Images inédites de l’enclave musulmane de Barbès

Publié le 25 janvier 2010 - par - 3 658 vues
Share

En ce vendredi 8 janvier 2010, l’auteur s’est rendu une fois de plus dans l’enclave musulmane de Barbès, et y a tourné deux vidéos. (1)

Il propose cette semaine un photoreportage sur ce qu’il a vu ce jour-là dans ce quartier livré chaque vendredi par les autorités françaises aux musulmans, photoreportage contenant des informations et des images inédites.

—————————————————————————————————————–

Comme chaque vendredi à midi, la rue des Poissonniers a été barrée illégalement par les employés de la mosquée Polonceau. Un fourgon de la Police nationale vient de passer devant ces deux barrières métalliques, sans aucune réaction de ses occupants, qui ont reçu des ordres de leur hiérarchie leur interdisant de lutter contre l’islamisation de Paris.

Sur les deux trottoirs de cette rue s’élèvent des murailles de musulmans en prière sur leurs tapis, dans une atmosphère oppressante. Les non-musulmans ne sont pas les bienvenus dans cette enclave qui vit au rythme d’une religion moyenâgeuse.

Quelques instants après, tout ce monde se retrouve à quatre pattes, à l’appel de l’imam diffusé par les 12 haut-parleurs illégaux que la mosquée Polonceau installe dans la rue des Poissonniers et la rue Polonceau. (2)

La rue Polonceau est elle aussi barrée illégalement, comme chaque vendredi : dans ce quartier, les musulmans agissent comme bon leur semble, assurés qu’ils sont de pouvoir violer la loi sans aucune intervention des autorités.

Dans l’embrasure de l’entrée de la mosquée Polonceau donnant sur la rue du même nom, un employé de la mosquée, muni d’un mégaphone, hurle à plusieurs reprises « Allah ou-akbar ! », en se moquant bien des habitants du quartier, soumis à ces éructations agressives, chaque vendredi.

En pleine prière, l’auteur se faufile entre les tapis et remonte la rue Polonceau, occupée, sur plus de 100 mètres de long, par les musulmans. Quant aux habitants de la rue, ils n’ont pas voix au chapitre : qu’ils attendent donc la fin de la prière pour se déplacer sans encombre !

Après la prière, les tapis se vident, et les musulmans, venus de toute la banlieue parisienne, s’en retournent chez eux, satisfaits d’avoir occupé illégalement des rues entières, et imposé leur présence aux non-musulmans.

Arrivant au bout de la rue Polonceau, l’auteur constate qu’il a aussi été barré illégalement par les musulmans, avec une barrière métallique et une voiture. Pendant la prière, la rue Polonceau devient ainsi une zone exclusivement musulmane, comme si elle n’appartenait plus au territoire français.

Quelques instants plus tard, au commencement de la rue Léon, l’auteur constate que celle-ci a elle aussi été barrée illégalement par les musulmans. Le quartier entier est bel et bien laissé à l’abandon par les autorités françaises, qui livrent ses rues en pâture aux musulmans.

L’auteur parvient rue Myrha, juste à temps pour assister à l’évacuation des tapis, une fois la prière achevée. Comme chaque vendredi, cette rue a été barrée à ses deux extrémités, et totalement confisquée par les musulmans pendant une heure. Voilà comment un quartier entier de Paris s’islamise sous nos yeux, sans aucune intervention des autorités françaises !

Nous lançons une nouvelle fois un appel : combien de temps encore les autorités françaises laisseront-elles s’écouler, avant d’intervenir et de mettre fin à ces procédés illégaux ? Combien de rues seront occupées, confisquées, conquises par les musulmans, en plein Paris, avant que la Mairie du 18e arrondissement, la Mairie de Paris, la Préfecture de Paris, le gouvernement, ne se décident enfin à agir ?

Maxime Lépante

(1) Dans l’antre de la rue des Poissonniers (Islamisation de Paris – 8 janvier 2010) [3:21]

http://www.youtube.com/watch?v=hSuzUMPBZNs

Dans l’antre de la rue Polonceau (Islamisation de Paris – 8 janvier 2010) [1:51]

http://www.youtube.com/watch?v=vYc0k6f5iCk

(2) Les haut-parleurs illégaux de la mosquée Polonceau

http://www.ripostelaique.com/Les-haut-parleurs-illegaux-de-la.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.