Disgression sur Guy Bedos, homme de gôche qui ne discute pas, mais qui frappe !

L’au delà de la pensée : l’odorat

C’est en regardant une vidéo récente que j’ai aperçu un objet « nauséabond « : ce mot très répandu appliqué cette fois à Guy Bedos. Il représente une condensation de toute la « goche » française plus ou moins socialisante , et il dit enfin tout haut , lui qui est établi et respecté , ce que ne font que penser ses « électeurs » : en finir avec Voltaire et sa petite phrase garde fou : »je ne suis pas d’accord avec ce que vous dîtes ….. », non , là il faut interdire Voltaire !!!
Appliquée à Zemmour cette violence est grotesque . Je retrouve l’air bovi , Dupont la joie, de Bedos dans sa jeunesse, dans ce sketch avec Sophie Daumier, où il fait une parodie de macho en dansant et en draguant , mais au fond , était ce vraiment un rôle de composition ? des années après il le fait toujours bien le rôle de l’abruti digne des sketchs de Coluche :  » la prochaine fois je le frappe « (le Zemmour honni) .
Ainsi toute l’intelligence supposée, l’engagement politique supposé en faveurs des libertés, la pensée supposée de cet abbé de cour ….. au bout de tout ça , on en revient à la brute bornée (menaces un peu couardes quand même, un peu chochotte ) . Quelle gloire , quel courage au moment où la majorité des médiatiques dit la même chose !

« Nauséabond » vient de la nausée causée par le mal de mer (Littré), mais du point de vue médical, être nauséeux ce n’est pas encore vomir, et on n’est pas loin du « malaise vagual » bien pratique pour s’éclipser et sans aucune origine que psychique. Mais je concède que le mal de mer est une réalité , l’oreille interne perturbée par le mouvement des vagues, le sens de l’équilibre …. c’est terrible mais on acquiert le pied marin , ce n’est pas permanent .
Loin des considérations nautiques le mot « nauséabond » est appliqué essentiellement aux odeurs. Et alors là on tombe dans le relativisme bien pensé . Nous réceptionnons les odeurs par le nez et un peu par la bouche, par des cellules qui donnent des informations à des aires cérébrales (précisément le rhinencéphale , dont le nom indique bien l’origine ) et ces info sont comparées à la mémoire de l’individu , et là c’est toute une Histoire ! : c’est à dire l’histoire , l’éducation, la culture qui décrète ce qui sent bon ou pas . Pour nos relativistes de « goche » l’usage de ce terme devrait être interdit : il n’y a là rien d’universel , ni de « vrai, bon, beau »!
Qui n’a vu un enfançon jouer , paisible et interressé , avec tout un tas de saletés puantes (caca de chien, de lapin, de poule ou le sien , bout de pizza compissée …….) que sa mère affolée lui enlève et lui apprend à faire la grimace et à jeter dorénavant ?
La délectation des ado pour leurs pets sous la couverture est elle attendrissante ?
Qui a gouté du nez et de la bouche la boisson revigorante des tibétains : thé bouilli et beurre de yack ?
Ou ce fruit asiatique délicieux mais qui pour les européens sent la charogne ?
Et plus près de nous , le smen , beurre rance de vache ou de chamelle , indispensable pour rouler et parfumer la semoule du couscous ? moi j’aime , comme je m’enivre de l’odeur des roux et des rousses , mais c’est affaire de goût,
Qui n’a pas trouvé qu’un des parfums à la mode , très chers, que certains (es) portent fièrement , sentait mauvais, voire l’incommodait ?
Avez vous pensé à l’enfer de dormir avec du Channel n° 5 comme Marylinn ? ou avec Marylinn ? ou pour un lapon habitué au fumet délicieux de la viande de baleine fermentée ?
Et l’odeur de sainteté , victoire de l’hallucination collective ?
Et la cacosmie ( sentir de mauvaises odeurs sans support réel) ça peut être un signe se schizophrénie, d’épilepsie ou de tumeur au cerveau ?
Non ,il n’y a rien de juste dans le « sentirvrai » (un truc comme le « vivrensemble ») de ceux qui n’ont que le mot « nauséabond » dans la bouche. C’est leur haleine de chacal qui contamine l’atmosphère, leur saleté interne de constipés de la morale de cour qui salit ce qu’ils regardent.
Soit disant ce sont des « résistants » qui défendent (sans grand risque) des « victimes » du soit disant racisme mais ils ne font qu’exciter la haine de toutes parts, encourageant le ressentiment intéressé et la haine des pauvres « victimes », attisant le rejet par ceux qui n’ont pas la chance d’être des « victimes » assermentées (et de ce point de vue, ce sont eux qui font le jeu du Front National). Ces « victimes » tiennent le haut du pavé ; les juifs ne crachaient pas sur la France et n’avaient guère de plaisir à exhiber l’étoile jaune ou à être interdit de jardin public (et tout le reste).

Les chacals de goche mettent la guerre civile dans les esprits en attisant la haine contre leurs concitoyens qui ne sont pas du même avis. Selon Bedos : on ne discute plus, on ne tolère plus, on frappe. Ils font appel à l’abruti qui sommeille en nous, le rhinencéphale, cerveau primitif des reptiles , réduit encore chez l’homo sapiens (tiens, pourquoi l’évolution l’a réduit, ne serait ce pas parce que les autres sens sont plus fiables, en rapport avec une jugeote ? Comme l’entendement si bien nommé ?). Faute d’arguments, il ne reste que « je le frappe » du va-t -en guerre Bedos, et à faire appel à la connivence des biens élevés, des propres sur eux . Quel déodorant pour les aisselles utilise Bedos ? en d’autres temps on aurait dit « de la merde dans un bas de soie ».
Ce terme « nauséabond » évoque ce qu’on veut bien y mettre suivant les époques, mais en tous cas appliqué à la politique, au débat, à la pensée n’est qu’un anathème gratuit, relatif et primaire (alors qu’il se donne, au contraire , comme émaner de gens de bon goût , policés, élaborés, clean). Que non, Bedos fait comme maman disant « bah caca » à son bébé ? et comme son électorat est du niveau du bébé dans son avidité à chercher des gourous qui lui enseignent la haine , ça marche . Dans l’Histoire suggérer que l’Autre (le zemmour ou quiconque dérange) , sent mauvais , indice de son infériorité ou de son maléfice a servi à faire taire et exterminer les sorcières, hérétiques (odeur de soufre) , les noirs et les juifs. Et ça marche la suggestion , plus besoin de penser , le Mal est là ,on l’a trouvé , ouf! et on se tient à distance , on évite le contact , la communication, le débat, l’approche de l’Autre, comme ils disent, c’est plié.
Les Allemands des villages près des camps d’extermination ne trouvaient pas nauséabondes les retombées de cendre des fours crématoires : tout le monde peut se leurrer ! De même nos bons français de goche d’aujourd’hui quand ils se la jouent « résistants » ayant trouvé d’autres « victimes  » travestis en barbe, pantalon trop court et burka en France ne sniffent pas le sang des lapidés(es) infibulées ou vitriolées ailleurs , là ils ont l’estomac solide. Ils oublient qu’en France , non plus, « tous n’étaient pas résistants » , la plupart n’étaient guère gênés par les émanations « nauséabondes » de Vichy (qui pourtant sentaient le gaz, faut le dire, oups, désolée Zemmour) et nos gens de goche se retrouvent plutôt dans l’immense cohorte des auteurs de lettres de dénonciation : pour une France propre !!!
Moi, je préfère me rouler allègrement dans la « vraie » bonne odeur du fumier de cheval que j’épands dans mon jardin. C’est sur le fumier qu’éclosent les plus belles roses ! Mais c’est un peu plus long que la fulgurance, l’immédiateté, le zapping de l’anathème et du coup de poing !
Danièle MOYA
À Fond Les Ballons. Sarclo L’amour De L’amour (Et La Chair À Saucisse) 2:28

image_pdf
0
0