L’islam, le sexe et nous, de Denis Bachelot

Publié le 25 janvier 2010 - par - 443 vues
Share

L’auteur refuse le politiquement correct .
Il explique comment la modernité culturelle occidentale basée en partie sur une objectivation du corps et une libération sexuelle s’oppose radicalement à la culture et aux traditions d’une population issue de l’immigration maghrébine .
Il s’agit là du choc de deux identités percevant le corps de la femme et de la sexualité d’une manière différente voire antinomique.

« L ‘incompréhension est totale entre le chevalier franc pour qui le sens de l’honneur s’attache à la bravoure, en dehors de toute considération de domination sur la femme, et le musulman aux yeux duquel l’honneur repose, d’abord et avant tout, sur le contrôle du corps de la femme-dans le but de le préserver du regard et du désir des autres hommes… »
Celui qui ne perçoit pas cette réalité est complètement à côté de la plaque et ignore ou feint d’ignorer les raisons qui conduisent des populations à se côtoyer sans se comprendre et sans partager les mêmes valeurs.

Les associations anti racistes, où certaines d’entre elles comme le MRAP hurlent contre le racisme dont serait victime la population des quartiers sensibles de nos banlieues, à cause de leur religion supposée ou de leur couleur de peau en niant à la fois que ce racisme ne s’aggrave pas et à la fois qu’il n’est pas seul en cause.

Le racisme anti petit blanc existe , comme l’ont décrit plusieurs journalistes commentant les incidents qui ont ponctué certaines manifestations lycéennes.

L’auteur revient sur les émeutes de décembre 2005 en montrant qu’il s’agissait à la fois d’une révolte contre l’ordre établi, d’un acte de désespoir social mais aussi l’expression d’une césure entre une société liberticide et des problématiques identitaires traditionnels…
Autrement dit, les révolutionnaires qui n’ont vu qu’une révolte sans issue et les républicains dénonçant les manipulations intégristes ont tout faux ou partiellement raison.

Comment réussir à intégrer cette population issue de l’immigration et mettre fin à l’emprise des mouvements islamistes qui cherchent à récupérer et à orienter la colère de générations déboussolées?

L’auteur propose la construction d’une référence symbolique paternelle « forte, sévère, bienveillante et juste ».
Il milite pour la fin d’une infantilisation maternelle de ces jeunes qui ont besoins de repères et de limites pour se construire et non qu’on les enferme dans un relativisme culturel devenant pour eux une véritable prison.

Alain Bleuzet

« L’islam, le sexe et nous »
livre de Denis Bachelot
mars 2009

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.