La haine que suscitent RL et Zemmour : le refus de regarder la réalité en face

Publié le 31 mars 2010 - par - 275 vues
Share

Le conte d’Andersen, Les habits neufs de l’empereur nous enseigne, entre autres, que le cri de l’enfant « le roi est nu ! » a, selon Anne le Bihan –Eres N°54, toujours la même signification : Il défait l’imposture, dégonfle la baudruche, fait tomber les masques, les feintes, dévoile l’évidence, révèle l’objet « tel qu’il est », objectivement, dans le monde.. la chose se voit d’elle-même mais, étrangement, il y a des hommes qui ont des yeux pour ne pas la voir. Cela ne date pas d’hier, il est écrit dans l’Evangile Ils ont des yeux pour ne pas voir . Et de citer Lacan Le vrai, c’est ce qu’on croit tel. La foi[…] voilà le vrai, qui n’a rien à faire avec le réel.

.

La sagesse universelle nous enseigne à travers des proverbes, des dictons, des récits, des chansons et même des figurines, que toute vérité n’est pas bonne à dire et même, qu’il vaut mieux ne rien dire, ne rien voir et ne rien entendre comme le montrent les trois petits singes asiatiques qui se cachent les yeux, se bouchent les oreilles et la bouche. Mais nous disons aussi qu’il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre comme il est plus facile de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre dans le sien. N’oublions pas encore cet arbre célèbre entre tous qui cache la forêt.

Les psychologues, les psychiatres et les psychanalystes ont démontré que la vérité et la réalité pouvaient être tellement traumatisantes qu’elles entrainaient des troubles physiques et psychiques. Et quand Boris Cyrulnik parle de résilience salutaire, Alice Miller répond que le déni de réalité peut être aussi destructeur que la reconnaissance des mêmes réalités, y compris le vivre avec. Ces enseignements sont aussi valables pour les individus que pour institutions et les sociétés qui se sont souvent construites sur des mensonges, des fables, des légendes et toutes sortes d’arrangements avec les réalités et les vérités. D’ailleurs, le travail des historiens, des archéologues, des anthropologues, des paléontologues, des géographes des astrophysiciens, des médecins et des scientifiques en général consiste à faire et à défaire l’explication du monde et de la vie.

La grande majorité de celles et ceux qui parlent au nom de la société française ou de ses communautés spécifiques sont dans le déni.

Admettre les réalités, les vérités ou simplement savoir écouter le malaise ou la souffrance d’autrui ne vont pas de soi dans la mesure où chacun, chacune est conditionné par des croyances, de la morale, des convictions durement construites à la force de la parole de la conviction, des idéologies, des modèles et le packaging de tout un environnement sociologique et politique qui détermine la place de chacun dans la société et le dresse à la tenir. Il y a indiscutablement une économie du déni. Le déni rapporte des avantages matériels et immatériels. Il permet de soumettre, de dominer et d’exploiter.

Parmi les gens qui soutiennent les riches et les puissants, il y a bien sûr le réseau bétonné d’autres riches et puissants mais il y a surtout la masse de toutes celles et ceux qui sont pauvres et impuissants, misérables et frustrés mais qui espèrent qu’en soutenant et fréquentant les riches et les puissants ils en recevront les retombées, au moins sous forme de paillettes. C’est du domaine de l’irrationnel mais ça fonctionne car quand on subit, la superstition permet de survivre en espérant.

Depuis le mythe de Pandore, nous savons que l’espérance est le pire des maux car il engendre la passivité. Une chanson populaire brésilienne raconte l’histoire de Pedro Perdreira, un misérable qui passe sa vie définitivement misérable à attendre des améliorations qui ne viennent jamais sauf la mort qui elle, viendra à coup sûr…

L’affaire Éric Zemmour, tout comme la haine que suscitent les positions de RL illustrent parfaitement le refus de la majorité de regarder la réalité sociétale en face. Il est formellement interdit en France de dire que certaines catégories d’immigrés, les musulmans en particulier, nous empoisonnent la vie et qu’ils détournent les aides sociales à des fins nuisibles au bien commun (par exemple pour se faire construire des villas au bled, entretenir une famille polygame, assurer la prospérité d’un village dont le chef détourne l’aide internationale, financer l’Hégire, le Djihad et le terrorisme, etc.), qu’ils sont responsables de la détérioration de la vie quotidienne de nombreux français, y compris les français fraichement naturalisés.

Toute personne un tant soit peu observatrice et informée sait que les agressions à l’arme blanche, les lapidations, les incendies de poubelles ou de voitures dans les cités, les agressions de professeurs et les descentes vengeresse dans les établissements scolaires, les revendications pressantes de viande hallal dans les cantines, les vols à l’arraché, les insultes racistes contre les blancs, les trafics de cannabis, le recel, les refus de payer son titre de transport, les viols, les mariages forcés, les lapidations, vitriolages et enflammages de femmes, les resquillages dans les files d’attente, l’encombrement des centres sociaux, de la sécurité sociale, de la Caf, des mairies, les incivilités de toutes sortes, les agressions sauvages de jeunes manifestants, les descentes de bandes sur les champs Élysées, les affrontement entre bandes dans les espaces publics, les détériorations d’espaces publics, l’envahissement des halls d’immeubles et les menaces à l’encontre des locataires, les ascenseurs coincés, les portes de caves fracturées, les caves squattées, les gymkhanas de motos et de bagnoles volées, les drapeaux français incendiés, la Marseillaise sifflée, l’absence de respect des lois, usages et coutumes françaises, tout le monde a pu observer que ces crimes, délits et incivilités étaient le fait, majoritairement, de musulmans originaires d’Afrique du Nord, du Pakistan, d’Égypte, de Turquie et d’Afrique noire.

Quand Éric Zemmour ne voit pas, contrairement à la masse des courtisans soumis, les habits neufs de l’empereur mais observe que le roi est nu et le dit en affirmant que si les noirs et les arabes sont plus souvent victimes de contrôles de police que les autres citoyens parce qu’ils sont plus souvent responsables que les non arabes et non noirs de crimes et de délits, il ne fait qu’énoncer une évidence que toute personne informée et de bonne foi peut observer quotidiennement autour d’elle et dans les informations. Car même si les statistiques ethniques sont interdites en France, il suffit d’observer pour constater les caractéristiques de la partie de la population française, ou résidant en France, qui cause le plus de problèmes, ne serait-ce qu’au quotidien.

Dans un débat télévisé qui est avant tout un spectacle où le rythme soutenu empêche les téléspectateurs de zapper, il est évident qu’on ne peut pas approfondir un sujet et que pour être entendu, le locuteur doit s’en tenir à des formules lapidaires, des sorties du tac au tac et Zemmour n’aurait jamais pu nuancer ses propos. Nous devons toujours nous rappeler qu’un débat télévisé se déroule sur un ring où les mots tiennent lieu de gants de boxes. Les propos sont forcément limités et les invités les plus habiles l’ont bien compris. Sans ce chic choc spectaculaire, l’audimat serait plombé et l’émission supprimée.

De même, il est évident que les policiers et les gendarmes n’ont pas le temps de s’attarder sur la personnalité des personnes qu’ils contrôlent et que se caler sur le facies est un choix de facilité pas forcément judicieux. J’ai eu souvent l’occasion de l’observer…Le plus flagrant étant l’aimable intervention des ilotiers bien intentionnés qui viennent me demander si je n’ai pas de problèmes lorsque je discute et joue avec un groupe de négrillons adorables âgée de 6 à 10 ans et que je fréquente régulièrement…Il est évident que certains contrôles de police sont abusifs mais c’est un autre débat qui, malheureusement autorise implicitement certains à casser du flic quand les interventions sont indispensables et absolument justifiées. Lapider un flic qui effectue un contrôle routier et appeler tout un gang à la rescousse relève de cette criminelle mauvaise foi. Tout comme saccager une cité parce que des jeunes voleurs de voiture ou de moto se sont tués en tentant d’échapper à la police qui ne faisait que son travail de maintien de l’ordre et de la sécurité des citoyens.

Ce n’est pas pour autant que Zemmour soit un ange de vertu-son ouvrage misogyne qui l’a rendu célèbre ne vaut pas mieux que les textes de certains rappeurs-, ni que les policiers et les gendarmes ne commettent pas des abus inexcusables et dangereux, ni que certains français ne sont pas racistes, ni qu’il n’y a pas de discrimination raciste en France. A ce propos il est bon de rappeler que la discrimination la plus répandue, la plus universelle mais dont il n’est pas de bon ton de parler, est la discrimination sexuelle. Quand Zemmour s’est étalé sur les ondes en flattant la bonne misogynie traditionnelle du coq gaulois, le Figaro ne l’a pas menacé de licenciement, la Halde, le Mrap, SOS-racisme, la Licra et leurs clones ne sont pas montés au créneau car pour eux, comme pour la majorité agissante, LE victime, le plus discriminé est un homme noir ou arabe. Le testing ne concerne jamais les femmes. Les CV anonymes ne suppriment pas le genre : 1 ou 2.

RL a justement la clairvoyance, le courage et l’honnêteté de dire que le roi est nu quand il est nu et de dire qu’il est correctement vêtu quand c’est le cas sans souci d’être banni de la bien-pensance officielle, du politiquement correct, des réseaux d’influence politique, du prêt à penser, des morales et idéologies instillées en permanence. Comme tout le monde, RL n’est pas à l’abri d’excès ou d’erreurs à la différence qu’elle ne campe pas droit dans ses bottes idéologiques quand elle est contredite et accepte de tenter d’ouvrir le débat.

Pour revenir au conte d’Andersen, Les habits neufs de l’empereur, nous devons comprendre que la manière dont nous nous transmettons les vérités et les réalités sert à la cohésion des groupes depuis le roman familial jusqu’à la création du monde. Les nations comme les communautés se construisent toutes autour de légendes. et dans le déni de ce qui dérange. Nos gouvernements en font de même avec des techniques de communication qui ne cessent de se perfectionner et de s’affiner en s’appuyant sur la connaissance du fonctionnement du cerveau, les nouvelles technologies de l’information et tous les moyens que produit notre intelligence pour le pire et le meilleur. Toutefois, rien ne saurait éradiquer le potentiel de libre arbitre que possède chaque être humain, tout comme son aptitude à réfléchir, questionner, décortiquer et se méfier des énoncés officiels et du prêt à penser.

Que vive la philosophie qui enseigne le questionnement! Que crèvent les idéologies, y compris les religions, les mysticismes et les superstitions qui empêchent les yeux de voir!

Alice Braitberg

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.