Face à des cambrioleurs, une personne doit-elle attendre d’être agressée pour se défendre ?

Publié le 17 août 2010 - par - 668 vues
Share

En lisant les derniers faits divers, l’incarcération de personnes (particuliers ou policiers) qui étaient en péril, et ont blessé leurs agresseurs, je me demande si la notion de légitime défense n’est pas remplacée dans l’esprit de nombre de juges, par la notion civile anglo saxonne d’ “égalité des armes” :

Exemple : cet homme de 73 ans, deja plusieurs fois cambriolé, voit entrer deux cambrioleuses dans sa maison. Il tire et les blesse. Le juge l’incarcère : en quoi sa réaction n’était pas proportionnée, alors qu’il se trouvait à deux jeunes contre un vieux ? Fallait il qu’il attende de voir si les deux femmes allaient le ligoter et le torturer avant de le tuer ?

Ainsi, une agression serait pour ces juges une forme de duel, c’est à dire un combat entre deux parties, dont chacune doit faire usage des mêmes armes : si l’une fait usage d’une arme supérieure et blesse l’adversaire, elle sera condamnée, (certes le cambrioleur sera condamné aussi pour tentative de cambriolage mais peut être de façon moins lourde que sa victime si elle s’est défendue !)

Une agression n’est pourtant pas un duel : l’agressé n’a en rien “accepté” un combat, “accepté” une prise de risque.
Les juges perdent totalement de vue le fait que l’agressé a le droit à l’intégrité physique totale, à la sureté.

Une personne “innocente” a le droit de prendre tous les moyens nécessaires pour conserver son intégrité phyique, quand bien même ces moyens seraient des armes supérieures à celles de l’agresseur.

De toute façon, le réalisme amène à constater que ces moyens, en fait, n’existent même plus, dans un pays où les criminels font usage de représailles contre les victimes qui osent porter plainte, et où les auteurs de représailles ne sont pas retrouvés… ni retrouvables, sauf à affronter des émeutes….

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.