Joué-lès-Tours : quand l’UMP parle comme la gauche compassionnelle

Publié le 24 février 2010 - par
Share

Personne ne connaît sans doute le nommé Jean-Christophe Turot. Cet obscur militant UMP est le chef de file de l’opposition de Joué-lès-Tours, ville dirigée par le maire socialiste Philippe Le Breton.

Ce dernier vient de prendre une initiative courageuse : il a accolé le mot « laïcité » au fronton de sa mairie, sous les mots Liberté, Egalité, Fraternité.

la-laicite-inscrite-au-fronton-de-la-mairie-de-joue-les-tours-409005-9-10.html

Il a surtout osé, sans faux fuyant, dans cette commune de l’Indre, pointer les difficultés auxquels un maire est confronté : demande de foulard musulman de la part d’une fonctionnaire, demande de nourriture halal dans les cantines par des parents d’élèves…

Lucide, il s’inquiète du retour du fait religieux, des propos de Nicolas Sarkozy, et l’épisode Quick halal ne lui plait pas.

Il ose parler d’Islamistes en guerre contre République et la démocratie. Il ne voit pas l’islam de France quand l’argent de pays étrangers est utilisé pour envoyer des familles de Joué dans les écoles coraniques qui encouragent la burqa pour les femmes.

Ces propos ont le mérite de pointer la principale cause des problèmes laïques rencontrés aujourd’hui par les élus. Cela ne pouvait que valoir à leur auteur l’opprobe des bobos de service, en l’occurence Jean-Christophe Turot, le chef de file UMP de l’opposition, qui ose reprocher au maire son initiative, le faisant passer pour hostile à la communauté musulmane, quand il rappelle des principes laïques : « Il faut qu’on arrive à tous vivre ensemble, il ne faut pas pointer du doigt une communauté » affirme le conseiller Jean-Christophe Turot.

Des propos dignes de socialistes s’opposant au débat sur l’identité nationale, ou de gauchistes défendant le voile à l’école !

L’UMP est tombée bien bas, avec de tels personnages. Il n’est plus capable de défendre les valeurs pour lesquelles Sarkozy a été élu président. Il s’est même trouvée une députée UMP, Edwige Antier, qui voulait interdire la fessée !

Il y a vraiment, à défaut de fessée, des coups de pied au derrière qui se perdent !

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.