1

Islam = islamisme = charia : l'aveu de Jacques Boutault !

La lettre du maire du 2ème arrondissement de Paris au Préfet de Police, pour demander l’interdiction du « grand apéro républicain » organisé place de la Bourse le 4 septembre, est un exemple savoureux de mensonges, de contradictions, d’abyssale stupidité et de totalitarisme.
Lisons-là ensemble (1).
« Monsieur le Préfet,
J’apprends que vous êtes en possession d’une demande d’autorisation d’une manifestation dénommée « grand apéritif républicain », programmée par l’association « Riposte laïque », le 4 septembre sur la place de la Bourse à Paris. »

Dans sa réponse stéréotypée qu’il adresse aux citoyens indignés par sa démarche de petit censeur vert, Jacques Boutault dit qu’il se fonde sur les tracts et affiches annonçant l’apéro (2). Or ceux-ci précisent que ce n’est pas Riposte laïque seule qui organise cet événement, mais 23 organisations. Donc le maire du 2ème ne brille guère par la rigueur intellectuelle.
« En tant que maire du 2e arrondissement, je tiens à vous faire savoir que je suis fermement opposé à ce que se déroule dans l’arrondissement dont j’ai la charge une manifestation qui, contrairement à son intitulé, bafoue les fondements de notre République en opposant des citoyens français sur des thèmes religieux, et qui se présente comme un nouvel « apéro anti-islam ». »
On se demande de quel droit anti-démocratique Jacques Boutault voudrait interdire que les « citoyens français » s’opposent sur des « thèmes religieux » ! Les élus du groupe Les Verts du Conseil de Paris n’ont-ils, très ironiquement, proposé un « vœu pour donner le nom de Benoît XVI au parvis de l’Hôtel de Ville » (3) ? N’a-t-il pas voté contre un lieu pour « honorer la mémoire de Jean-Paul II (4) ? Et le tout avec moult arguments contre des dogmes catholiques ou pontificaux ? Bref, pour Jacques Boutault, il serait légitime de s’opposer sur des « thèmes religieux » contre les cathos, mais pas touche à l’islam !
Et encore, si je dis « islam », c’est parce que c’est Jacques Boutault qui lui-même dit, dans sa lettre, que l’apéro républicain « se présente comme un nouvel « apéro anti-islam » ». Alors regardons ensemble les tracts où cet apéro « se présente ».

On y voit une caricature critiquant :
– Une burka. Donc pour Jacques Boutault, islam = burka et ce n’est pas bien d’être anti-burka.
– La charia. Donc pour Jacques Boutault, islam = charia et ce n’est pas bien d’être anti-charia.
– Les insultes « nique la France ». Donc pour Jacques Boutault, islam = nique la France et ce n’est pas bien d’être anti-nique la France.
L’affiche dit : « défense de la République laïque contre l’offensive islamiste ». Donc pour Jacques Boutault, islam = islamisme, alors que sa formation politique (comme bien d’autres) ne cesse de marteler le contraire.
Le tract rappelle « que la loi française doit primer sur les règles religieuses ». Jacques Boutault conteste-t-il cette vision de la laïcité républicaine ?
Les organisateurs de l’apéro citent des éléments de charia qu’ils estiment « opposés à la démocratie, à l’égalité homme-femme, aux libertés de penser, de parler, de croire ou pas croire ». Alors Jacques Boutault prétend-il, en qualifiant l’apéro d’« anti-islam », que l’islam est anti-démocratique, sexiste, et qu’il combat les libertés ? Et quand bien même ferait-il cet « amalgame », en quoi cela le gêne-t-il que l’on s’oppose à ces principes qui bafouent nos valeurs et le « vivre-ensemble » ?
Bref, en disant que la manifestation est un « apéro anti-islam » (alors que ses affiches et tracts ne comportent ni le mot « islam » ni le mot « musulman » !), le maire du 2ème arrondissement de Paris rend un bien mauvais service à ses électeurs musulmans, et accessoirement à tous les démocrates républicains de sa circonscription.
Il poursuit :
« Il m’apparaît de surcroît que l’objet de cette manifestation présente un risque sérieux de trouble à l’ordre public : les exemples récents d’apéros « saucisson et pinard » organisés à Paris, à Lyon et dans d’autres villes de France, sont là pour le prouver. »
Là encore, Jacques Boutault fait très fort ! Car « les exemples récents » d’apéros « saucisson et pinard » ne « prouvent » strictement rien !
En effet, à Lyon et « dans d’autres villes de France », ils ont été interdits. Comment un événement qui n’a pas eu lieu peut-il « prouver » un trouble à l’ordre public qu’il aurait causé ? C’est totalement idiot comme raisonnement !
Quant à Paris, l’apéro a été interdit, et les organisateurs se sont repliés sur un « plan B » place de l’Etoile, et sans « pinard ». Cette manifestation du 18 juin 2010 a-t-il provoqué le moindre « trouble à l’ordre public » ? Non. Donc non seulement Jacques Boutault raconte n’importe quoi, mais il ment effrontément.
Il conclut sa lettre :
« Bien que confiant dans la décision que vous prendrez, qui relève de votre seule responsabilité, j’estime important de vous faire connaître ma position. »
Oui, c’était « important » que les citoyens du 2ème arrondissement et de Paris sachent de quel niveau d’ânerie intellectuelle est capable leur élu Jacques Boutault, et qu’ils partagent avec nous un grand éclat de rire.
Roger Heurtebise
(1) http://paris.lesverts.fr/article.php3?id_article=1988
(2) http://www.ripostelaique.com/Vous-voulez-nous-aider-pour-que-le.html
(3) http://conseildeparis.lesverts.fr/?Voeu-pour-donner-le-nom-de-Benoit
(4) http://conseildeparis.lesverts.fr/?Un-lieu-pour-honorer-la-memoire-de