La maladie de l’Islam, de Abdelwahab Meddeb*

Publié le 27 janvier 2009 - par - 426 vues
Share

La liesse des rues de certaines villes du Liban et de Palestine, qu’entraînent les attentats du XI septembre 2001 amène l’auteur à un questionnement profond. Pourquoi et comment en est-on arrivé à cette situation ? L’écrivain propose une démarche visant à :

– Reconnaître où la lettre-Le Coran et la tradition- prédispose à une lecture intégriste.

– Analyser les courants de l’Islam qui offrent des voies ou des encouragements à ceux qui ne retiennent de son sens que ce qui appelle à la guerre.

Les sectateurs qui sont à l’origine de cette opération (11 septembre) ont universalisé l’anathème, l’excommunication et le jihâd (guerre sainte) alors que la tradition a souvent été prudente lorsqu’elle touchait à ces questions.

M. Meddeb se demande : « Par quelles épreuves ou par quelle éducation est passé le sujet capable de se réjouir du crime ? »
Il y voit des raisons internes et des raisons externes. Dans cette réflexion, il se penche surtout sur les raisons internes, sans occulter les autres : « Il est du rôle de l’écrivain de pointer les dérives des siens et d’aider à leur ouvrir les yeux sur ce qui les aveugle. Je tiens, comme on dit, à commencer par balayer devant ma porte ».

Comment guérir l’Islam de sa maladie ? M Meddeb donne la parole à M Mohammed Charfi, ministre de l’éducation nationale de la Tunisie (1989/1994) : « L’enseignement dans les pays arabo- islamiques actuellement est de nature à favoriser la montée de l’intégrisme. Il a besoin d’être expurgé de tous les propos contraires aux droits de l’homme et aux fondements de l’Etat moderne. Avec une réforme radicale des systèmes éducatifs…. L’école pourra, à moyen terme, contribuer à guérir la société de l’extrémisme religieux. » Phrase exemplaire, est-elle entendue ? Au moment où l’on fête des 60 ans des droits de l’homme et ou les pays islamiques se figent dans des demandes intégristes, on peut en douter.

En ces temps troublés ou le recul sur les évènements s’impose, cet essai mérite notre attention.

Chantal Crabère

A lire : « La maladie de l’Islam » de Abdewahab Meddeb aux Editions du Seuil

* Ecrivain et poète né à Tunis, A Meddeb vit à Paris. Il enseigne la littérature comparée à Paris X -Nanterre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.