Durban 2 et les journées internationales laïques : grand écart entre les positions du GODF et celles de Caroline Fourest

Publié le 30 mars 2009 - par
Share

Les trois grandes obédiences maçonniques progressistes, Grand Orient de France (GODF), Grande Loge Féminine de France(GLFF), Fédération française du Droit Humain (FFDH), ont signé un communiqué commun le 6 mars 2009 demandant au gouvernement français de refuser, en retirant la participation de notre pays, de cautionner la conférence prochaine de Genève dite de DURBAN II faite au nom de l’ONU.

Ce communiqué souligne l’invraisemblable présentation par la Libye et l’Iran dans le document préparatoire contre le racisme et les discriminations,

– de l’Islam comme une religion supérieure aux autres !!!

– de la nécessité d’établir un délit de blasphème, en contradiction avec les valeurs de la liberté absolue de conscience et d’expression, et de la laïcité.

– d’accusations à caractère raciste contre Israël et ses citoyens,

– de thèses sexistes hostiles aux droits des femmes

– de soutien à des mesures étatiques allant à l’encontre des droits de l’homme et en faveur de groupes communautaristes.

– etc.

Ce communiqué honore ces obédiences maçonniques qui donnent enfin le signal aux milieux républicains de notre pays d’engager la lutte non seulement contre l’impérialisme terroriste de l’Islam politique radical mais aussi contre l’impérialisme des fidèles de l’Islam dit modéré mais tout aussi dangereux pour les valeurs de liberté individuelle et d’égalité en droit qui fondent la laïcité; cette lutte doit se faire en effet à l’exemple de celle menée par nos parents et grands-parents des siècles précédents qui ont fait démanteler le totalitarisme de l’Eglise catholique.

Cette prise de position rend encore plus intenable la compromission de la direction nationale de l’Union des Familles Laïques (UFAL) avec Caroline Fourest, présidente du mouvement Prochoix, laquelle soutient sans état d’âme cette conférence de Durban 2. L’article qu’elle a fait publier dans le journal Le Monde du 14 mars 2009 étant extrêmement grave dans l’alignement qu’elle implique aux thèses mises en avant par les régimes maghrébins et la Mosquée de Paris au nom de la lutte contre l’islamophobie et les privilèges culturels.

Cette compromission de la direction de l’Union des Familles Laïques (UFAL) est intolérable quand elle ne publie à ce jour, contrairement à l’ADLPF, aucun communiqué condamnant Durban 2, certainement pour pouvoir inviter Caroline Fourest et son adjointe Caroline Brancher comme participantes officielles actives (jusqu’à être modératrices et oratrice !) dans les tables rondes des Rencontres Laiques Internationales de Saint Denis des 4 et 5 avril 2009 et avoir ainsi la caution de régimes musulmans du Maghreb dit modérés.

Il n’est ni moral ni judicieux politiquement de cautionner ainsi dans des rencontres laïques internationales des gens qui comme Caroline Fourest dérivent de plus en plus, d’accord avec certaines dispositions du rapport Machelon commandé par Sarkozy, notamment sur l’utilisation de baux emphytéotiques à taux réduits pour favoriser la construction de mosquées et autres lieux de culte en France.

Caroline Fourest s’est fait connaître en dénonçant courageusement par ses écrits et prises de positions publiques les sectateurs de l’Islam politique radical comme Tarik Ramadan, mais son instrumentalisation par les régimes musulmans modérés du Maghreb et de la Mosquée de Paris (qui dépend du régime algérien) pour à la fois lutter contre les islamistes mais pour à la fois favoriser l’implantation d’organisations musulmanes qui veulent s’octroyer des privilèges communautaristes dans la république française, sans compter pour aussi les dédouaner dans leur politique internationale pro-islamique, est aujourd’hui connue et évidente.

Les laïques sont connus pour être des personnes ouvertes au dialogue. Pour autant, il y a des prises de position qui excluent, de par leur gravité et leurs conséquences, leurs auteur du camp laïque. Ainsi, quand Mouloud Aounit, toute la direction du Mrap, celle de la LDH, soutiennent l’offensive islamique, depuis des années, notamment celle du voile à l’école, nul ne songerait à les inviter à un colloque sur la laïcité, sous peine de discréditer l’ensemble des participants, et la justesse du combat mené. Peut-on considérer que Durban 2, et ses conséquences, ne sont qu’une divergence mineure, ou bien que cela engage l’avenir de la laïcité et de la liberté d’expression, en France ? Peut-on encore, à l’instar du Mrap et de la LDH, être considérée comme laïque quand on soutient, comme le fait Caroline Fourest, Durban 2 ?

Le Grand Orient a accepté en la personne de son Grand Maitre-adjoint Roger Cordier de participer en tant que modérateur à une table ronde de ces Rencontres Laïques Internationales de St-Denis les 4 et 5 avril. N’a-t-il pas l’impression que sa prise de position, exemplaire, sur Durban 2, et sa notoriété, servent de caution à des organisateurs qui, par leur silence ou leur complaisance sur cet événement d’une gravité extrême, tournent le dos à un principe laïque fondamental : la liberté d’expression, donc le droit au blasphème ?

Hubert SAGE

Président du Cercle Laïcité et République Sociale

http;//laicite.republique.free.fr

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.