Je suis contre une loi sur la burqa !

Publié le 31 mai 2010 - par
Share

Permettez-moi de vous faire part d’un avis qui sera sans doute mal accueilli par nombre d’entre vous.

Je suis contre une loi d’interdiction de la burqa !

Bien évidemment, la vue d’un de ces fantômes me révulse, m’effraye, me donne la nausée et je partage toutes vos analyses et convictions à ce sujet. Mais, les accommodements républicains que nous faisons avec l’Islam pour le rendre invisible, me paraissent bien plus dangereux à long terme que quelques burqas qui déambulent dans nos rues.

Je m’explique:

Nous avons interdit le voile dans les établissements scolaires dans les années 80 et cela a été considéré comme une victoire de la laïcité. Vingt ans plus tard, là ou nous croisions une femme voilée dans la semaine ce sont des dizaines que nous voyons quotidiennement, et nous avons franchi un degré : c’est à la burqa que nous avons à faire aujourd’hui.

Par contre pendant ces vingt ans, l’immigration musulmane a augmenté de façon exponentielle dans l’indifférence quasi générale et avec la complaisance de beaucoup.

Mais quel est le vrai problème, la burqa ou l’immigration massive? La burqa ou la double nationalité ?

Il n’y a pas de chiffres, mais nul besoin d’en avoir ni d’être un « spécialiste » pour voir que notre environnement humain a changé et que le nombre de visages issus des cultures musulmanes a décuplé.

Dans les musulmans que je connais, la plupart ont, soit fait un mariage avec un ressortissant de leur pays d’origine, soit fait venir un ou plusieurs membres de leurs familles, et veulent en faire venir d’autres en raison de l’instabilité de leurs pays et de la qualité de vie du notre.

J’ai moi même rempli des formulaires d’hébergement de complaisance, sans me douter que l' »hébergement » serait définitif et qu’une partie de ce petit monde en viendrait à m’expliquer que les français sont racistes (sauf moi bien sûr) et que c’est à nous d’accepter leur culture. (je ne vais pas rentrer dans les détails mais cela porte sur des points très basiques comme le porc, la circoncision, le hallal, le voile).

Il faut que l’islam reste visible pour que nos compatriotes réagissent.

Rien ne sert de le camoufler par des lois, alors qu’on finance des mosquées dans l’indifférence générale, que des imams continuent de venir de pays étrangers et que les musulmans « modérés » s’implantent de façon durable, islamisent peu à peu notre pays en « douceur ». On en arrive à voir des reportages nous montrant des ruraux français (franco-français) dans une boucherie hallal nous expliquer en interview que la viande hallal est bien meilleure. Je ne parle pas bien sûr, des convertis, ou des couples mixtes dont les enfants ont le plus souvent des prénoms arabes, ni de ceux qui innocemment font aussi ce choix simplement parce qu’ils trouvent ces prénoms jolis, ce qui constitue à mon avis une perte d’identité.

Donc désolée pour ma position, mais vive la burqa si elle peut nous permettre de régler le problème de manière plus efficace que par une petite loi, qui vous fera plaisir mais ne sera certainement pas respectée, et ne fera que retarder l’échéance en notre défaveur puisque nous serons de plus en plus minoritaires si les flux migratoires ne sont pas inversés. Une abrogation de la double nationalité me paraitrait plus efficace, encore faudrait-il prendre conscience du danger qu’elle représente pour la paix civile de ce pays.

Puisqu’il y a dans ce pays, et même ici sans doute, une obligation de se justifier, je précise que je ne suis ni raciste ni totalement islamophobe, vous parlez souvent d’une défense de la laïcité et de la « République » mais le pays de mes ancêtres n’est pas la « République », c’est la France, et finalement, peu importe son régime politique, (il reste à démontrer que les royaumes du Danemark ou d’Espagne sont moins démocrates que nous) par contre, son peuple n’est pas interchangeable.

Je suis persuadée, comme le général De Gaulle (eh oui!) que « l’on peut assimiler des individus mais pas des peuples». Ceux qui, venus d’autres cultures, se reconnaissent dans la mienne et s’assimilent me font honneur, ils sont les bienvenus et ils sont ici chez eux, mais, un peuple ne peut en absorber massivement un autre sans disparaitre, c’est un fait historique maintes fois répété, nous le savons, nous pouvons refuser ce sort.

L’homogénéité des peuples est la seule façon de préserver leurs diversités et l’originalité de leurs cultures respectives et même (je l’ose !) leurs particularités physiques, c’est à dire en résumé, le patrimoine de l’humanité. Le mot « diversité » tel qu’il est employé dans ce pays aujourd’hui est absurde puisque justement, le grand melting pot qu’on nous annonce avec une euphorie pathologique, me parait être à long terme l’annonce d’un univers effroyable où tout le monde se ressemblera et où l’individu sera manipulable à merci car sans culture.

Et cela sans doute après d’inévitables bains de sang.

J’ai entendu récemment, un vieil africain dire que la mondialisation fera de nous des robots si tout le monde se ressemble, ça me rassure que d’autres, ailleurs, pensent la même chose que moi et veuillent que les enfants de leurs enfants leur ressemblent, comme eux même ressemblent à leurs parents.

Ce n’est pas gagné !

Avec mes salutations citoyennes, si ce mot veut encore dire quelque chose !

Line Blanc-Vilatte

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.