Erwan Lecoeur, le sociologue dhimmi pour qui le monde réel n’existe pas !

Publié le 10 janvier 2011 - par
Traduire la page en :

le-candidat-identitaire-arnaud-gouillon-est-entre-en-campagne-sur-france-o/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+(%3A%3A+Novopress.info+France)

On a eu Qui veut épouser mon fils ?, émission salvatrice pour le beauf désespéré qui noie sa lassitude sous les flots de la bêtise contemporaine magnifiquement incarnée par des « mamans » bonnes pour l’hôpital psy, voulant caser leurs fistons aussi frappés qu’elles.

J’en propose une autre : Qui veut adopter un sociologue ? Avec Erwan Lecoeur en vedette. Nul doute qu’il sera chéri par tous les spectateurs désespérés par la noirceur de notre monde. Car Erwan Lecoeur est le genre de gars à bouffer un œuf à la coque sous le nuage de Tchernobyl, en affirmant paisiblement que non non tout va bien et il ne risque rien ça va très bien merci. Le genre à inviter des Tutsis et des Hutus dans la même pièce, en les ayant armés, convaincu qu’aucun d’entre eux n’aura l’idée étrange de se servir d’une bonne vieille Kalach pour taquiner son adversaire.

Il nous a ainsi offert un moment grandiose, sur France Ô, le….. dernier.
Je m’attendais de sa part aux « arguments » habituels : « le FN nazi gna gna gna, Riposte Laïque xénophobe gnagnagna, l’islam religion de gnagnagna ». Eh bien pas du tout. Erwan a été très fort. Il nous a surpris. Il a été brillant.

Car plutôt que de parler de l’islam, il nous a parlé des bouddhistes. Plutôt que de parler du halal, il nous a sorti les végétariens, et plutôt que de parler de l’islamisation, il a brandi les évangélistes.
Tout le monde sait, en effet, que l’insécurité, la privation de nos libertés, les atteintes aux valeurs de notre civilisation sont le fait des bouddhistes, des évangélistes et des végétariens. Nous avons tous croisé un barbu lobotomisé et scotché à sa Sunna, qui oblige ses femmes sous peine de viol, à retirer le steak haché de la bolognaise. Sohane a quant à elle été brûlée vive par de jeunes novices bouddhistes qui jugeaient son comportement peu approprié au zen. Tout le monde sait ça.

Ai-je une passion pour les évangélistes ? Pas particulièrement, non. Les hurlements hystériques dans un micro, une pratique qui se base trop souvent sur une sorte de transe collective à grands coups de « Jésus t’aime ! Jésus te sauve ! Repens-toi ! », et la façon dont certains sont en train – en Ouganda notamment – de faire passer des lois instituant la traque des homosexuels, tout cela me déplaît profondément. Mais soyons sérieux une seconde : les évangélistes prient dans le respect des lois, très bruyamment certes, mais à l’intérieur de leurs temples ; les évangélistes ne réclament pas de menus spéciaux, de nouveaux jours fériés, d’horaires de piscine réservés aux femmes. Les évangélistes n’ont pas l’idée saugrenue de saisir la Halde quand ils n’ont pas obtenu un emploi ou un appartement, ne sifflent pas la Marseillaise, ne caillassent pas du flic et du pompier en criant Nique la France. Ils ne menacent pas la laïcité ni l’identité française. Et on n’a jamais vu, en France ou ailleurs, d’évangélistes lapider des femmes, poignarder des cinéastes et faire sauter des bus remplis de mécréants innocents au nom du Christ.

Pourtant, Lecoeur déclara leur cas aussi préoccupant que celui de l’islam. Et voilà qu’Arnaud Gouillon (dont je salue la prestation) évoqua soudain le problème de l’abattage rituel et de la suppression du porc dans maintes cantines scolaires. Erwan allait-il répliquer en parlant du droit à la différence ? Suspense…Eh bien non ! Erwan lança un énoooorme pavé dans la mare, avec… les gens qui ont une intolérance au gluten !
Le gluten. Tout est là. Voilà le vrai problème, la source des voitures brûlées, des pompiers caillassés, des converties niqabisées, et des prières de rue. Le gluten.

Des dizaines de journalistes égorgés, des millions d’euro d’allocation versées à des gens qui nous détestent fort mais aiment bien notre portefeuille, des imams prêchant le meurtre des Juifs, tout ça pour du gluten. C’est balot. Rendez-vous compte. On aurait pu s’épargner pas mal de frais, de salive et d’engueulades si l’on avait simplement eu la délicatesse, l’humanité, l’intelligence, de mettre au point des menus sans gluten. Tss.

Le prochain sauvage à capuche que vous croisez, et dont le désespoir chaussé de Nike flambant neuves (votre écran plat vendu en douce aux puces) exige de vous, à coups de « Fils de pute », l’Iphone que Mamy Josette vous a offert pour Noël, regardez-le dans les yeux, avec amour, avec douceur, avec compréhension, et annoncez-lui que vous allez pétitionner pour que la mairie travaille sur le grave sujet du gluten. Vous verrez alors la guérison du lépreux, la paupière se mouiller, la main se tendre, l’allégresse se répandre sur ce merveilleux visage, la concorde s’installer, et la paix d’un monde se faire.

A ce stade, bien sûr, on se pince, à défaut de rigoler grave – comme disent les Zeûnes des Cités. On espère trente secondes qu’il y a de la caméra cachée dans l’air. On revisionne la vidéo. Et on réalise que non, ça n’est pas une blague.

Ca n’est pas une boutade parce qu’Erwan Lecoeur déclare dès le début de l’émission que « Le monde réel n’existe pas. ». Dès lors, tout s’explique, tout s’éclaire, tout se justifie. Si le monde réel n’existe pas, si nous ne pouvons être affectés par lui, il n’y a aucune raison pour qu’on se prive de racketter du Juif, de violer de la Blanche, de terroriser du Prof : tout ça n’existe pas. Le bon sens, la douleur, la justice, l’équité, la beauté deviennent dès lors non seulement injustifiables mais totalement obsolètes, rejoignant ainsi parfaitement les principes fumeux d’un Coran et d’une Charia qui ignorent la dignité humaine, la liberté de conscience, le respect des convictions d’autrui, la pitié, la culture, l’élévation spirituelle, les Droits de l’homme, enfin.
Et c’est alors que l’on comprend qu’avec une si parfaite fidélité aux principes islamiques, Erwan Lecoeur n’est jamais qu’un dhimmi parmi les autres, un esclave consentant d’avance à toutes les humiliations et toutes les bassesses.

Paradoxalement, sa piètre prestation nous sert : avec de tels opposants, nous n’avons même plus à débattre et à défendre nos positions. Le môme d’origine marocaine ou sénégalaise qui se bat, dans son collège, pour apprendre le français malgré les menaces de ses petits camarades repliés sur une identité factice et haineuse, appréciera, sans nul doute, les propos d’Erwan Leoceur. La jeune fille qui résiste et refuse de se voiler malgré les torgnoles de ses frères, appréciera de savoir que la violence des coups qu’elle reçoit n’existe pas. Et monsieur Hibon de Frohen, qui doit désormais faire le deuil d’un fils courageux tué par une énième racaille, appréciera, aussi, d’apprendre qu’en fait, il n’a pas mal, que son fils ne lui manque pas, et que la rage et la souffrance inouïes qu’il ressentira désormais chaque jour, n’existent pas.

Myriam Picard

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi