Jakubowicz entraîne la Licra dans l'impasse suicidaire et destructrice du Mrap

Alain Jakubowicz, avocat lyonnais nouveau président de la LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) le claironne : il veut que son association prenne « un tournant » (1).
Il va être servi ! Ce n’est pas un tournant qu’il prend, mais carrément un virage à 180°. En effet, pour illustrer ce changement d’orientation, il décide de traîner en justice le journaliste Eric Zemmour pour avoir dit sur Canal + que« les Français issus de l’immigration étaient plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C’est un fait. »
C’est un fait que l’avocat Jakubowicz a sans doute pu constater au Tribunal Correctionnel de Lyon. C’est un fait confirmé par des rapports des Renseignements Généraux sur les bandes, par des études sur l’islam en prison, par des études similaires en Suisse et en Belgique.
Donc la Licra nouvelle veut criminaliser la vérité. Et son nouveau président sait où aller chercher l’inspiration : il « va également rencontrer les associations de défense des étrangers, y compris le Mrap de Mouloud Aounit. »
Notons en passant l’aveu contenu dans cette phrase : le Mrap est une « association de défense des étrangers » ! Evidemment, on savait depuis longtemps que le Mrap n’est plus une association antiraciste, mais une officine partisane et idéologique.
Mouloud Aounit saura donc former les adhérents de la Licra (ou du moins ce qu’il en reste) à faire de la discrimination positive sous couvert d’antiracisme, à prôner l’immigration à tout va et la régularisation des clandestins, à soutenir les islamistes et leurs signes ostentatoires, à défendre les voyous plutôt que les policiers ou les victimes, et bien sûr à traîner Israël dans la boue. Encore que sur ce dernier point, ça risque un peu de coincer à la Licra…
On peut s’étonner que la Licra choisisse une voie aussi suicidaire. Et pourtant, elle avait eu l’occasion de tirer les leçons de sa propre histoire, et en particulier de ses « heures sombres », dans les années 30 et 40. Celles-ci viennent d’être rappelées par Eric Zemmour dans une interview à RCJ (2) : de nombreux membres actifs, et même des dirigeants de la Licra (la Lica à l’époque) choisirent la voie de la collaboration avec l’occupant nazi et le régime de Vichy, voire de l’antisémitisme.
Et Alain Jakubowicz ne peut ignorer ces faits, puisque la Licra elle-même avait organisé en février 2009 (donc avant la nouvelle présidence du mouvement) une conférence sur ce sujet, dont le compte-rendu très documenté est toujours consultable sur le site de la Licra (3). En résumé, il y a eu parmi les militants et les dirigeants de la Licra/Lica de l’époque deux orientations :
– des « pacifistes » qui ont sont allés jusqu’au bout de leur impasse au nom de l’amitié entre les peuples et autres angélismes, jusqu’à soutenir Pétain (et certains furent ministres ou hauts fonctionnaires de Vichy !) et virer à l’antisémitisme ;
– d’autres qui ont choisi le camp de la Résistance au nazisme et au racisme.
Or il y a aujourd’hui à la Licra une autre ligne de fracture, qui met d’ailleurs beaucoup d’animation dans les réunions de militants :
– les « pacifistes », partisans de tous les clichés sur le « vivre ensemble », pour qui tout le monde il est beau il est gentil, qui pensent qu’il ne faut pas s’opposer à l’islam religion de paix et de tolérance, etc. ;
– et les autres qui dénoncent plus clairement l’antisémitisme d’origine islamique en France, et ses origines idéologiques.
Certes, comparaison n’est pas raison, et le rapport de la Licra le souligne. Mais il met tout de même en évidence l’éclairage historique des heures sombres du mouvement sur l’actualité contemporaine : « Quand je dis « penser le passé et notre époque », il ne s’agit pas de tomber dans l’anachronisme en imaginant comparer le contexte de l’entre-deux-guerres et celui de la France et du monde post 11 septembre 2001, mais il est possible de jeter des ponts pour observer comment en période de menaces pour la paix mondiale, de montée des périls idéologiques, il peut exister certaines permanences dans la versatilité de comportements idéologiques et de partis pris politiques qui tournent avec le vent du politiquement correct et de la pensée unique. »
Alain Jakubowicz tourne donc le dos à cette autocritique. Il rejoint le « politiquement correct » et la « pensée unique » que tente d’imposer le Mrap ou la Halde, et dans lesquels s’est déjà engouffré SOS-Racisme. Et tant pis pour Eric Zemmour : il dit la vérité, donc il doit être médiatiquement et judiciairement exécuté.
Dans sa conférence de presse, Alain Jakubowicz accuse Eric Zemmour d’avoir « franchi un cran ». Mais c’est le nouveau président de la Licra qui a franchi un cran : celui d’entraîner son mouvement dans une impasse idéologique sans aucun rapport avec la réalité et… l’antiracisme.
Il devrait pourtant savoir que cette nouvelle orientation va lui mettre à dos la communauté juive, qui représentait tout de même le fond de commerce de la Licra. On voit en effet mal comment cette communauté pourrait faire ami ami avec le Mrap et son président Mouloud Aounit, totalement compromis dans l’islamogauchisme.
Alain Jakubowicz devrait également savoir que l’image du Mrap et de SOS-Racisme est catastrophique dans l’opinion publique : tout comme la Halde, ces deux officines de la police de la pensée ne font plus illusion chez les Français. Sur les sites internet d’information, les réactions des internautes sont très majoritairement hostiles sur tous les articles où l’on parle de nouvelles lubies du Mrap, de SOS-Racisme ou de la Halde. Et la Licra commence à sentir le vent du boulet par sa plainte contre Eric Zemmour.
Même Eric Naulleau, qu’on ne peut accuser d’être un facho, a été très clair chez Morandini sur la chaîne Direct 8. Répondant à une intervention de Mouloud Aounit qui venait de déverser sa logorrhée grotesque contre Eric Zemmour, Eric Naulleau a déclaré que ce qu’il venait d’entendre était « consternant », « incroyable » et « inadmissible ». Il a dénoncé cette « ambiance de lynchage extrêmement déplaisante ». Pour Eric Naulleau, Eric Zemmour n’est aucunement raciste, il n’a jamais été condamné pour ses propos, et c’est « du délire » que de le comparer avec Dieudonné comme l’a fait Mouloud Aounit.
Et Alain Jakubowicz va mettre à dos de la Licra d’autres confrères d’Eric Zemmour et la majorité des Français avec son intention de criminaliser la vérité : c’est une erreur monumentale que de s’attaquer à l’un des animateurs les plus populaires des ondes de radio et de télévision françaises, qui en plus n’a strictement rien de répréhensible.
La Licra va donc déraper de plus en plus dans le « tournant » que veut lui faire prendre son nouveau président. Alain Jakubowicz qui souhaite 1000 adhérents nouveaux par an va, tout au contraire et tout comme Mouloud Aounit au Mrap, faire fuir de la Licra le peu de forces vives qui lui reste.
Mais que la Licra se suicide importe peu. Ce qui est plus inquiétant, ce sont les dégâts qu’elle peut encore provoquer dans son baroud d’honneur. Pour limiter ceux-ci, je me permets de m’adresser à ses adhérents sincères, en leur rappelant ce texte visionnaire écrit en 2003 par un certain Isaac de Barbanègre, et à qui l’actualité donne de plus en plus raison. A eux de choisir leur camp.
Un siècle de pacifisme
– En 1917, ils crièrent « Non à la guerre » ils firent… la guerre civile, et créèrent l’URSS. Massacres et camps surgirent aussitôt… Naquit un système qui fit cent millions de morts.
– En 1934, ils recommandaient de déposer les armes quand l’armée allemande préparait les siennes.
– En 1939 ils applaudirent le pacte qui éviterait la guerre !
– En 1940 ils recommandèrent de fraterniser avec les troupes de l’occupant.
– Quelques jours avant l’invasion ils manifestaient à Paris « pour la paix et contre le militarisme français ! »
Suivit une guerre de cinq ans d’exterminations.
– En 1950 ils manifestaient pour « la paix en Indochine » pendant que nos soldats tombaient lâchés par notre gouvernement.
Suivit une dictature, des camps et des massacres.
Ceux qui purent tentèrent de fuir cette « paix-là » !
– En 1960, ils manifestèrent « pour la paix en Algérie », tout en acclamant ceux qui égorgeaient femmes et enfants et qui posaient des bombes au milieu des civils.
Ils applaudirent les accords d’Evian.
L’encre à peine sèche, la population civile fut massacrée, torturée, civils et soldats disparurent ; vint ensuite le génocide des Harkis. 150.000 Harkis engagés par la France et leurs familles sont égorgés, mutilés, décapités, coupés en morceaux, cuits en méchoui jeté aux chacals et aux chiens…
Tortures, exécutions, génocide et épuration ethniques.
On n’entendit guère protester les pacifistes… après 1962.
– Vint 1968 et les grandes manifestations « pour la paix au Viêt-Nam, pour la paix au Cambodge ». On soutint « le camp de la paix » contre les USA.
Le camp de la paix… celui de Ho Chi Minh et Pol Pot…
Suivit le génocide cambodgien, les camps vietnamiens, bref un « détail » de millions de morts, des déportations et des radeaux pour fuir par la mer. Les pacifistes ne manifestaient plus…
– La Turquie envahit Chypre… Les pacifistes oublièrent de manifester.
– La Turquie massacra les Kurdes… Les pacifistes oublièrent de manifester.
– La Chine occupait toujours le Tibet… et qui s’en souciait ?
– Soudan, Indonésie, Côte d’Ivoire pays envahis et massacrés…
Mugabe organisa la chasse ethnique… et vint rendre visite à Chirac… Pas de manifestation des pacifistes à Paris !
– Bouteflika réprimait les Kabyles et laissait égorger sa population.
Il vint s’afficher avec arrogance à Paris… Pas de manifestation des pacifistes !
– Les pacifistes en revanche, trépignaient, impatients qu’on bombarde Belgrade.
– Les pacifistes manifestaient avec des drapeaux palestiniens. Au milieu des drapeaux du Hamas et du Hezbollah, on y criait « le djihad, le djihad » et parfois « mort aux Juifs » !
La morale de ce siècle de pacifistes est la suivante : quand on veut connaître le camp le plus meurtrier, et celui qui apportera les longues ténèbres des dictatures… Il suffit de regarder les pacifistes : ils vous l’indiqueront sans jamais se tromper. Ils soutiennent toujours ce camp-là !
Alliés « involontaires », du nazisme ils soutinrent : hier les dictatures communistes, et aujourd’hui le terrorisme islamique !
Roger Heurtebise
(1) http://immigration.blogs.liberation.fr/coroller/2010/03/la-licra-entame-une-nouvelle-%C3%A8re.html
(2) http://www.dailymotion.com/video/xcl56g_zemmour-sur-petain_news à partir de 11 minutes 45.
(3) http://www.licra.org/attachments/100_LICRA-Conference-Epstein-120209.pdf

image_pdfimage_print