Elections régionales : voter contre l’oppression

Publié le 5 mars 2010 - par
Share

Bien des citoyens et citoyennes ont peur pour leur emploi, pour leurs enfants. Ils ont l’impression que nos libertés ne sont pas en péril et que des questions comme le voile sont des gadgets politiques. Qu’ils se détrompent, car ces questions sont liées.

Ce qui menace à la fois nos revenus et nos libertés est bien la même chose : une politique qui permet la délocalisation des industries et artisanats les plus essentiels, qui ruine l’agriculture « durable », et favorise l’importation massive de main d’œuvre moins onéreuse pour les entreprises (mais pas pour l’Etat), mais apportant avec elle des coutumes et cultures largement contraires aux devoirs et droits humains.

Ces coutumes arriérées ne déplaisent pas à nos dirigeants politiques et d’entreprises, qui voient très bien comment ces coutumes peuvent les aider à soumettre toute la population : quand la « haute autorité contre les discriminations » dirigée par Louis Schweitzer (rémunéré pour être président de cette haute autorité : 6700 € bruts par mois …) , ex-patron de Renault, défend le droit de voiler sa petite fille, on voit très bien la logique économique de l’affaire : que les femmes retournent pondre des travailleurs à la maison, que les hommes se voient de nouveau contents d’être maîtres à la maison et oublient les revendications politiques et sociales, que les « prolétaires » soient mobilisés par des violences « intercommunautaires » : voilà qui ne peut que satisfaire nos classes dirigeantes, qu’elles soient de droite ou de gauche : de l’UMP au NPA en France, qu’elles soient à Paris ou dans les pays arabes ou maghrébins ou indiens, sans oublier les dirigeants des USA qui pensent pouvoir tirer parti de l’affaiblissement de l’Europe. Voilà pourquoi on nous construit des mosquées à tour de bras, en pleine crise économique.

Poursuivre cette politique c’est préparer pour nos enfants une vie d’opprimés et d’esclaves.
Cette politique est d’autant plus absurde, qu’il existe dans les pays d’origine de ces immigrés, toutes les ressources qui leur permettraient de vivre dans la prospérité et la liberté.

Alors pour qui voter ?
Il y a des gens de gauche qui défendent nos valeurs de liberté et une économie durable et équitable – qui sont des valeurs de gauche – , mais il n’y a pas de parti de gauche ou écologiste qui le fasse aujourd’hui en France. (Il faudrait vraiment que dans les années à venir, ces partis de gauche vraiment de gauche soient créés, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui.) Même chose dans la droite de gouvernement. Tous ces partis, soit disant de gauche comme de droite, favorisent la politique de délocalisation et d’immigration musulmane massive et font le jeu d’une politique qui est au fond d’extrême droite et archi-réactionnaire. Il reste les nationalistes, les « souverainistes », donc il faut voter pour ceux d’entre eux qui ne sont pas racistes.

Le patriotisme, ou nationalisme, ne rime pas forcément avec racisme, même s’il peut dériver vers le racisme, le patriotisme consiste tout d’abord à défendre son indépendance et sa liberté contre des pays ou populations qui voudraient imposer leur loi à un pays et à son peuple.

Le nouveau parti qui se prétend defenseurs des non-blancs en France, parle lui ouvertement de « nation arabe », alors qu’il hurlerait au fascisme devant les éventuels défenseurs de la « nation française » ou des « nations européennes » ; ce parti prétend mettre fin à la « domination blanche », alors que toutes les nations européennes ont des législations parfaitement égalitaires, en réalité ce qu’il veut instaurer c’est une domination des membres des « nations arabes » ou autres, sur les français d’origine, stigmatisés en tant que « blancs ».

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.