La France perd la tête et perd pied

Publié le 8 février 2010 - par
Share

Une fois n’est pas coutume, je me décide à écrire ce que je pense de plus en plus tout bas. Je ne suis d’ailleurs pas loin de penser que nombre de concitoyens en arrivent au même constat : La France perd la tête, et par la même occasion, perd pied.

Sans vouloir extrapoler sur un sujet comme la liberté d’expression, j’en arrive même à me demander ce qu’il en est de ces libertés chères à notre République et à tous ceux qui la peuplent. Combien d’entre nous peuvent se targuer de pouvoir librement évoquer des sujets aussi délicats (et éminemment d’actualité) que l’identité nationale, la laïcité et bien d’autres encore, sans être taxés de raciste, de fasciste ou se voir faire les gros yeux ? Comme vous l’écrivez et le dénoncez régulièrement, sans même parler de contestation, le débat devient stérile, parce que très souvent inexistant !!!

Il n’est qu’à voir la composition des plateaux télés lors d’émissions dites « démocratiques » ou encore, et quel bel exemple pour notre pays, les participants à la commission sur l’identité nationale !!!!. La parole est confisquée par la « bonne pensée »… Notre pays se meurt au nom de l’anti-racisme et, par conséquent, pour des desseins individuels et électoralistes. Les exemples de remise en cause de nos valeurs, pourtant connus de nos élus parce que bien souvent décidés par eux-mêmes, sont multiples et prolifèrent à une vitesse grand V : piscines lilloises, repas hallal dans les cantines, voies publiques confisquées pour l’exercice d’un culte, une agent de la ville de Paris voilée dans l’exercice de ses fonctions, etc, etc, etc.

Qu’en est-il du respect et de l’autorité d’institutions aussi primordiales dans notre société, que l’éducation nationale, la police, la gendarmerie, ou encore des tribunaux? Quelles valeurs sont encore transmises au sein de la famille même? Qu’est devenue la légitimité de nos partis politiques et leurs représentants? Autant de questions auxquelles je doute d’avoir des réponses peu glorieuses pour l’avenir de notre pays, alors que la liste de ces inquiétudes est loin d’être exhaustive !!!!

Sans la volonté farouche de léguer une France libre et laïque à mes enfants, sans un optimisme auquel je veux pourtant croire, j’écrirais qu’il est déjà bien tard pour réagir et remédier à tous ces maux qui rongent la France depuis plusieurs décennies et qui ne cessent d’augmenter et progresser. Ainsi, aveuglé et berné par nos différents responsables politiques de ces « 30 dernières glorieuses », mon envie d’agir et réagir au nom d’un patriotisme devenu bien pâle pour l’ensemble de la population française (et je ne m’en exclue pas) grandit.

Mais voilà, que faire, avec qui, comment? Au delà de soulager ma conscience (ce qui ne ferait que satisfaire ma petite personne), j’espère que ces quelques mots trouveront écho au sein de votre journal ainsi que vos lecteurs et contribueront à appuyer des fédérations d’idées déjà existantes que je ne manquerai pas d’intégrer.

Bien amicalement.

Manu Dorat

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.