Face à une charte islamique européenne, il faut une résistance laïque et féministe européenne

Publié le 16 janvier 2008 - par - 800 vues
Share

Pendant que Nicolas Sarkozy, après son inoubliable discours de Rome, continue d’encenser les religions en Arabie saoudite (http://www.marianne2.fr/Sarkozy,-fou-de-Dieu_a82935.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=25353& ), les islamistes ont commencé l’année sur les chapeaux de roue. Quatre cents organisations musulmanes ont adopté, le jeudi 10 janvier, une charte islamique européenne. L’habillage, pour idiots utiles, est d’encourager la participation des musulmans, en Europe, à la vie de la société. Qui pourrait être contre, surtout s’ils le font uniquement à titre de citoyens ?

Là où cela se complique, c’est quand on entend parler, dans cette charte, de « présence revendicative et vigilante ». Là où le doute n’est plus permis, c’est quand on y lit cette phrase révélatrice : « Lorsque les lois en vigueur s’opposent aux pratiques et règles islamiques, les musulmans sont en droit de s’adresser aux autorités pour expliquer leurs points de vue et exprimer leurs besoins. »

Traduction : lorsque la loi des Hommes contredit les principes de la charia, on veut des dérogations spécifiques. La seule organisation signataire de ce texte, en France, est l’UOIF, proche des Frères Musulmans.

On peut donc s’attendre, sans surprise, en 2008, au relais, en France, de l’esprit de cette charte, dans de nombreux secteurs.

– Multiplication de revendications foulardières, dans tous les lieux de la société, sauf à l’école publique. Le voile, même intégral, partout où cela sera possible ! La Halde soutiendra, au nom de la lutte contre les discriminations.

– Multiplication de demandes d’ouvertures d’écoles privées musulmanes, où le foulard islamiste sera autorisé pour les mineures.

– Accroissement du nombre de gamines voilées, pour imposer un marquage dès l’enfance.

– Demandes d’horaires spécifiques pour les musulmanes, dans les piscines, avec interdiction de présence masculine, y compris pour le personnel municipal. Martine Aubry a mis cela en application à Lille.

– Suppression de viande de porc dans les cantines scolaires, plusieurs municipalités ont déjà mis cela en application.

– Revendication de viande halal dans les cantines scolaires, cela rapporte beaucoup d’argent, et le Mrap soutiendra.

– Formation des imams aux frais de la République, il paraît que c’est ainsi qu’on va lutter contre l’intégrisme.

– Multiplication de demandes de constructions de mosquées, de plus en plus visibles, l’exemple à atteindre étant celui de Londres, qui dominera symboliquement toute la ville.

– Assouplissement de la loi de 1905 pour les financer. Alliot-Marie, Sarkozy, les communautaristes et tous les islamogauchistes ont préparé le terrain.

– Demande de « discrimination positive » pour des emplois, voire des zones d’activité, réservés à des musulmans, avec des quotas, dans la logique anglo-saxonne, soutenue par l’actuel président de la République.

– Dépôts de plainte contre une prétendue islamophobie, et accusation de racisme pour les propriétaires de gîte ou de restaurants comme Fanny Truchelut, ou des employeurs qui refuseront le voile dans leur entreprise.

– Pressions pour limiter le droit d’expression dès qu’il s’agira de critiquer l’islam, comme on l’a vu dans l’affaire des caricatures. Au sein des instances internationales, les islamistes multiplient les pressions pour criminaliser le droit au blasphème.

– Multiplication de prières sauvages, dans les rues, pour jouer le rôle de victimes, et exiger la construction de nouvelles mosquées.

L’exemple de Paris, dans le 18e, et dans le 11e, où, depuis des années, des intégristes, en toute illégalité, mais en toute impunité, bloquent la circulation, cannibalisent l’espace public, risque de se multiplier, surtout quand on voit la réaction de la candidate UMP de Paris, Françoise de Panafieu, qui tombe, stupidement ou par opportunisme, dans le panneau :

http://www.panafieu2008.fr/content/view/172/78/

Mais du côté de Delanoë, ce n’est pas mieux ! Après avoir été le premier maire de Paris à donner le nom de Jean-Paul II à un espace public, lui aussi multiplie les gages aux organisations musulmanes : http://www.leperroquetlibere.com/index.php?action=article&id_article=392975

A Marseille, Gaudin arrose toute les Eglises, et à Lyon, Collomb fait pareil !

Il n’est pas inintéressant de relire ces mots, lucides mais pessimistes, d’André Malraux, prononcés en 1956, pour n’en trouver que plus consternante la cécité politique et la couardise de la majorité de nos élus, cinquante ans après, devant ce nouveau totalitarisme politico-religieux qui progresse sur nos capitulations.

“La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau… Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera.”

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis “musulmane”, je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps… Actuellement, il est trop tard ! Les “misérables” ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution ».

André Malraux, le 3 juin 1956

Face à ce nouveau totalitarisme, la solution ne peut venir que de la mobilisation des citoyens et citoyennes français et européens. Il n’est pas surprenant que les principales résistances viennent souvent des femmes. Un prix Simone de Beauvoir vient d’être créé, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de la romancière. Il a été décerné à Ayaan Hirsi Ali et à Taslima Nasreen.

Ces deux bêtes noires des islamistes, condamnées à mort, vivant 24 heures sur 24 sous protection policière, souvent confrontées à différents exils, nous encouragent, par leurs écrits sans ambiguïté sur ce totalitarisme politico-religieux, à ne pas baisser les bras.

Que dire de la détermination de Homa Arjomand au Canada, qui a refusé les tribunaux religieux, de celui de Mina Ahadi, en Allemagne, qui revendique le droit de se proclamer athée, de celui de Mohamed Sifaoui, qui, bien que s’affirmant musulman, dénonce sans concession les intégristes islamistes ?

Mais c’est aussi du cran qu’il faut à ces enseignants, ou directeurs d’écoles, qui refusent les mères accompagnatrices dans les écoles. Il faut se féliciter, à ce sujet, de la réunion unitaire d’une vingtaine d’associations qui s’est tenue, hier, à Paris, montrant qu’enfin des résistances s’organisent face au travail de sape des islamistes à l’école.

C’est aussi du courage qu’il a fallu à ces habitants de Champ-sur-Marne, et à leur animatrice, Marie-José Letailleur, pour s’opposer à une mosquée salafiste qui, en toute illégalité, avait envahi leur quartier.

Dans un contexte différent, la réaction de Fanny Truchelut s’inscrit dans la même logique, celle d’une femme isolée, qui refuse courageusement de se plier à la régression obscurantiste qu’incarne le voile islamiste, dans un pays aux conquêtes féministes, laïques et démocratiques avancées.

Et bien sûr, nous avons aussi une pensée pour Theo Van Gogh, pour Robert Redeker, pour Ni Putes Ni Soumises, et pour tous ceux qui, dans leur action quotidienne, osent s’opposer, dans un silence souvent assourdissant, au totalitarisme islamiste.

L’avenir de la résistance ne viendra pas de ceux qui oublient qu’on est en 2008, avec l’islam d’aujourd’hui en fer de lance du combat contre la laïcité et l’égalité hommes-femmes, et plus en 1905. Il ne viendra pas plus des nouveaux jésuites laïques, qui nous disent : « Bien sûr, le voile nous fait horreur, mais en dehors de l’école publique, il faut l’autoriser partout quand même, sinon on est en dictature ! « . Il ne viendra pas davantage de ceux qui se redécouvrent laïques quand Sarkozy se prosterne devant le Pape, et qui regardent ailleurs depuis vingt ans que les islamistes pilonnent la République.

Le seul avenir possible est du côté des vrais résistantes et résistants, Ayaan, Taslima, Homa, Mina, Mohamed, Fanny, Marie-José, Robert, Ni Putes Ni Soumises, Michèle Vianès et ceux qui animaient le meeting « L’école et les enfants d’abord », parce qu’ils ont compris qu’il fallait se situer clairement en faveur d’un combat laïque et féministe contre l’obscurantisme des fous d’Allah et leur haine des femmes libres et émancipées.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.