J’aime qu’on dénonce le « politiquement correct » d’une fausse gauche

Publié le 24 juin 2008 - par
Share

Je veux simplement vous dire que je considère l’Edito du N° 43, intitulé « Le baiser de la mort des gauchistes et des bobos aux républicains compassionnels » comme un monument (1).

Tout est dit, notamment les vérités qui ne sont pas bonnes à dire. C’est d’une aveuglante lucidité.

J’aime que l’on mette les pieds dans le plat, non pas seulement pour le plaisir de le faire (qui n’est certes pas à négliger), mais parce qu’il devient de plus en plus nécessaire et salutaire de démasquer les jésuites modernes toutes catégories fondues et confondues dans une connivence inavouée car inavouable.

J’aime que l’on dénonce ce « politiquement correct » qui se vautre dans l’hypocrisie et la lâcheté, le compassionnel crocodilesque, la repentance à peu de frais, le prétendu anti-racisme, et j’en passe sans oublier les intérêts les plus bas, évidemment toujours inavouables, bref : le boboïsme dans toute sa splendeur. Les bons sentiments en guise de passeport pour le pouvoir et ce qui s’ensuit, il n’est rien de plus sordide, et de nos jours il en dégouline de partout.

Oui, il faut le dire tout net : les bobos et les gauchistes, ceux qui s’attendrissent ces jours-ci sur leur nostalgie soixante-huitarde, eux qui méprisaient déjà le peuple lors des fameux « événements » et adhéraient joyeusement (mais sans le dire et même en prétendant le contraire) au règne des castes dominantes, ces gens-là sont bel et bien les complices de cet ultra-libéralisme triomphant dont on commence aujourd’hui à percevoir les méfaits. Le mensonge leur tient lieu de seconde nature.

Certes, il y a ces patrons qui s’attribuent de manière indécente des émoluments scandaleux et des parachutes dorés incommensurables. Certes il y a ces gens qui se livrent à de gigantesques jeux spéculatifs d’une cynique désinvolture tandis que les deux tiers des habitants de la planète ne mangent pas à leur faim. Mais il y a aussi cette fausse gauche(pardonnez-moi le pléonasme), sous toutes ses nuances, plus dangereuse encore car elle avance masquée, servant de miroir aux alouettes dans une démocratie malade de son suffrage universel dévoyé. Cette fausse gauche qui hait la République et ses valeurs, notamment la laïcité, qui par contre adore la montée en puissance des communautarismes de toutes sortes, qui brandit les « droits de l’homme » tout en préparant leur enterrement, et qui est en vérité totalement complice de ce qu’elle appelle « la droite ». Cette dernière au moins affiche à peu près ses intentions : tout compte fait c’est plus honnête.

Bas les masques! Votre Edito, cher Cyrano, passe en revue cette cohorte en lui retirant ses oripeaux pour dévoiler son immonde et monstrueuse nudité. Il fallait le faire. Attendez-vous à des insultes, des menaces et autres cris de vertus effarouchées de la part des champions de ce que vous appelez à juste titre la « bienpensance » et la « pensée unique ». Peu importe : vous n’aurez jamais aussi bien justifié votre nom d’emprunt.

Bravo et merci pour ces bouffées d’air pur.

Yves Pialot

(1) http://www.ripostelaique.com/Les-republicains-doivent-attaquer.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.