Je compte sur vous pour faire connaître « Confession d’un imam », de Abdelrahman Marhaba

Publié le 16 mars 2009 - par - 547 vues
Share

Mesdames, Messieurs (responsables du journal « Riposte laïque »)

Jusqu’alors, je ne connaissais pas votre site. C’est une amie algérienne, libérée de tous les complexes et les obsessions de l’islam, qui m’a conseillé de consulter ce formidable journal. Je l’en remercie très chaleureusement et je vous en félicite.

Etant moi-même, simple citoyen également libéré de cette horrible prison, je souhaite pouvoir agir, dans la mesure de mes modestes moyens, à libérer non seulement les musulmans, mais aussi les Occidentaux de l’emprise de cette secte diabolique qui gangrène toute l’humanité.

Auriez-vous l’amabilité de publier dans vos colonnes le texte ci-joint relatif à un ouvrage écrit par un ancien imam qui se révolte contre le Coran et contre Allah dans le Coran, et qui plaide pour la laïcité, et de le faire connaître à vos lecteurs.

L’ouvrage fut interdit et confisqué dans les pays arabo-musulmans lors de sa parution en arabe. La version française, sortie récemment, est également boycottée par les médias. Les instancres religieuses et les associations musulmanes en France exercent une pression particulière par le recours à l’intimidation et aux menaces violentes pour occulter ce livre et empêcher sa vente dans les librairies.

Sachez que c’est pour la première fois qu’un musulman, en l’occurence un ancien imam, diplômé de l’université islamique d’al-Azhar et détenant un doctorat de la Sorbonne, se réveille et ose, contre vents et marées, en risquant sa vie et celle de sa famille, dénoncer toutes les aberrations de l’islam et réclamer l’instauration de régimes purement laïques pour sauver les musulmans de leur léthargie et de leur sous-développement.

Je suis sûr que vous allez en faire écho dans les pages de votre sites. Je vous en remercie d’avance.

Medhat M. Salem

Confessions d’un Imam

Abdelrahman Marhaba

Traduit de l’arabe par Maurice Salacrou

Titre de l’édition arabe :

« Mes tourments avec le Coran et avec Allah dans le Coran »

Publié à Paris aux Editions de Paris

Novembre 2008

Voilà enfin un grand érudit musulman qui se réveille et se révolte. Ancien diplômé de l’université islamique d’al-Azhar, docteur ès Lettres de la Sorbonne, Abdelrahman Marhaba ose bien briser le silence et condamner la dissimulation et la supercherie.

Dans ce livre, il confesse « ses tourments avec le Coran et avec le dieu du Coran ». Avec audace et probité il décortique « les vérités et les contre vérités qui empoisonnent et asphyxient la communauté musulmane depuis le VIIe siècle ».

Ce nouveau Voltaire de l’islam dénonce les contradictions, les horreurs ainsi que la barbarie dans le Coran. Cette rare voix, qui surgit enfin de l’intérieur de l’islam, augure un mouvement de sensibilisation sans précédent dans l’histoire de cette croyance. Il plaide pour une cure de désintoxication mentale de la communauté musulmane, si celle-ci souhaite sortir de sa sclérose et rejoindre la modernité et le progrès humain.

Politiquement incorrect, cet ouvrage constitue sans doute un événement majeur dans la contestation qui secoue l’islam. « Je ne fais, dit-il, que témoigner au moment où les vrais témoignages se font rares. Il faut que j’annonce ma vérité avant le départ, sans tenir compte des protestations, des injures et des accusations gratuites. »

L’auteur voudrait ouvrir la porte devant les chercheurs afin que les rênes échappent des mains de ceux qui les détiennent et que les libres penseurs puissent enfin sortir de leur mutisme sans craindre les forces de l’obscurantisme. Il voudrait surtout faire face aux prétendus prédicateurs zélés qui incitent le plus souvent les masses à assassiner des gens simples et des auteurs de bonne intention

Voici l’introduction à ce livre écrite par l’auteur lui-même :

Cette étude propose une lecture renouvelée du Coran afin de rompre avec toutes entraves dogmatiques et la sclérose de l’exégèse. Initialement, le Coran fut une avancée, or il est devenu un frein, voire un obstacle au progrès intellectuel. La tentative critique amorcée ici, vise à le dépoussiérer en décortiquant ses versets, afin de mettre en lumière une lecture nouvelle qui valorise l’esprit du texte.

Le but de l’auteur est de tendre vers une vision nouvelle du livre, qui évite de jeter l’anathème sur quiconque y pénètre à fond sans nécessairement tout accepter. Aller au cœur du texte, dévoiler, soumettre à une critique scientifique raisonnée – position rationnelle s’il en est – toute sa matière, vise à dessiller les esprits, présentement bloqués par la nature dite sacrée de l’ouvrage. Une révision s’impose. L’hégémonie du religieux dans le mental comme sur le culturel ne doit pas asservir ni contraindre la raison. La culture arabo-musulmane a besoin de se sentir autant concernée par la vie actuelle que par la prospective d’un au-delà. Le texte coranique doit se prêter à l’examen critique, sans rester ni statique ni figé.

L’identité de l’homme suppose la créativité et non le confinement en quelque moule matriciel immuable, où se raidit la référence au passé, réduite à un objet de musée… un tel texte ne constituant plus qu’un frein, qu’un carcan, qu’un facteur d’anéantissement de toute dynamique progressiste dans l’éveil d’une conscience s’efforçant d’harmoniser le développement d’une histoire humaine vivifiante, claire et lumineuse.
Ainsi, nous devons nous libérer, afin d’agir hors des ténèbres funestes – l’obscurantisme est rétrograde et paralyse la pensée. Il faut s’extraire d’un texte désormais tyrannique… parce que l’émancipation exige que l’on balaie délibérément toute nostalgie.

Qu’il y ait eu un enchantement spirituel par le passé, soit ; mais ces temps sont révolus… Qu’on veuille bien, alors, désormais, condescendre à s’extraire de telles images surannées, renoncer à ces spectres et visions d’un autre âge… qui n’ont plus d’intérêt aujourd’hui et qu’il est vain de ressasser. L’époque du califat est définitivement révolue.
Même porteur d’un caractère mythique, aucun message ne saurait perdurer en dehors du temps ni de l’espace, en dépit et au mépris des événements ordinaires qui font l’histoire de l’humanité ; c’est le labeur présent – et lui seul – qui la façonne ! L’attachement à un texte essoufflé étouffe sa renaissance et prête le flanc aux intégrismes, aux intolérances et aux sabotages tyranniques d’un fondamentalisme aveugle, donc malveillant et oppressif.

L’histoire s’écoule, en un large fleuve… nul ne saurait la réduire à un mirage, voire à une lagune ou à quelque mer morte. Qu’on y participe dans un effort rigoureux, en remaniant, justement, le message de base du livre. Il faut oser le corriger par la réalité du vivant et savoir prendre dans le vécu tous les concepts à résonance humaine. Notre but est de relever ce défi, afin de bien nous reconnaître pour marcher ensemble dans le combat pour la dignité, l’éducation et le développement.
Notre ouvrage prétend donc éveiller les consciences. Il se propose de promouvoir la réflexion protestataire et envisage même de la mener, par la révolte, au besoin. Le Coran ne saurait se faire obstacle à l’évolution créatrice. Transmettre un message ne signifie pas imposer un diktat ; nul témoin ne peur prétendre arrêter l’axiome ou le postulat. Tout éclairage neuf donne à l’image d’autres reflets, avance vers une nouvelle mentalité, permet le débouché sur une pensée laïque, puisque indépendante et libre. Ne se détourner d’aucune interrogation, même au regard du mal comme du désastre… savoir lever le voile vers tous les remèdes, sincèrement… et jusqu’au risque éventuel du sacrifice suprême.
Le souci majeur de l’auteur est que l’éthique arabo-musulmane s’accorde avec l’impulsion incoercible de la pensée moderne et ose s’embarquer dans une réflexion ouverte, même à tous risques… et jusqu’à s’en plaindre à Dieu lui-même.

Les événements de ce monde incitent-ils à croire en l’existence de Dieu sans que tant de textes n’aient d’autre justification que tout tenter pour s’efforcer d’en administrer la preuve ? Qu’est-ce que le doute ? La lecture coranique doit permettre d’analyser, comparer, douter, critiquer, évaluer ; la réflexion sur chaque verset se doit d’être méthodique, rigoureuse, argumentée, cohérente et permettre de passer en revue chaque avis et propos de tous les exégètes antérieurs.
La recherche se révèle captivante ; les conclusions qui en découlent étonnantes souvent, inattendues parfois… jusque dans le risque de déviance ou d’égarement, par rapport au monolithisme du dogme de référence officiel, surtout face aux artifices dans les tentatives d’explication.

J’étais un homme mystique et de foi solide… très tard, je me suis réveillé, afin de me reprendre sérieusement en main. A soixante-dix ans, en m’époussetant, j’ai traversé une crise avec des conflits intérieurs très dure, qui m’ont déchiré l’esprit… et cela jusqu’au virage final, dangereux certes, mais qui va considérablement modifier l’orientation, le cap, de mon existence. Alors, j’ai pris la plume, afin de tenter d’exprimer tous les tourments de ma pensée : la vérité doit être proclamée.
J’ai donc écrit ce livre, mettant à profit de nombreux soutiens éclairés et réfléchis. Certes, il en résultera de tumultueuses protestations. “Si tu veux être homme, tu dois accepter de vivre dangereusement : ceux qui vivent sont ceux qui luttent !”

Ce livre propose donc un nouvel exposé de la problématique coranique… révolutionnaire peut-être, basé sur l’effort personnel (ar. ijtihad) sans doute… d’où peuvent découler querelles, controverses, voire conflits et ennuis de tous ordres. Il ne manquera pas d’entraîner de profonds remous dans le monde vers une prise de conscience rationnelle et la mise en œuvre d’une méthodologie nettement critique, promesses d’une action future forte, fondamentale et fertile.

Je souhaite ouvrir, au lecteur, par ce livre, une voie rayonnante et lumineuse, vers une réforme nécessaire, elle doit être sincère et solide. L’avenir jugera. Prenez l’ouvrage, approchez-le et traitez-le avec toute la bienveillance qu’il attend. Merci !

Medhat M. Salem

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.