L’armée dans les banlieues ? Pas d’accord avec Roger Heurtebise

Publié le 2 août 2010 - par
Share

Je me réjouis de l’augmentation d’audience de Riposte Laïque. Il faut bien constater que la concurrence dans la dénonciation du danger de l’islam n’est pas un créneau encombré dans les médias ni dans le personnel politique. Dénoncer, encore dénoncer, toujours dénoncer est un acte politique fort mais qui demande beaucoup de temps pour être connu, compris, et susciter l’adhésion.

Mais une notoriété grandissante entraîne une responsabilité croissante. L’article de Roger Heurtebise du 19 juillet (1), qui préconise une solution radicale : la sous-traitance à l’armée du rétablissement de l’ordre dans les banlieues, ne me semble pas une idée appropriée.

Cela rappelle trop de mauvais souvenirs et beaucoup de victimes.

En Algérie, il n’y avait pas de guerre, nous étions dans des départements français, tout juste une opération de maintien de l’ordre pour lutter contre des troubles organisés par des insurgés. Durant huit années, de victoires en victoires sur les rebelles, l’armée termina sa mission dans les conditions que l’on sait et un résultat pour le moins critiquable.

Un gouvernement républicain doit y regarder à deux fois avant de donner les clés à l’armée pour s’occuper des opérations de police.

En France aujourd’hui le contexte est différent de celui de l’Algérie durant la période 1954/1962.

Certains de nos jeunes rebelles de la diversité culturelle, ne sont pas intégrés dans nos pays occidentaux, en échec scolaire puis social certains rejoignent la délinquance, les plus islamisés rallient le jihad dans des pays musulmans en guerre.

D’une façon générale, ils ne demandent qu’une chose, vivre en communauté, avec leurs propres valeurs, comme dans leurs pays d’origine, mais chez nous, dans le respect d’une loi divine qui n’est pas la nôtre et que nous n’aimons pas. Comme nous n’acceptons pas d’échanger nos valeurs laïques et républicaines pour la charia.

Il faudra beaucoup d’efforts de part et d’autre pour trouver un terrain d’entente. Ce sera difficile.

La solution ne peut passer que par les musulmans eux-mêmes. Comment engager un dialogue positif avec eux ? Ou trouver des interlocuteurs crédibles aux yeux de leur communauté ?

Nous n’avons que peu de chance de convaincre, nous-mêmes, les musulmans qu’ils doivent accomplir un effort pour accepter nos lois, ce qui est dans leurs moyens, et qu’ils y gagneraient. Les arguments que nous trouvons justes, ne sont pas compris, nos lois ne pèsent pas lourd opposées à une loi divine. Les croyances qui ne sont pas le fruit de la raison seront difficiles à combattre par le verbe.

Pourtant il serait dommageable que le lecteur de Riposte Laïque, qui bénéficie d’une information privilégiée, finisse par rejoindre le camp de ceux qui pensent que la confrontation nord-sud est inéluctable.

Ceci dit nous n’avons pas le droit de nous résigner au pire, il y a peut-être des informations venant d’ailleurs qui pourraient nous faire réfléchir. Prenons l’exemple de Kemal Killiçdaroglu le chef laïque d’un parti le CHP, en opposition à l’islamiste Erdogan, avec des sondages en hausse arrivant à 30 %, commence à peser sur l’évolution de la Turquie. (2).

On rêve d’une interview de ce brave homme par Riposte Laïque. Buzz assuré.

Guy Beaupin

(1) http://www.ripostelaique.com/Guerilla-a-Grenoble-qu-attend-on.html

(2) Marianne 692 Martine Gozlan.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.