille ». » Réponse de Dieudonné : « Moi, je pense qu’il n’y en a pas assez personnellement. »

S’ensuit alors une observation pertinente de Jean-Jacques Bourdin : « Vous n’êtes pas d’accord avec lui … çà il faudra lui dire. » Et que fait Dieudonné ? Il sourit de manière ironique mais n’argumente rien. Résumons donc : Dieudonné fustige Eric Zemmour lorsque celui-ci constate qu’il y aurait « trop d’Arabes et de Noirs en prison » tout en ayant pour parrain de sa fille Monsieur Le Pen qui souligne de son côté la présence excessive de Noirs et d’Arabes à Marseille. Même si Dieudonné n’approuvait pas sur ce dernier point les propos de Monsieur Le Pen, il le juge néanmoins suffisamment fréquentable pour lui avoir accordé le droit d’être le parrain de sa fille. C’est dire à quel point Dieudonné se noie dans ses propres incohérences !

2. « Oui, c’est vrai mais pour les délits mineurs »

Sur quelles preuves Dieudonné fonde-t-il son raisonnement selon lequel les Noirs et les Arabes seraient emprisonnés en France majoritairement pour des délits mineurs ? Aucune. A lui donc d’apporter les preuves de ce qu’il affirme.

Enfin, depuis quand existerait-il des délits « mineurs », ce qui laisserait entendre qu’il existerait donc à l’inverse également des délits « majeurs » ? Et à partir de là, où se situerait la frontière selon Dieudonné entre les délits dits mineurs et ceux qualifiés de « majeurs » ?

3.« mais les gros escrocs de la planète sont tous des Juifs, Madoff, Le Sentier, tout çà. »

• Premier point : l’origine ethnique des auteurs de crimes et/ou délits.

Il n’est pas question ici de soutenir l’idée selon laquelle aucun Juif ne commet jamais aucun délit ni aucun crime. Il est évident que dans le monde juif comme partout ailleurs, il y a des personnes qui ne respectent pas la loi, qu’ils vivent en France ou non. Défendre le contraire reviendrait à affirmer qu’il existerait « une génétique » particulière au monde juif qui les protégerait en quelque sorte de toute action délictueuse et/ou criminelle. Ce serait aussi monstrueux que de soutenir l’idée selon laquelle les Noirs, les Arabes, les Asiatiques ou n’importe quelle autre ethnie seraient « génétiquement » prédisposés à commettre des crimes et délits.

Madoff est donc effectivement un exemple de criminalité financière. Je précise simplement à l’attention de Dieudonné que Bernard Lawrence Madoff a été arrêté et mis en examen le 12.12.08 par le FBI pour escroquerie qui portait sur plusieurs milliards de dollars. Le 29.06.09, Madoff a été condamné à 150 ans de prison ferme, le maximum prévu par la loi. Sans en aucun cas légitimer en quoi que ce soit le comportement pour le moins criminel de Madoff, Dieudonné connaît-il beaucoup de personnes dans le monde, quelles que soient leurs origines ethniques, qui soient condamnées à 150 ans de prison ferme ?

Poursuivons sur le chapitre de la criminalité. Pourquoi Dieudonné ne parle-t-il jamais du crime de Sébastien Selam dans la nuit du 19 au 20 novembre 2003 ? Pourquoi Dieudonné ne parle-t-il jamais du crime d’Ilan Halimi en février 2006 ? Pourquoi ? Comment se dénommaient les auteurs de ces crimes ? Adel Amastaibou pour Sébastien Selam. Youssouf Fofana pour Ilan Halimi. Et cela, ce n’est pas du racisme. C’est seulement un constat que je fais. Un simple constat.

Concernant Ilan Halimi, je reconnais volontiers par ailleurs que dans la cohorte de complices qui se sont rendus coupables de ce crime immonde et qui l’aurait été tout autant si Ilan Halimi n’avait pas été Juif mais de n’importe quelle autre origine ethnique, tous n’étaient pas des Arabes ou des Noirs. Ce qui n’enlève rien du reste au caractère criminel de la participation directe ou indirecte à ce crime de ceux qui étaient Noirs ou Arabes comme de ceux qui n’étaient ni Noirs ni Arabes. Car ne pas dénoncer une entreprise criminelle, même au stade de sa simple élaboration, c’est déjà se comporter en criminel. Et ce d’autant plus que dans l’Affaire Halimi, le sieur Fofana n’en était pas franchement à son premier coup d’essai. Est-ce donc là ce que Dieudonné appelle « des miettes » lorsqu’il poursuit en ces termes : « Alors, Zemmour, tu crois pas que c’est plutôt à eux qu’il faut s’en prendre avant de s’en prendre à ceux qui volent les miettes ? Zemmour, je ne sais pas la gueule qu’il ferait mais j’aimerais juste le voir faire cette gueule là.»

• Second point :  » … les gros escrocs de la planète sont tous des Juifs … »

En d’autres termes, Dieudonné nous dit ici : « Les Juifs sont tous riches. » Sur ce point précis, je viens de prendre connaissance de la liste des 100 premiers noms de milliardaires au monde, publiée en 2010 par le magazine américain Forbes et par ailleurs aisément consultable sur Internet.

A ma connaissance, seule l’une de ces dix personnes est d’origine juive. Chacun comprendra que je ne cite pas ce nom par respect pour l’identité de cette personne d’une part, d’autre part parce que l’objectif n’est pas ici d’établir en quelque sorte « un fichier ethnique » des fortunes de ce monde.

En vérité, analysons bien ici le message que veut faire passer Dieudonné en recourant à l’image du « Juif escroc » : il exploite sans le citer directement ni plus ni moins que le mythe du « complot » qui prête aux Juifs une volonté de dominer le monde. Ce mythe du « Complot juif » a été développé par Les Protocoles des Sages de Sion, puis repris de nouveau un peu plus tard dans « Mein Kampf » d’Hitler.

Par ailleurs, ce que dit Dieudonné lorsqu’il dit un peu plus loin dans la vidéo « Il faut être Juif pour avoir la liberté d’expression en France, c’est tout, c’est une réalité … », relève exactement de la même logique dans son esprit : Dieudonné accuse ouvertement mais sans parler une seule fois des « Protocoles des Sages de Sion », les Juifs au travers d’une personne censée représenter tous les Juifs du monde de la presse, en l’occurrence Eric Zemmour, d’être à la tête des médias et donc de vouloir également dominer le monde des médias.

Aujourd’hui, les Protocoles des Sages de Sion sont largement diffusés dans le monde arabe. A titre d’exemple, voici ce qu’écrivait déjà à ce sujet en mai 2003 le journaliste chrétien en Terre Sainte Jean-Marie Allafort dans un article publié dans l’Echo d’Israël :

« Lors du dernier Ramadan en novembre 2002, une dizaine de chaînes arabes y compris câblées (donc visibles en France) ont diffusé un feuilleton en 41 épisodes intitulé « Chevalier sans monture » qui se fonde sur les Protocoles des Sages de Sion. Le héros est un résistant à l’occupation coloniale britannique qui tout au long du feuilleton s’emploie à démontrer la véracité des Protocoles et à lutter contre un « complot juif contre la Palestine ». La série, produite par Mohamed Sari qui en est aussi l’acteur principal a déclenché un chaud débat dans la presse arabe et particulièrement égyptienne. Si la plupart des écrivains ont soutenu la diffusion de la série, certains ont toutefois critiqué l’intérêt obsessionnel porté par les Egyptiens (pourtant en paix avec Israël) aux récits antisémites. »

4. « Quand je le vois face à une Noire lui dire  » Moi, je suis blanc, toi t’es noire… mais Zemmour, tu serais représentant de la race aryenne maintenant. Tes parents sont nés dans le Maghreb, vous avez trahi le Maghreb. Tu continues à le faire. Tu es la liaison entre l’Afrique noire et le monde blanc, tu n’es pas, tu ne représentes pas la Scandinavie. Tu me mens. Ils nous ont tout fait. Ils nous ont traînés dans la boue, ils nous ont mis des tas d’esclaves, ils nous ont colonisés. Qu’est-ce qu’on a peur de quoi ? C’est fini. Maintenant de toute façon, la mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens. On n’a plus à se soumettre. Il faut arrêter maintenant.»

• Premier point : la référence à « la race aryenne ».

C’est probablement là l’un des aspects les plus graves du discours de Dieudonné porté à l’encontre du journaliste Eric Zemmour. L’un des plus graves parce que, fidèle à son habitude, Dieudonné réécrit l’Histoire de l’Humanité. Une Histoire qui ressemble à s’y méprendre à celle que nous conte inlassablement nombre de mouvances fondamentalistes musulmanes qui sévissent depuis plusieurs décennies dans le monde.
Afin de comprendre tant la nature que la portée odieuses des propos de Dieudonné, souvenons-nous en fait de ce que signifie en vérité la référence à « la race aryenne » et par voie de conséquence celle aux « Aryens ».

D’abord, qui étaient les Aryens ? Le mot « Aryen » désigne le groupe de peuples iraniens et de langue indo-iranienne qui a commencé à occuper le plateau iranien il y a de cela des millénaires. Il faut remonter à la dynastie des Sassanides qui a donné ensuite elle-même naissance au second empire perse (226 – 630) pour comprendre l’Histoire du peuple aryen. Ce sont en effet les Sassanides qui furent les premiers à appeler leur empire « Iranshahr » qui signifie en persan « Terre des Aryens ». Durant toute cette période, l’influence culturelle de la civilisation perse s’étendra dans le monde romain avec lequel les perses seront fréquemment en guerre, plus généralement en Europe occidentale mais aussi en Afrique, en Inde, en Chine.

En conséquence, une fois de plus, contrairement au parallèle établi par Dieudonné entre les Aryens et la Scandinavie, les Aryens n’étaient pas un peuple originaire de Scandinavie mais un peuple d’Iran. Et donc un peuple perse. Ajoutons à cela que les Perses qui ne sont pas des sémites et donc pas des Arabes n’étaient pas non plus sous la période sassanide de religion musulmane mais des zoroastriens. Ce que se garde également bien de préciser Dieudonné. Le zoroastrisme est par ailleurs une religion monothéiste issue alors de la religion pratiquée par les tribus de langue iranienne qui s’étaient installées dans l’Iran occidental entre le IIème et le Ier millénaire avant Jésus-Christ. Il deviendra religion officielle des Perses sous la dynastie sassanide jusqu’à ce que la conquête islamique de la Perse soit engagée aux alentours de 637.

Dorénavant, attardons – nous sur la référence faite par Dieudonné à la « race aryenne ». Le terme « Aryen » permettait aux nazis de définir « la race blanche » également qualifiée à l’époque de « race nordique ». De fait, l’Allemagne nazie considérait « la race aryenne » comme « supérieure à toute autre race » et la décrivait comme « une race de blonds aux yeux bleus ». S’il est exact que des photographies prises en 2006 à la frontière pakistano-afghane où vivent des peuples « iraniens » aux langues archaïques qui ne se sont pratiquement jamais mélangés depuis leur arrivée sur le plateau iranien, ont permis de découvrir des enfants effectivement blonds aux yeux clairs désignés comme étant « les derniers aryens », rien ne prouve pour autant que les Aryens vivant en Iran il y a maintenant plus de 2000 ans auraient été également « blonds aux yeux bleus ». Ou pour reprendre ce que sous-entend Dieudonné « de type scandinave ».

Par voie de conséquence, la thèse développée par les nazis demeure hautement farfelue à ce jour parce que non démontrée scientifiquement. Hautement criminelle aussi parce que le seul fait d’affirmer qu’il existerait des « races supérieures » à d’autres conduit à terme à des pratiques eugénistes qui sont, comme chacun le sait, des atteintes inacceptables portées au genre humain.

• Second point : la référence aux Juifs du Maghreb et à la colonisation.

 » Tes parents sont nés dans le Maghreb  » : Eric Zemmour est effectivement issu d’une famille française juive d’Algérie. Ce qui n’est pas une honte que je sache, contrairement à ce que Dieudonné laisse percevoir.

Dieudonné poursuit alors en ces termes : « Vous avez trahi le Maghreb, tu continues à le faire … Ils nous ont tout fait. Ils nous ont traînés dans la boue, ils nous ont mis des tas d’esclaves, ils nous ont colonisés. C’est fini. Maintenant de toute façon, la mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens. On n’a plus à se soumettre. Il faut arrêter maintenant. « .

Dire que les Juifs ont « trahi le Maghreb », c’est mentir de manière éhontée à l’opinion publique. En effet, les Juifs d’Algérie ont été pendant toute la période ottomane ce que l’on appelle des dhimmis. Pour s’en convaincre, prenons le temps de relire ce qu’écrivait à ce sujet Bat Ye’or dans un article intitulé « Juifs et chrétiens sous l’islam » :

«  » Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Écritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut de leurs propres mains et qu’ils soient soumis.  » [rappel d’une sourate du Coran ici par bat Ye’or]

D’abord collectif, ce tribut devint une capitation individuelle, obligatoire pour les dhimmis. Son acquittement garantit la sécurité et les droits limités, religieux et civils, du dhimmi ; il lui procure l’immunité contre l’esclavage ou la mort prévus par le jihad.

En outre, la communauté dhimmie est obligée de pourvoir, par des taxes en espèces ou en nature et par des corvées, au nécessaire des Musulmans qui, à l’origine, ne constituaient que des contingents militaires d’occupation. Malgré les modifications démographiques entre Musulmans et non-Musulmans survenues au cours de l’histoire, ces charges se maintinrent dans certaines régions jusqu’au XXe siècle. Ce bref résumé indique que les éléments militaires et économiques de la dhimmitude se complètent. Même si la fiscalité des dhimmis reprend certaines pratiques des régimes préislamiques antérieurs, la caractéristique de la dhimmitude consiste à situer le domaine économique dans un contexte militaire et religieux de différenciation discriminatoire qui englobe tous les aspects de cette condition. Ce principe introduit des distinctions humiliantes entre Musulmans et dhimmis jusque dans les plus menus détails de la vie quotidienne, tels que le type de lacet de chaussures, de vêtements, de coiffure, de montures, de comportements, etc.

Sur le plan des droits civils, l’autorité musulmane adopta l’ensemble des lois antijuives stipulées dans les codes des empereurs byzantins Théodose II (Ve siècle) et Justinien (VIe siècle). Les jurisconsultes musulmans, dès le VIIIe siècle, les réinterprétèrent dans une conception islamique et les imposèrent à égalité aux Juifs et aux Chrétiens. Reprises dans la jurisprudence islamique, ces lois antijuives furent considérées comme l’expression de la volonté divine. Elles conférèrent à la dhimmitude une structure juridique immuable, génératrice d’humiliations, de déchéances et de vulnérabilité extrême. Conjointement aux autres facteurs militaires mentionnés plus haut, cette situation induisit l’amenuisement et parfois la totale disparition des Juifs, mais surtout des Chrétiens. Après l’ordre d’expulsion des Juifs et des Chrétiens du Hedjaz en 640, le christianisme fut éliminé totalement d’Arabie, tandis que le judaïsme put se maintenir au Yémen dans des conditions des plus précaires.

Sous le califat d’Abd al-Malik (685-705), les tribus arabes chrétiennes furent forcées de se convertir ou de fuir chez les Byzantins. D’autres acceptèrent l’islamisation de leurs enfants en échange d’une exemption de la jizya. En moins d’un siècle, l’islam avait mis un terme au christianisme arabe. Les populations chrétiennes, notamment grec-orthodoxes, uniates et catholiques, sont des dhimmis arabisés au XIXe siècle par la politique coloniale de la France visant à se constituer un grand empire arabe d’Alger à Antioche dès les années 1830.
Les conquêtes islamiques n’auraient pu se maintenir si elles n’avaient bénéficié de nombreuses trahisons et collaborations de princes chrétiens, de militaires et de patriarches. Ces collusions découlaient d’un contexte interchrétien de rivalités dynastiques et religieuses ou d’ambitions personnelles. Parce qu’elles se situaient aux niveaux hiérarchiques les plus importants, ceux qui impliquaient les plus hautes responsabilités d’État, de l’armée et de l’Église, ces défections déterminèrent l’islamisation de multitudes de Chrétiens.

Par certains aspects, le statut du dhimmi est tantôt moins sévère, tantôt plus contraignant que celui des Juifs en Chrétienté. Il existe toutefois des connexions très profondes entre l’antijudaïsme et la législation de la dhimmitude. On peut citer l’interdiction de construire, d’agrandir et de restaurer églises et synagogues, l’humilité obligatoire du culte, l’irrecevabilité du témoignage du dhimmi, la peine capitale pour le mariage avec une musulmane et pour prosélytisme, l’expulsion des dhimmis des fonctions honorifiques et de postes leur conférant une autorité sur un Musulman, l’interdiction de posséder des esclaves ou des serviteurs musulmans. Ces lois ont toutes leur équivalent et leur origine dans les lois antijuives édictées et datées dans les sept premiers siècles du christianisme, de Byzance à l’Espagne wisigothe. »
[Bat Ye’or, Juifs et chrétiens sous l’islam, Commentaire n°97, Printemps 2002]

Donc, contrairement à ce qu’affirme Dieudonné, ce ne sont pas les Juifs qui ont soumis les populations arabes d’Algérie mais les Musulmans qui ont longtemps soumis les populations juives en les emprisonnant dans le statut de dhimmis.

Ce n’est en réalité qu’en 1830 que les israélites seront libérés du statut de dhimmis. Ils en ont donc été libérés à la suite de la colonisation française de l’Algérie, certes. Mais là encore, lorsque Dieudonné dit « Ils nous ont colonisés », c’est faux car ce ne sont pas les Juifs qui ont entrepris de coloniser l’Algérie mais le gouvernement de la Restauration qui a décidé d’envahir l’Algérie et ce suite à plusieurs conflits survenus entre le dey et le consul de France Duval.

En 1870, le décret Crémieux accorde enfin la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie. On voit donc mal comment les Juifs d’Algérie qui n’étaient pas citoyens français jusqu’en 1870, auraient pu coloniser et soumettre au nom de la France avant 1870 les populations musulmanes d’Algérie !

Le décret Crémieux provoquera très rapidement une réaction d’hostilité dans le camp colonialiste. Hostilité à l’égard des Juifs d’Algérie qui s’étendra à la droite métropolitaine et gagnera les mouvements antisémites de métropole. Dans « Les Trois exils, Juifs d’Algérie » paru en 2006 aux éditions Stock, Benjamin Stora nous donne une illustration de l’expression de cet antisémitisme à l’approche de la guerre parmi les Pieds-Noirs européens, en rappelant ce que l’on pouvait alors lire par exemple dans le Petit Oranais : « Il faut mettre le soufre, la poix, et s’il se peut le feu de l’enfer aux synagogues et aux écoles juives, s’emparer de leurs capitaux et les chasser en pleine campagne comme des chiens enragés. »

J’observe au passage que Dieudonné adopte dans sa diatribe prononcée à l’encontre d’Eric Zemmour le même vocabulaire que certains Pieds-Noirs européens de l’époque en comparant les Juifs à des « chiens ».

Pendant la Guerre d’Algérie, certains Juifs d’Algérie embrassèrent la cause du FLN tel Henri Alleg, d’autres la cause de l’OAS. Sur ce point, sans doute la mort du musicien de maalouf le Cheikh Raymond Leyris apprécié tant des Juifs que des Arabes, également beau-père d’Enrico Macias et qui fut assassiné en 1961 par un Musulman à Constantine, est-il symptomatique de la tragédie que représenta également pour les Juifs d’Algérie la Guerre d’Algérie. J’invite donc à l’avenir Dieudonné à témoigner de davantage de mesure dans son approche caricaturale de cette période tragique de l’Histoire de France !

5. « regarde ta gueule, on dirait un dromadaire. »

Cette phrase de Dieudonné me fait tristement penser à une caricature de Charles Trenet parue sous le régime de Vichy où le chanteur était représenté avec un nez « de dromadaire ».

6. « C’est çà qui est amusant parce que tout d’un coup, en fait c’est bien simple à partir du moment où Israël rattache l’Europe, Zemmour, son message il est clair, c’est-à-dire il y a les Blancs. Enfin, grosso modo, il y a l’Empire judéo-chrétien puis il y a les Barbares, c’est çà qu’il est en train de nous dire et c’est là où moi j’aurais aimé lui parler …… et c’est pour çà qu’il refuse de me voir, qu’il refuse de me parler. »

•  » A partir du moment où Israël rattache l’Europe …  » :

Que veut ici nous signifier exactement Dieudonné ? S’il entend par « Israël rattache l’Europe » qu’Israël est une démocratie et que cet Etat appartient au monde occidental bien que situé géographiquement au Proche-Orient, oui je confirme qu’Israël s’inscrit effectivement au nombre des sociétés occidentales. Et de ce point de vue, Israël partage avec les démocraties occidentales un combat commun : la lutte contre le fascisme islamique.

• « A partir du moment où Israël rattache l’Europe, Zemmour son message, il est clair, c’est-à-dire il y a les Blancs. »

Dans ce monologue qui lui est propre, Dieudonné omet de dire qu’il n’y a pas que des « Blancs » dans le Peuple du Livre. Non, le Peuple hébreu compte des Blancs mais aussi des Noirs venus d’Afrique, précisément d’Ethiopie : les Falashas dont le gouvernement israélien a reconnu la judaïté en 1975.

•  » … l’Empire judéo-chrétien …  » :

Parler de « l’Empire judéo-chrétien » ne correspond absolument à aucune réalité historique. On parle en effet de « civilisation judéo-chrétienne » mais pas d’ »Empire judéo-chrétien ».

Ma conclusion :

Plusieurs plaintes ont été déposées à l’encontre de Dieudonné suite à la diffusion sur le Net de la vidéo qui a fait l’objet du présent article. Notre législation française condamne fermement l’incitation à la haine raciale dont Eric Zemmour est de toute évidence ici la cible.
Mais au fait, qu’attend donc l’institution judiciaire française depuis le temps que Dieudonné déverse ses immondices antisémites sur la place publique pour prononcer une peine de prison ferme à son encontre comme le permet la loi française ?

Bonapartine

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.