La Marseillaise dans l’Hémicycle ? Ah non, pas vous, les socialistes !

Publié le 27 janvier 2009 - par
Share

Décidément, « l’opposition » socialiste ne manque pas une occasion de se ridiculiser !

Que penser de ces députés socialistes entonnant à qui mieux mieux la Marseillaise à l’Assemblée Nationale(1), mardi 20 janvier, comme si la Nation était en danger ?

On n’épiloguera pas sur les raisons du rassemblement et du chant usurpateur : lors de l’examen de l’article 13 du projet de loi prévoyant que les amendements déposés par les membres du Parlement puissent être mis aux voix sans discussion, le Président de la commission de lois a demandé à faire voter la loi bien que tous les députés inscrits ne se soient pas encore exprimés. Le procédé est sans doute discutable, mais il est clair que l’obstruction systématique, à coups de milliers d’amendements inutiles et de discours qui ne le sont pas moins représente perte de temps et d’énergie qui seraient mieux employés par nos représentants en ces temps de crise ! On aimerait les voir se pencher sur un projet de société valable, réfléchir aux limites que leur imposent les différents Traités européens pour mieux envisager de les contourner (voir de sortir de l’Europe) plutôt que de s’acharner à ferrailler avec des épées en plastique contre des lois qui seront votées de toutes manières, puisque la majorité l’emporte ! D’ailleurs, dans les conseils municipaux, il y a beau temps que le temps de parole de l’opposition est limité, que cela ne pose de problème à personne et que nos représentants locaux sont, de ce fait, peut-être un peu plus efficaces…

Néanmoins, pour revenir à ce qui s’est passé mardi, on ne peut que s’étonner des propos de Pascal Riché(2) : Les « scandaleux » chanteurs de mardi n’étaient pas des factieux: ce qu’ils exprimaient, par leur coup de sang, c’est avant tout leur attachement à la démocratie; comment ne pas s’insurger contre ces propos ? Comment ne pas s’insurger contre l’utilisation de la Marseillaise mardi dernier parce que, précisément, il y a beau temps que les Socialistes nous montrent à l’envi qu’ils sont attachés à tout… sauf à la démocratie et à la République !

Sus aux usurpateurs !

Les députés socialistes ont-ils la légitimité nécessaire pour utiliser la Marseillaise quand cela les arrange ?

Les députés socialistes ont-ils la légitimité nécessaire pour crier « Au Feu ! » après avoir mis le feu à la maison, eux qui ont si bien dégoûté l’électeur lambda du « socialisme à la française » que celui-ci, deux fois de suite, a préféré le « tout sauf les socialos », en 2002, en envoyant Le Pen au deuxième tour et en 2007 en votant pour le libéral Sarkozy l’UMP ?

Non, dix fois non.

D’abord, faut-il rappeler que les socialistes aiment si peu la Marseillaise qu’ils ont traîné Jean-Pierre Chevènement dans la boue quand celui-ci a décidé que les enfants devraient apprendre l’hymne national à l’école ?

Faut-il rappeler qu’on ne les a guère entendus condamner les siffleurs de la Marseillaise au Stade de France ? Au contraire, le discours dominant était compassionnel, trouvant des excuses aux auteurs des faits et minorant ceux-ci(3) !

Ne faut-il pas rappeler, surtout, que ce sont eux, qui, depuis trente ans, avec leurs complices de l’UMP, Mitterrand, Aubry, Jospin, Hollande et Royal main dans la main avec Delors, Chirac et Sarkozy, bradent la France, sa souveraineté et ses symboles ?

J’accuse les responsables socialistes. J’accuse les députés socialistes.

VOUS avez appelé à voter oui à Maastricht, instaurant le début du monétarisme et donc de la recherche du profit comme but à la société avec les conséquences que nous déplorons : les inégalités et la pauvreté s’accroissent à une vitesse vertigineuse.

VOUS avez appelé à voter oui au T.C.E. qui instaurait ad vitam aeternam le droit pour des instances supra nationales non élues d’imposer leurs lois aux peuples européens.

VOUS avez ratifié sans hésiter le Traité de Lisbonne, version bis du T.C.E. que des électeurs, tous devenus « xénophobes », si l’on en croit Royal et Aubry, avaient eu le mauvais goût de refuser, bafouant ainsi la démocratie, reniant votre rôle de représentants du peuple, préférant celui de représentants du Parti Socialiste et de la social-démocratie.

VOUS avez ouvert toutes grandes les portes de la France à l’immigration, légale ou illégale(4) sans contrôle, sans vérification de ressources, sans vérification d’un minimum de maîtrise du français et de connaissance des lois et des valeurs du pays d’accueil, contribuant à créer les « quartiers », le repli communautariste et les situations explosives que nous connaissons dans un pays qui manque de logements et d’emplois.

VOUS avez ouvert la boîte de Pandore de l’Europe des régions qui n’a qu’un seul but, faire disparaître l’Etat-Nation, dernier obstacle à l’ultra-libéralisme, en essayant, en vain jusqu’à présent, de faire ratifier la Charte des Langues régionales et minoritaires, signée par Jospin ; en créant l’inégalité sur le territoire de la République avec des régions qui ont de plus en plus de droits et de devoirs, qu’elles soient pauvres ou riches ; en encourageant le financement public d’écoles où l’on ne parle pas français comme le voulait Lang pour les écoles Diwan…

VOUS avez mis à mal la laïcité : vous avez méprisé et malmené la loi de 1905, la contournant pour mieux faire financer par un contribuable pourtant rétif des mosquées ; vous avez réservé des créneaux horaires aux femmes dans certaines piscines ; vous avez fait ce qu’il fallait pour que le voile ait droit de cité à l’école (cf la malheureuse circulaire Jospin de 1989 qui donnait carte blanche aux chefs d’établissement)…

VOUS osez même réclamer le droit de vote pour les étrangers aux élections locales, mus par la recherche de quelques voix de plus aux échéances électorales, méprisant le fondement de la citoyenneté française et donc la République, ses droits et ses devoirs.

Alors, par pitié, quand vous vous sentez outragés, ne vous cachez pas dans le giron d’une mère patrie que vous avez reniée et qui ne vous reconnaît plus.

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr/

(1) http://www.lepoint.fr/actualites-politique/les-socialistes-entonnent-la-marseillaise-et-quittent-l-assemblee/917/0/308907

(2) http://www.rue89.com/2009/01/21/la-marseillaise-dans-lhemicycle-ou-est-le-scandale

(3) http://www.ripostelaique.com/Quand-soeur-Marie-George-et-les.html

(4) Mitterrand en 1981 et Jospin en 1998 ont ouvert les portes fermées par Giscard en 1974.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.