La démocratie est une conquête populaire, n’en déplaise à une gauche marxisante

Publié le 20 avril 2010 - par - 213 vues
Traduire la page en :

Il est courant, dans la gauche, plus ou moins marxisante, de parler de la démocratie, de la liberté, en les caractérisant de « bourgeoises », caractérisation à connotation pour le moins défavorable, voire péjorative.

C’est une grave erreur.
Démocratie et bourgeoisie sont en fait antinomiques.

Certes la notion de démocratie, l’idée de liberté ont été reformulées par la bourgeoisie dès sa formation en même temps que la renaissance de la ville et du commerce autour de l’an mille.

Certes les humanistes de la « Renaissance », les philosophes « des Lumières » au XVIIIème ont développé sur la place de l’humain dans la société, sur ce que sont ses droits, sur les formes souhaitables de régimes politiques en opposition aux situations de tyrannie.

Seule la bourgeoisie est à même de dégager des penseurs, des philosophes, des écrivains et de leur donner la possibilité de s’exprimer, d’être imprimés et de diffuser leurs idées et leurs théories auprès du peuple.

Mais elle l’autorise essentiellement lorsqu’elle a besoin du nombre pour conquérir le pouvoir politique, lorsqu’elle a besoin du « popolo minuto » pour obtenir du seigneur le droit de diriger dans la ville, lorsqu’elle a besoin du peuple pour détruire l’état monarchique absolutiste, organe du pouvoir politique de la noblesse,( lorsqu’elle a besoin de la levée de soldats en masse pour défendre ses intérêts vis-à-vis des bourgeoisies concurrentes)

Une fois son but atteint, au compte de ses intérêts particuliers, économiques et sociaux, la grande bourgeoisie capitaliste ne craint qu’une chose : le peuple qu’elle exploite, et donc la démocratie.
Dès le droit acquis de gérer la ville, l’élection des échevins sera rapidement confisquée par les grandes familles marchandes capitalistes mettant les autres classes urbaines, boutiquiers et artisans, et plus encore ouvriers sous leur domination et leur oppression.

Pas plutôt l’Assemblée Constituante adopte t-elle la Déclaration des Droits de l’homme et du Citoyens le 26 août 1789 avec notamment dans son 1er article l’affirmation, historique et universelle : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit », et dans l’article 3 : « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation » qu’elle met au point la monarchie constitutionnelle Les citoyens sont partagés en 3 catégories : les plus riches qui seuls peuvent être élus, les riches qui peuvent voter, les citoyens actifs et le reste du peuple qui n’ a pas le droit de vote, les citoyens passifs..

Après l’échec de la tentative du Roi de rejoindre les armées ennemies, elle fait tirer sur le peuple pacifiquement occupé à signer une pétition au Champ de Mars par la Garde Nationale, sa milice armée, (créée le 13 juillet 1789) par crainte qu’une République ne mette en pratique les idées démocratiques dont s’étaient emparés les sans-culotte.
Mais elle saura utiliser par la suite la République : la République thermidorienne, qui a rétabli le régime censitaire, tirera sur le peuple le 1er Prairial An III(20 mai 1795),

La IIème République,4 mois après sa naissance fera de même, 4000 tués, 11000 arrestations, 4000 déportés en Algérie !
Un mois après sa confirmation provisoire, la IIIème République écrase la Commune , 20 à 30000 tués, 13500 déportés.

La démocratie bourgeoise, c’est-à-dire la démocratie dans la société dominée politiquement par la bourgeoisie n’a de réalité que lorsque la bourgeoisie est contrainte à la laisser s’instaurer et diriger le pays. C’est le cas lorsque c’est un facteur de réalisation de ses profits, comme avec la IIIème République et sa politique d’industrialisation et de colonisation pour les besoins de laquelle va être mis sur pieds l’école publique, gratuite et laïque.

Ou bien lorsqu’elle risque de perdre la propriété de ses outils économiques, comme pendant le Front Populaire face à la mobilisation dans la grève générale de la grande majorité du peuple qui a interdit l’arrivée au pouvoir des milices fascistes ,ou au moment de la Libération quand le peuple veut se venger de ce qu’il a dû endurer.
Ou bien surtout lorsqu’elle n’est pas en mesure de priver le peuple de l’usage des outils démocratiques, droits et lois inscrits dans la Constitution.

La bourgeoisie capitaliste n’a pas besoin de la liberté si ce n’est de celle du commerce.

Pendant des siècles elle a vécu et s’est développée dans la société féodale et l’absolutisme monarchique totalitaire. Elle a parfaitement vécu et s’est développée sous les dictatures du 1er et du Second Empire, sous les régimes fascistes. C’est toujours le cas sous le régime dirigé par le Parti Communiste Chinois- les milliardaires chinois sont les plus nombreux après groupe après les milliardaires US- ou dans les théocraties totalitaires musulmanes. L’argent lui permet toutes les libertés qu’elle veut. En revanche elle ne veut pas de la liberté pour le peuple, notamment de la liberté d’expression potentiellement subversive et révolutionnaire.

La bourgeoisie capitaliste se moque des droits de l’homme comme de son premier carnet de chèque.

Dès le Moyen Age, les foires de champagne sont un centre important de la vente des esclaves slaves après émasculation, au monde arabo-musulman et notamment à la si prétendument exemplaire Andalousie.
Pendant des siècles elle a pratiqué avec grand profit le négoce des esclaves d’Afrique en Amérique (La Convention révolutionnaire, populaire, démocratique, abolira l’esclavage le 16 pluviose An II (4 février 1794).La IIème République, encore révolutionnaire et populaire, encore démocratique, l’abolira à nouveau le 27 avril 1848).

La bourgeoisie a prospéré sous l’odeur âcre des buchers de l’Inquisition et la puanteur des cadavres roués pour délit de blasphème.
Les conquêtes coloniales et les guerres de décolonisation, les guerres européennes et « mondiales » ont oh combien montré aux XIX et XXème siècles le peu de cas qu’elle fait des droits de l’homme.
Les relations politiques et économiques qu’elle entretient avec la République populaire de Chine, la République Islamique d’Iran ou l’Arabie Saoudite par exemple en sont aujourd’hui un remarquable témoignage.

La bourgeoisie a imaginé la notion de patrie pour y faire adhérer le peuple afin que celui-ci la défendant, y compris en se faisant trouer la peau, protège du même coup son champ d’action national. Or la bourgeoisie capitaliste n’a pas de patrie, elle est internationale, multinationale

La grande bourgeoisie n’a que faire de la laïcité à la française, liberté de croire ou de ne pas croire et stricte séparation de l’Etat et des organisations religieuses. Au contraire. Elle sait tout ce que peuvent apporter les religions et plus particulièrement aujourd’hui la religion musulmane, en termes d’endoctrinement, de fanatisation, de contrôle des esprits et de soumission du peuple.

La grande bourgeoisie n’a pas besoin d’un enseignement public, gratuit, laïque efficace. Il lui suffit d’avoir de bonnes écoles privées et de bonnes universités pour ses enfants. Elle n’a pas besoin de millions de diplômés, de citoyens instruits, formés à la réflexion, à la critique, à l’indépendance de la pensée et à la liberté de son expression.. Au contraire.

Aujourd’hui la bourgeoisie capitaliste des pays d’Europe, et notamment de France, a besoin de se débarasser de la démocratie et des droits qui lui sont attachés, quitte à favoriser l’instauration du totalitarisme islamique.

Aujourd’hui à nouveau, c’est par la mobilisation du peuple que pourront être préservés les fondements de la démocratie française : la République, la Souveraineté de la Nation, la Liberté et notamment la Liberté d’Expression, la Laïcité.

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi