Immigration de travail, de peuplement ou choisie : il faut un moratoire de plusieurs années

Publié le 19 janvier 2009 - par - 2 982 vues
Share

Le 6 janvier 1981, L’Humanité publiait la lettre qu’adressait Georges Marchais au recteur de la mosquée de Paris à propos de l’immigration : « J’approuve le refus de Paul Mercieca de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, d’immigrés ; en raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membre de leurs familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d’alerte est atteinte […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficile leurs relations avec les Français. Quand la concentration devient très importante […] la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles immigrées, plongées dans la misère, deviennent insupportables pour les budgets des communes. » (1)

Non seulement la situation évoquée par Georges Marchais est encore vraie : nous l’avons longuement analysée dans les numéros 59 à 62 de « Riposte Laïque » car elle s’est aggravée avec une immigration qu’on peut évaluer à 7,5 millions de personnes et qui a débouché sur les problèmes posés par l’émergence des communautarismes, surtout islamique… du fait de la poursuite d’une politique effrénée d’immigration (de peuplement, notamment) sans que la moindre raison valable ne puisse la justifier pour peu que l’on ait les yeux ouverts et que l’on ne se laisse pas prendre aux discours égoïstes du capitalisme libéral comme aux paroles compassionnelles des « humanitaristes » de gauche qui en sont les meilleurs alliés.

Comment, en effet, ne pas s’amuser (si l’on peut dire) de voir l’extrême gauche et une partie de la gauche s’indigner des délocalisations et brandir comme une menace l’arrivée du « plombier polonais » tout en réclamant la régularisation de tous « les sans papiers » et l’amplification des flux migratoires dont la concurrence déloyale qu’ils imposent sur le marché du travail conduit à la pression sur les salaires et au maintien d’un chômage endémique ? Libre circulation des capitaux, des marchandises, de la main d’œuvre, tel est le credo libéral que psalmodie le capitalisme triomphant et qu’ânonne à pleines gorges la gauche compassionnelle des « petits partis » et autres altermondialistes qui voient là le moyen de reconstituer une «base populaire » qui leur fait défaut …Il n’est qu’à observer les populations qui constituent le fonds de leurs manifestations, quelles qu’elles soient, pour le vérifier.

Aujourd’hui, en « pleine crise économique », le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, nous prédit 8 à 10 millions de « chômeurs » en plus dans les pays qui la composent, un taux de 1,5 à 2 points de plus pour la France seule, et des secteurs comme le bâtiment et les services particulièrement touchés (interview sur www.radiobfm.com du 22 / 12 / 08) (voir aussi note 2)

Justement, ce sont ces secteurs qui emploient le plus de main d’œuvre immigrée, et souvent clandestine (3)….Outre que tous ceux qui y étaient employés vont se retrouver « à la rue » et soumis aux « Assedic » pour ceux qui étaient embauchés régulièrement ( mais les autres ?) , on peut se demander pourquoi il a fallu faire venir cette main d’œuvre non qualifiée alors que la grande majorité des allocataires du RMI ( pour ne prendre que cet exemple) sont, justement, des personnes sans qualification et que le taux de chômage dans la population immigrée est le double de celui constaté dans la population autochtone (enquête INSEE de 2007, mais le phénomène est connu depuis longtemps) ?

Mais le mystère s’épaissit encore plus quand on rapproche cette situation de la décision adoptée à Bruxelles le 16 octobre dernier d’organiser « l’immigration choisie » dont un des aspects sera constitué par la création « d’une carte bleue » destinée à permettre à la main d’œuvre qualifiée de venir travailler en Europe à l’appel des entreprises et autres donneurs d’ordres… Ainsi, pendant que perdront leur temps sans formation aucune, dans nos facultés et autres IUT, des dizaines de milliers d’étudiants voués à n’avoir aucune perspective d’avenir, viendront occuper des emplois qualifiés dans notre pays des médecins africains, des techniciens indiens, des cadres asiatiques, des ingénieurs moyen-orientaux ( et la liste n’est pas exhaustive) qui, à leur tour, pèseront sur le marché du travail et tireront les salaires vers le bas pour le large profit du patronat, grand et petit…Gageons que la gauche compatissante veillera à ce qu’ils soient bien accueillis et que leur soient attribuées toutes les aides et facilités permises par notre organisation sociale…tout en manifestant pour « plus de moyens à la fac et dans les lycées »….

Tout ceci est à l’opposé des besoins réels en matière d’emploi pour notre pays qui abrite toute la main d’œuvre dont il a besoin, qu’elle soit de petite qualification ou de qualification élevée, les structures de formation existant ou pouvant être créées pour peu que les responsables politiques et économiques le veuillent.

Tout ceci est à l’opposé des balivernes dont ces mêmes responsables nous abreuvent par média complices interposés (et relayés par les Buffet, Besancenot, Aubry, Voynet et autres Bové…) sur le nécessaire apport de populations extérieures pour compenser le déficit des générations et le vieillissement de la population. L’étude publiée par l’INSEE le mardi 13 janvier dernier (voir « Le Figaro »en ligne du 13 / 01 / 08 ) (4) montre clairement que le taux de natalité actuellement constaté permet et le renouvellement normal des générations et l’accroissement logique de la population active susceptible de prendre en charge les futures retraites par répartition (encore qu’avec le développement des formes de retraites par capitalisation, la question risque d’être moins cruciale).

Et même si certains pensent que ce taux est « boosté » par la population étrangère accueillie sur notre sol (il faudrait des statistiques séparant les françaises « de souche » des françaises d’origine étrangère et des étrangères en situation régulière et irrégulière pour le mesurer vraiment, mais ça ne peut être que minime), cela renforce la nécessité du moratoire sur l’immigration dont on perçoit parfaitement qu’il est la solution à la situation complexe et dangereuse créée par la politique migratoire que les responsables français (et européens) veulent imposer pour le plus grand profit des puissances économiques qui les inspirent.

Car cette situation irraisonnable est lourde de dangers… Outre ceux portés par les effets négatifs de l’immigration clandestine, corollaire de l’immigration de peuplement ( réseaux mafieux de trafics en tous genres, du travail illégal à la prostitution en passant par les drogues et l’exploitation éhontée des « marchands de sommeil »…) , on remarque d’ores et déjà, en Espagne en particulier, une exacerbation des tensions xénophobes (voir « Le Figaro » en ligne du 26 / 12 / 08 ) tandis que l’Italie agit fermement sur l’ îlot de Lampedusa (où sévit « cosa nostra ») pour refouler les nouveaux arrivants …

Ne croyons pas que nous sommes à l’abri de ce type de conflits : si le gouvernement actuel s’inquiète des « tensions communautaires » à propos des affrontements Israël-Hamas ( « Le Figaro »en ligne du 12 / 01 / 09 ), c’est qu’il a favorisé l’émergence des communautarismes religieux (en particulier islamique) et par sa politique d’immigration (dont les effets d’annonce de maîtrise sont démentis sur le terrain) et par le soutien qu’il apporte aux revendications communautaristes des « religieux » musulmans et par la caution qu’il donne au rôle d’encadrement des imans dans les quartiers sensibles… A jouer avec le feu, on se brûle, et le président de la République, par delà ses discours enflammés sur la laïcité et contre le communautarisme, met à mal la première et favorise le second, une lecture précise de notre médium le montre clairement, numéro après numéro (www.ripostelaique.com) …

C’est pour tout cela qu’il est urgent que soit décidé un moratoire de plusieurs années sur l’immigration, afin de permettre la résorption de toutes les difficultés (économiques, sociales, sociétales, humaines) créées par une politique migratoire effrénée et injustifiée depuis de trop nombreuses années…En stoppant les flux légaux, pourraient être mises en place toutes les mesures qui permettraient l’extinction progressive de l’immigration clandestine et le rapatriement des 300 000 à 400 000 immigrés en situation irrégulière (estimation couramment admise) …En même temps seraient développées les structures d’éducation et de formation offrant aux immigrés en situation légale la possibilité de s’insérer durablement dans le marché du travail et dans notre espace politique et sociétal dont ils s’engageraient à respecter les valeurs, les lois, les caractéristiques (la laïcité par la séparation des églises et de l’Etat, notamment) , étant entendu que ceux qui n’y souscriraient pas seraient invités à retourner dans leur pays d’origine une fois leur contrat de travail achevé…

Ainsi du temps et des moyens seraient donnés à toutes les autorités, à tous les responsables pour intégrer, avec tous les droits et les devoirs afférents, dans notre cadre républicain ceux qui le désireraient, pour nous séparer de ceux qui le refuseraient (ou qui seraient venus illégalement), pour rendre plus équitable le marché du travail, pour valoriser le travail face au simple assistanat social qui se raréfierait au fur et à mesure que le marché du travail se densifierait…

Mais l’Europe refusera cela !!!

Et alors ?

C’est au citoyen français à faire entendre sa voix, à se saisir du bulletin de vote pour exprimer, sur ce point fondamental de l’immigration, sa volonté de voir créer ce moratoire et s’engager cette nouvelle politique.

Il en aura dès ce mois de juin une vraie occasion. Qu’il ne la manque pas !

Robert Albarèdes

www.laic.fr

1 – http://www.medium4you.be/Livre-La-Republique-amnesique-de.html
2 – http://www.lefigaro.fr/economie/2009/01/14/04001-20090114ARTFIG00464-pour-l-ocde-le-pire-est-a-venir-dans-la-zone-euro-.phpwww.lefigaro.fr

3 – (http://www.laprovence.com/articles/2009/01/06/677327-Region-en-direct-L-entrepreneur-faisait-travailler-des-macons-au-noir.php

4 – http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/01/13/01016-20090113ARTFIG00458-les-francaises-n-ont-jamais-eu-autant-d-enfants-depuis-.php

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.