Fidèle lecteur belge, je regrette que RL ne devienne pas un parti

Publié le 26 mars 2010 - par
Share

Chères/chers membres de la rédaction de Riposte Laïque,

Je tenais à vous remercier de tout mon coeur. Lecteur de Belgique, je trouve sur votre journal en ligne ou dans vos publications, notamment le (selon moi) »mal-nommé » La Colère d’un Français car il n’y perce pas la plus petite once de colère mais un bon sens et une argumentation impeccable, l’air de la liberté de pensée qu’il est si difficile de trouver dans mon pays.

Fidèle lecteur depuis votre création, j’essaye de trouver une solide base de valeurs et un discours irréprochable idéologiquement pour ne pas tomber moi-même dans le trop facile extrémisme. Je vous félicite pour votre courage et votre grande intégrité morale. Riposte Laïque est unique en son genre. Ni communautariste, ni raciste, ni extrémiste, ni politiquement correct… Un exemple à suivre.

Jeune, trop jeune, j’ai compris la menace que constituait l’islam et l’adéquation entre islam et islamisme. Ayant crié au loup avant tous les autres, ou pour reprendre l’antique expression crié que cela « sentait le poil de loup », je me suis vu confronté aux interdits « raciste », « xénophobe », « extrémiste » du politiquement correct (le mot islamophobe n’existait pas dans l’usage courant de l’époque). En 1998 déjà, je voyais de nombreuses similitudes entre islam et nazisme. De guerre lasse, j’avais décidé de laisser cette société s’effondrer toute seule puisque personne ou si peu de gens étaient prêts à, à la fois, militer pour l’anti-racisme et contre l’islam (ce qui semblait une horrible impossibilité sémantique pour l’écrasante majorité de mes interlocuteurs) et en tous les cas, à prendre la défense de notre « civilisation » contre la débilité profonde et morbide du relativisme.

Je me suis retrouvé mille fois dans l’article de Malika Sorel, publié récemment dans votre journal, dans lequel elle s’interrogeait sur l’opportunité de laisser se suicider une société qui se refusait le plus élémentaire des remèdes, le « bon sens ».

Cependant, faire l’autruche n’arrange rien et chaque jour, j’ai l’impression que la société d’aujourd’hui ressemble un peu plus à un sketch de comiques forts connus dans les années 90 en France (quoiqu’ils prétendissent le contraire), l’extrême violence discursive et physique en plus, les comiques en moins. Ne vous semble t’il pas, à vous aussi, que nous sommes allés tellement loin dans l’absurde que nous vivons un sketch (ou ce qui aurait été) des années 90?
Mais la conclusion ne saurait être l’abandon. D’ailleurs, pour où et pour quoi?

Cependant, et vous le relevez vous-même si clairement dans vos colonnes, il n’existe pas d’alternative politique démocratique. Pas plus en France qu’en Belgique.

Or, peu importe une question de positionnement politique sur l’échiquier national, c’est précisément d’une alternative dont les citoyens ont besoin. Désespérément besoin. C’est pourquoi mon admiration va à un homme comme Geert Wilders qui ose lever la tête et se positionner seul, de par sa seule autorité morale, à contre courant de l’extrémisme droitiste et du totalitarisme ambiant de la gauche actuelle.
Récemment, j’ai compris, grâce au référendum suisse, le gouffre qui existait entre les politiciens et la population. J’ai depuis vu le même écart avec l’intelligentsia, les classes sociales, et le communautarisme rampant qui pousse comme une une mauvaise herbe partout où la démocratie recule.

Je lis avec grande tristesse que la précision de Cyrano exclut toute éventuelle transformation de RL en un mouvement politique. Aucun des obstacles mentionné ne peut être à ce point dirimant qu’il vous empêche toute concrétisation dans le débat politique.

J’espère que tous les clairvoyants ne se limiteront pas. J’ose espérer qu’un jour vous et d’autres changerez d’avis. Sinon, un beau jour et pas si lointain, il faudra refaire une nouvelle révolution française et voir le sang se répandre à nouveau sur notre continent pour une liberté et une égalité que nous avions et que nous aurons gâchées et soldées dans la plus pure absence de fraternité.

Je souhaite terminer néanmoins sur une note positive. Je crois que vous semez les graines et les ferments qui permettront à la société de se relever dans chacun de vos articles, dans chacune de vos prises de position, dans votre immense et passionnant combat pour la vérité, la liberté et la laïcité.

Pour tout cela, du fond du coeur, merci!

Un lecteur belge qui vous aime!

Eric Geverts

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.