Il faut améliorer le projet de loi de Jacques Myard, pour mieux protéger les Fanny Truchelut de demain

Publié le 8 octobre 2008 - par
Share

Le député UMP des Yvelines, Jacques Myard, vient de déposer un projet de loi qui, s’il était adopté, interdirait le port du voile intégral sur la voie publique. (1)

Ce député est cohérent, puisqu’il avait déposé un projet de loi allant dans ce sens, le 26 avril 2006. Il avait également signé une pétition, lancée à l’initiative de Regards de Femmes et de Riposte Laïque, en octobre 2007, demandant l’interdiction de la burqa dans la rue, ainsi que celle du voile à l’université et pour les mineures. (2) A cette occasion, nous nous étions réjouis de voir que trois anciens ministres, de sensibilités différentes, Corinne Lepage, Yvette Roudy et Françoise Hostalier, mais aussi quatre députés : Nicolas Dupont-Aignan, André Gérin, Catherine Quéré et Marc Dolez, y avaient apposé leur signature.

Pourquoi le député-maire de Maisons-Laffitte relance-t-il cette initiative ? Parce qu’il n’a pu que constater, comme de nombreux Français, la fulgurante progression du voile islamique sur notre sol, y compris du voile intégral, ce dernier, comme son nom l’indique, empêchant toute identification de la personne dans l’espace public.

Comment, depuis des années, cet accoutrement – qui avait indigné tant de téléspectateurs découvrant sur leur petit écran ces femmes afghanes transformées en Belphégor – a-t-il pu s’imposer, en France et dans toute l’Europe, sans qu’aucun gouvernement n’ait osé prendre les mesures nécessaires pour s’y opposer, y compris au nom de la sécurité ? Que dirait-on si les nationalistes corses paradaient dans nos rues en tenue de conférences de presse clandestines ? Comment peut-on, dans les magasins, imposer des mesures de sécurité à tous les citoyens, et fermer les yeux devant le danger potentiel que représentent ces personnes non identifiables ? Comment peut-on, au pays des Droits de l’Homme, accepter des habillements qui nient la dignité de la femme ?

Il faut donc proscrire tout voile intégral, dont la burqa, et nous applaudissons des deux mains la proposition de Jacques Myard.

Mais faut-il pour autant autoriser le voile ? Nous reprenons, à l’instar de notre collaborateur Maurice Vidal, la phrase de Fadela Amara, rapportée dans « Le Parisien » du 16 juillet dernier : «Le voile et la burqa, c’est la même chose». (3) Nous ne pourrons pas éviter ce débat plus longtemps, sauf à considérer comme allant dans le sens de l’Histoire que de plus en plus de femmes – qui plus est de plus en plus jeunes (!) – arborent ce symbole dans les rues de nos villes et de nos villages.

Nos élus doivent enfin ouvrir les yeux, et faire preuve de courage. L’offensive du voile, en France, n’est que la face visible de l’offensive de l’islam contre la laïcité et l’égalité hommes-femmes. Cette offensive, hélas, revêt bien d’autres formes, comme en témoignent ces chantages incroyables auxquels nous avons été confrontés, lors de la rupture du ramadan, dans plusieurs communes de France, mais aussi à Milan, de la part de musulmans qui ont ostensiblement prié sur les trottoirs pour bien montrer à l’autorité publique qu’ils leur faut toujours plus de mosquées.

Nos élus peuvent-ils continuer à fermer les yeux sur l’occupation des pelouses de l’université d’Antony, après les prières du vendredi, ou sur celle de la rue de Tanger, toujours le vendredi ? En un mot, peuvent-ils ne pas voir cette nouvelle forme d’invasion islamique de l’espace public ? Pourront-ils considérer qu’il est historiquement défendable que notre pays soit de plus en plus habité par des personnes qui portent des vêtements évoquant davantage Kaboul ou Téhéran que le pays des Droits de l’Homme ? Pourra-t-on imiter longtemps le tristement célèbre Lagarde, et financer en cachette des constructions de mosquées pour acheter le vote des musulmans ? (5)

A l’heure où nous mettons sous presse, nous attendons le verdict du jugement de Fanny Truchelut, qui sera connu ce mercredi 8 octobre, en début d’après-midi. Nous publierons une édition spéciale dès qu’il nous sera parvenu. Allons-nous continuer à assister à ce jeu de massacre, où les dignes collaborateurs des islamistes, le Mrap et la LDH, encouragés par les délibérations et autres recommandations scandaleuses de la Halde, traînent devant les tribunaux des citoyennes respectables comme Fanny Truchelut aujourd’hui, peut-être Patricia Gerber, gérante de l’auto-école de Pavillons-sous-Bois, demain, et bien d’autres, qui n’ont qu’un tort, aux yeux des fous d’Allah : ne pas accepter que des tenues offensantes pour la dignité des femmes puissent envahir partout l’espace public ?

Allons-nous laisser les islamistes et leurs complices continuer à intimider des pans entiers de la société française, en faisant passer pour «racistes» tous ceux qui ont assez de lucidité pour dire «non» à la montée de l’obscurantisme en France et en Europe ?

Allons-nous, malgré l’avis contraire de la philosophe de l’Ufal, Catherine Kintzler, accepter sans mot dire qu’on puisse afficher par le voile sa propre soumission à des valeurs machistes dans le lieu même des plus hautes libertés intellectuelles qu’est l’Université, alors qu’en Turquie, c’est interdit ?

Combien de temps encore le gouvernement de Monsieur Sarkozy pensera-t-il pouvoir nous convaincre qu’il combat l’islamisme chez les talibans afghans, tout en fermant les yeux sur leurs alliés objectifs qui sévissent impunément dans nos banlieues ?

Nos élus, de tous bords, auront-ils suffisamment de force de caractère pour soutenir le projet de loi de Jacques Myard ? Mais n’est-il pas temps également de provoquer un débat national sur la question du voile dans l’espace public ? Ou bien la dictature de la bien-pensance, dénoncée à juste titre par Jean-François Kahn, (6) étouffera-t-elle encore ce débat ?

Rappelons qu’en 2003, lors du débat sur les signes religieux, dont le voile, à l’école, au tout début des travaux de la commission Stasi, seules quatre personnes sur vingt (dont Henri Pena Ruiz) étaient favorables à une loi. Quelques semaines plus tard, après l’audition de centaines de témoins, tout le monde – hormis l’ineffable Bauberot – avait changé d’avis, y compris les deux principaux partis politiques, qui, au départ, combattaient tout projet de loi.

Alors, le même débat, sur l’invasion du voile – y compris intégral – dans l’espace public ? Chiche !

(1) http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1121.asp

(2) http://www.halteauvoile.fr/

(3) http://www.ripostelaique.com/La-proposition-de-loi-de-Jacques.html

(4) http://www.bivouac-id.com/2008/10/02/a-torcy-seine-et-marne-comme-a-milan-les-musulmans-envahissent-les-trottoirs/

(5) http://www.mediaslibres.com/tribune/index.php/2008/10/01/715-vote-musulman-jouer-plus-pour-gagner-plus

(6) http://www.bivouac-id.com/forum/viewtopic.php?p=76546&highlight=kahn#76546

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.