Hamid Zanaz : un islam réformé, c’est la fin de l’islam

Publié le 21 septembre 2009 - par - 2 903 vues

Riposte Laïque : Avant que nous n’abordions ton dernier ouvrage, peux-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ?

Hamid Zanaz : Je suis citoyen du monde né arabe, en Algérie. J’ai enseigné la philosophie (en arabe) à la faculté d’Alger jusqu’en 1989. J’ai quitté l’enseignement pour travailler dans la presse indépendante naissante, dans le but de lutter contre l’instauration d’un Etat intégriste. J’ai quitté le bled quand la kalachnikov a pris le dessus sur la plume. Je suis en France depuis 1993. J’ai publié en arabe : Réponse franche aux obscurantistes (Beyrouth 2009), Le sens et la colère. Introduction à la philosophie de Cioran (Beyrouth, Alger). J’ai participé dans plusieurs livres collectifs traitant de sujets tabous dans le monde arabe : Le tabou de la virginité (2008), Darwin et le darwinisme, le racisme anti-noir dans le monde arabe etc.

Riposte Laïque : Tu as intitulé un ouvrage, en 2007, « Réformer l’islam, autopsie d’une illusion caractérisée ». Tu écrivais, dans Riposte Laïque 101, que « pour bien vivre sa foi, il faut au musulman un état islamique ». Tu ne crois donc ni à une réforme de l’islam, ni à un islam modéré. Cela signifie-t-il que la seule perspective que tu laisses aux musulmans est de devenir athée ?

Hamid Zanaz : (Rire) N’est pas athée qui veut ! Dans toutes les civilisations les athées ne sont qu’une minorité. La seule perspective est le retour au réel, les musulmans devraient tôt ou tard composer avec la modernité, mettre fin à la fonction politique de leur religion.

Dans mes écrits, je ne polémique jamais avec les fondamentalistes. Je suis d’ailleurs tout à fait d’accord avec eux quand ils avancent que l’islam n’a rien à voir avec la démocratie, la modernité, les droits de l’Homme et toute la philosophie d’aujourd’hui. Les intégristes sont dans le vrai quand ils prêchent que l’islam est incompatible avec la vie moderne. En revanche, je discute dans le livre les thèses des réformistes, ceux qui essayent de nous vendre un ‘islam modéré’ comme tu dis. Ceux qui classent islamique ce qui les arrange dans l’islam. Et dans l’integrisme ce qui ne les arrange pas comme le djihad, le Nikab, la polygamie, la lapidation, et d’autres aspects de la charia…

Ils sont plus dangereux parce qu’ils avancent masqués. Ces pseudos modernistes musulmans, n’ont jamais essayé de porter un regard critique sur l’islam mais seulement sur des interprétations supposées fausses de l’islam.

L’intégrisme est le fils légitime de l’islam, on ne peut réformer sans toucher quelque chose de fondamental dans cette religion. Un islam réformé, c’est la fin de l’islam. Exemple : qui parmi les musulmans intégristes ou modérés, oserait appeler à abroger les versets hostiles aux juifs, aux athées et aux chrétiens ? Et tant d’autres qui n’ont rien de sensé aujourd’hui. Le coran est vu par les musulmans comme un texte dicté non comme un texte inspiré et cela rend problématique toute interprétation, tout dépassement.

Personnellement, je n’aime pas le mot “réforme”. Car accepter la ruse de la “réforme”, de “l’actualisation”’ “l’acclimatation”, c’est accepter que l’islam est valable en tout temps et en tout lieu comme “Religion et Etat”. L’islam n’est pas réformable, aucune religion n’est réformable. Les religions sont domesticables. Dire aujourd’hui que l’intégrisme est une déviation de l’islam et que les islamistes n’ont pas compris l’islam est devenue une blague qui ne fait rire personne. L’islam n’est rien d’autre que la passéiffication du présent.

Par leur analyses apologétiques et surréalistes de l’islam, les ‘nouveaux penseurs de l’islam’ comme les nomment une certaine presse française, trompent la vigilance laïque des occidentaux et confortent les musulmans dans leur sommeil dogmatique.

Riposte Laïque : Que réponds-tu à ceux qui nous reprochent, en critiquant l’islam, de jeter les musulmans modérés dans les bras des intégristes ?

Hamid Zanaz : A une seule condition : si “les musulmans modérés” seraient des intégristes clandestins ou masqués, et qui attendraient la moindre occasion pour revenir aux sources ! Mais ne pas être intégriste, c’est plus profond que cela.

Eviter tout débat par peur d’offenser les musulmans ou les jeter dans les bras de l’intégrisme conduit au contraire à satisfaire les exigences des islamistes et légitimer leur idéologie.

Ah si on traduit aux occidentaux les médisances et les insultes dont ils font l’objet dans la presse, dans les prêches, les déclarations politiques…Le discours dominant dans le monde arabo-musulman est hostile à l’Occident et ses religions. Pourquoi ne parle-t-on pas d’une occidentophobie? Pourquoi les musulmans n’ont pas peur de jeter les européens humanistes dans les bras de l’extrême droite?

Ne pas critiquer l’islam, c’est non seulement donner raison aux intégristes et leurs porteurs de valises ici en occident, mais encourager tous ceux qui au nom d’une pathologie personnelle veulent organiser le monde aussi pour autrui, pour plagier la belle formule de Michel Onfray. L’islam n’est pas la propriété des musulmans. Et comme il parle de tout le monde, tout le monde peut parler de l’islam.

Riposte Laïque : Ton dernier ouvrage, « L’impasse islamique, la religion contre la vie », est préfacé par Michel Onfray. Quel en est le principal message ?

Hamid Zanaz : « L’impasse islamique, la religion contre la vie » est une nouvelle version de mon premier livre « Réformer l’islam ? Autopsie d’une illusion caractérisée ». Tout est dans les deux titres.

J’ai tenté de montrer à travers une douzaine de chapitres l’impossibilité d’adapter le dogme islamique aux exigences des temps modernes. J’ai préféré aux discours théoriques, la juxtaposition du témoignage, l’autobiographie, les impressions personnelles, l’expression romanesque… le concret.

J’ai essayé de comprendre la surislamisation rampante, donner la parole aux victimes de cette islamisation : les femmes, les élèves, les laïcs, les non musulmans…J’ai voulu interpeller l’irrationnel et tous ceux qui veulent islamiser l’existence.

Je discute une grave erreur, devenue une thèse dominante défendue par une armada d’islamologues : la bonne compréhension de l’islam conduit à la modernité, à la réforme globale de la société arabe, au progrès…! Le livre propose une autre voie : sortir du religieux.

Riposte Laïque : Quel est ton regard sur la violence de l’affrontement autour de la question de l’islam, dont notre site fait parfois les frais ?

Hamid Zanaz : Trois ennemis de la laïcité à la française tentent par tous les moyens de créer des malentendus dans le but de fausser le débat sur l’islam qui pose aujourd’hui problème à la société française.

1- Les islamistes pour éviter toute critique de l’islam (ou diffamation des religions selon l’expression des États islamiques) et exercer des pressions sur les pouvoirs publics et récolter plus de concessions et pourquoi pas l’application de la « charia » dans les territoires perdus de la République…

2 – Les promoteurs de la ‘laïcité positive’ qui se cachent derrière ‘l’islamophobie’ pour préparer le terrain au retour du christianisme agonisant dans la sphère publique. L’islam est un cadeau tombé du ciel pour les nostalgiques de l’ancien régime, les ennemis de la République et de mai 68.

3 – Les ignorants, tous ceux qui pensent que l’islamisme est révolutionnaire, ceux qui le considèrent comme allié dans leur lutte (légitime d’ailleurs) contre le capitalisme. Compter sur l’islamisme pour abattre le capitalisme, c’est vouloir guérir la peste par le choléra.

Riposte Laïque : Attends-tu beaucoup de la mission parlementaire contre le voile intégral ?

Hamid Zanaz : Je n’attends rien des politiques, en revanche je suis convaincu que les forces laïques ne se laisseront pas faire ni par les intégristes ni par les hommes politique aventuriers qui ne pensent qu’à leur réélection. La société civile n’est pas morte, elle ne tarde pas à réagir pour mettre fin au retour de la religion dans la sphère publique. Comme, je l’ai écrit récemment en arabe sur le site des rationalistes arabes (oui les rationalistes arabes existent …) l’islamisation n’a pas de limites : on exerce des pressions sur les non voilées pour se “hidjabiser” (se voiler), sur les voilées pour se nikabiser (se voiler intégralement) et ainsi de suite…

On ne peut jamais forcer un individu à être libre mais son asservissement volontaire s’arrête où commence la liberté d’autrui.

Riposte Laïque : Penses-tu que la progression de l’islam, en France et en Europe, est irréversible ? Sinon, quelles mesures souhaiterais-tu pour l’endiguer ?

Hamid Zanaz : Il y a dans le livre tout un chapitre sur cette question que j’ai intitulé : comment la démocratie a creusé sa tombe? Je laisse le plaisir aux lecteurs du livre de découvrir la réponse détaillée. Mais, c’est évident, la progression de l’islam en Europe est devenue problématique, un défi. La seule réponse au danger islamiste : ne jamais douter de la supériorité de la laïcité, ne jamais tomber dans le piège du relativisme culturel. Et surtout, ne pas se noyer dans le “Tout vaut tout”. Vouloir remettre en cause la loi de 1905, au nom de l’islam ou autre, c’est jouer avec le feu, une déclaration de guerre contre le “vivre ensemble”.

La lucidité, nous dit Szasz, est beaucoup plus une question de courage que d’intelligence.

Propos recueillis par Pierre Cassen

L’impasse islamique, la religion contre la vie.

Préface de Michel Onfray

Les Editions libertaires 2009,

Grand prix ‘Ni dieu Ni maître 2009’

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi