L’abus de religion nuit à la santé

Publié le 24 novembre 2007 - par - 212 vues

Il faut lire la presse régionale, c’est une mine d’informations… même si elles ont pu échapper au moment opportun.

Ainsi « La Provence » du 19 septembre dernier …

On y apprend, page 2, que, selon une étude menée par les urgentistes de l’hôpital de la Conception, à Marseille, la non-absorption de nourriture et de boisson du lever au coucher du soleil favorise le développement de certaines pathologies. Diabète, coliques néphrétiques , maux de tête, troubles digestifs s’élèvent à des taux records chez les patients qui envahissent les urgences au moment de leur pratique du jeûne du ramadan et , si ce jeûne strict fragilise le corps et les fonctions vitales de tous ceux qui le pratiquent ( il paraît aussi qu’il les purifie…mais on n’a aucune certitude sur ce point ! ), il accentue les conséquences des maladies chroniques ou aigues , d’autant que certains « pénitents » refusent même de prendre leurs remèdes lors de cette période « d’amélioration spirituelle » !

Ah, cette guenille corporelle qui refuse de se plier à la loi divine et qui oppose son dysfonctionnement biologique à l’essence immatérielle de l’être !!!

En fait, l’enquête menée par ces praticiens marseillais ne fait que confirmer l’adage que nous souffle notre esprit critique : l’abus de religion nuit à la santé …Les philosophes des Lumières l’avaient déjà constaté, il est bon cependant que la « Faculté » l’atteste aujourd’hui par une observation stricte et impartiale du réel …

Et ce ne sont pas les auto-flagellés chiites de la grande mosquée de Damas – qui s’arrachent la peau jusqu’au sang pour honorer leur calife défunt depuis 14 siècles- , les porteurs des statues sacrées de la semaine sainte de Séville – qui ahanent péniblement en s’arrachant les pieds sur le bitume- , ou les adeptes brésiliens des couronnes d’épines que l’on s’incruste dans le corps – sans doute parce qu’un improbable messie l’a enduré il y a 21 siècles- , qui, en nous donnant le spectacle d’un obscurantisme aux conséquences corporellement destructrices , vont nous convaincre du contraire …

Et quand les habitants de Messine continuent de porter en procession, chaque année, le cheveu de « la vierge » censé les protéger , eux dont la ville fut détruite cinq fois en 4 siècles de manière aussi bien humaine que naturelle …ils témoignent, avec maints autres exemples que nous pourrions énumérer ici, de la dépréciation intellectuelle qui s’allie de manière concomitante et irréversible à la torture physique « révélée »… !

La religion est bien « l’opium du peuple »… Heureusement, la Raison permet de s’en prémunir !

Empédoclatès

ou « du bon usage de la raison »

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi