En islamie, le foot est banni

Publié le 23 août 2010 - par - 5 198 vues
Share

Dans les pays musulmans on associe religion et politique dans tout, même dans le sport. En voici trois exemples :

Le premier exemple nous vient du journal saoudien « al-Watan », qui, en date du 5 juin 2010 publie un article sous le titre « Ils sont partis, nous sommes soulagés ». Le chroniqueur sportif précise : « Il y avait peut-être d’autres causes qui en ont réjoui certains à l’élimination, au Mondial de football, de grandes équipes comme celles de France, de Suisse et du Danemark. Ces pays en tout cas ont laissé récemment dans la mémoire des musulmans des traces indélébiles. La première (la France) a interdit le niqab, la seconde (la Suisse) a interdit la construction de minarets et la troisième (le Danemark) a offensé l’honorable Prophète ». Remarquons que ce n’est donc pas la faiblesse ni le mauvais esprit de notre équipe nationale qui réjouissent les cœurs musulmans mais l’échec d’un pays qui a interdit le niqab.

Il n’est pas étonnant qu’en Arabie Saoudite des muftis rendent le football quasi illicite (harâm), comme vient de le déclarer le cheikh Abdallah al-Najdî : « Si vous souhaitez jouer à ce jeu, vous devez vous soumettre strictement aux conditions religieuses pour ne pas ressembler aux infidèles d’Amérique, de France, de Russie et leurs valets, idolâtres et ennemis de la religion».

Voici ces conditions :

– Vous ne devez pas respecter les quatre lignes délimitant le terrain.

C’est une création des infidèles.

– Vous devez supprimer des termes comme coup-franc, corner, penalty …

– Si quelqu’un fait une chute et se casse le bras, le jeu ne doit pas s’arrêter. Il n’y a ni carton jaune ni carton rouge. C’est par la charia que justice sera faite. Le joueur responsable aura le bras brisé (œil pour œil, dent pour dent). Vous devez témoigner que tel joueur a provoqué volontairement la fracture.

– Ne vous soumettez pas au nombre de 11 joueurs imposé par les infidèles, les juifs et les chrétiens.

– Vous jouerez avec vos vêtements ou en pyjama, sans les shorts colorés (qui montrent les cuisses des joueurs) et les maillots numérotés. Il ne s’agit pas de vêtements de musulmans, ce sont les vêtements des infidèles et de l’Occident.

– Votre but en jouant au football est de fortifier votre corps pour que vous soyez prêts le jour de l’appel au djihad sur la voie de Dieu.

– Vous ne devez jouer qu’en une seule partie ou en trois parties. Montrez votre insoumission.

– Si quelqu’un met un but, les félicitations, les cris de joie et les embrassades ne sont pas de mise car ils sont sans lien avec le raffermissement du corps seul objet de ce jeu.

– Vous devez retirer la barre transversale de la cage pour montrer votre divergence avec la décision des infidèles qui ont imposé les trois barres.

D’autres questions ont taraudé aussi les téléspectateurs des chaines islamiques : les muftis en ligne ont répondu à tous :

– Vous n’êtes pas autorisés à regarder les matchs de foot car cela vous empêche de penser à Dieu et à la prière. Par ailleurs, le regard du téléspectateur peut tomber sur des prises de vue montrant des femmes, presque nues selon le cheikh, ce qui est interdit par Dieu.

– Les matchs de foot qui rapportent de l’argent ou des gratifications sont illicites en islam (harâm).

Devant de telles assertions, on se demande comment Bilal Ribéry et ses coreligionnaires ont pu à ce point manquer de respect envers leur religion et jouer au foot. Ils auraient dus se déclarer forfaits avant de quitter la France pour le Mondial 2010. Ils auraient eu ainsi le mérite de sauver l’honneur du pays qui les a nourris et payés.

Bernard Dick

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.