La patrimoine français évolue…

Publié le 13 septembre 2010 - par

Le saviez vous ? Le patrimoine français évolue.. Et à quelle vitesse ! Mais que signifie ce mot ? Wikipedia (1) nous explique :

“D’un point de vue culturel, le “patrimoine” peut se définir comme l’ensemble des biens, matériels ou immatériel, ayant une importance artistique et/ou historique certaine, et qui appartiennent soit à une entité privé (personne, entreprise, association….) ou à une entité publique (commune, département, région, pays…) et qui est généralement préservé, restauré, sauvegardé et généralement montré au public, soit de façon exceptionnelle (exemple des “Journées européennes du patrimoine” qui ont lieu un weekend par an au mois de septembre), soit de façon régulière (château, musée, église…), gratuitement ou au contraire par l’intermédiaire d’un droit d’entrée et de visite payant.

[…]

Le patrimoine fait appel à l’idée d’un héritage légué par les générations qui nous ont précédées, et que nous devons transmettre intact ou augmenté aux générations futures, ainsi qu’à la nécessité de constituer un patrimoine pour demain. On dépasse donc largement la simple propriété personnelle (droit d’user et d’abuser selon le droit romain). Il relève du bien public et du bien commun. ”

Nous voilà renseigné.. Le patrimoine est quelque chose qui nous a été légué par les générations précédentes, à fort intérêt artistique et/ou historique. Cela concerne les bâtiments à l’architecture unique, qui attirera l’œil, ou, plus généralement, les bâtiments reliés à l’Histoire, qui forgent l’âme de la ville, puis du pays. Les exemples sont nombreux, et, pour citer les plus populaires, la Tour Eiffel, qui a un haut intérêt artistique (rappelons qu’à l’origine, elle avait été construite pour l’exposition universelle de Paris, en 1889, et qu’il n’était pas certain qu’elle soit gardée par la suite), Notre Dame de Paris, ayant un énorme intérêt artistique elle aussi, mais aussi historique puisque commencée en 1163, ou l’Arc de Triomphe, à haute valeur historique surtout (sous les ordres de Napoléon Ier, au lendemain de la bataille d’Austerlitz).

On peut donc facilement dire qu’aucun bâtiment nouveau, à l’heure actuelle, ne puisse être considéré comme faisant du patrimoine, parce qu’il faudra plusieurs années avant qu’il ne s’inscrive dans cet ordre ; si il est d’un grand intérêt artistique, il faudra attendre que plusieurs milliers de personnes le visitent et que sa renommée avance, et, si l’intérêt est historique, il faudra attendre un évènement marquant.

Mais pourquoi je parle de patrimoine ? C’est simple, pourtant. Je viens de lire un fait totalement absurde, qui m’a fait dresser mes cheveux sur la tête, pour deux raisons..

Si vous ne le saviez pas, la journée du patrimoine aura lieu, cette année, les 18 et 19 septembre 2010 (2). Bonus : cette année, le thème général est : “Les grands Hommes – Quand femmes et hommes construisent l’Histoire.” Pourquoi c’est un bonus ? J’y reviendrai.

Connaissez vous Farrésberviller ? J’en doute. C’est une ville de Lorraine (57), qui, comme toutes les autres villes, proposent sa journée du patrimoine. Jusque là, rien de bien spécial, me direz vous. Et pourtant.. Si on lit leur programme, on pourra y lire quelque chose d’assez “intéressant” (3) : “A l’occasion de la Journée du Patrimoine la commune de Farébersviller vous propose de visiter librement différents lieux : la maison des Arts, l’église Saint-Jean Baptiste, l’atelier des Arboriculteurs, la chapelle Saint-Antoine, la Mosquée El-Hijra, l’église Sainte-Thérèse et la ferme du Bruskir.”

Oui oui, vous avez bien lu, une mosquée sera visitée. Si on cherche un peu, on pourra facilement découvrir que la mosquée… N’a même pas 20 ans (4) : elle a été achevée en 1994. En quoi c’est un patrimoine, dans ce cas ?

Première horreur, donc. Les mosquées commencent à être assimilées au patrimoine français. Veuillez m’excusez, mais je doute fortement que ce patrimoine nouveau n’attire, comme le fait nos églises, nos constructions, notre réel patrimoine, des touristes. Au contraire, même : je doute que beaucoup de monde viendront si ils savent que la France devienne identique à un pays musulman. Parce que l’intérêt historique n’aura pas vraiment de valeur, parce que son originalité sera dispersé, mais aussi et surtout, parce que les pays musulmans, pour leur grande majorité, n’ont pas pour vocation l’accueil des touristes : ils n’ont accès qu’à peu de chose, peu de confort, mais surtout, leur sécurité n’est pas assurée, ou rarement. Étrange, la France, pour ses propres citoyens (5), pour ses propres forces de l’ordre (6) (vous m’excuserez de ne mettre qu’un lien pour l’exemple, mais si je me mettais à y mettre tout les exemples, la liste serait trop longue), a de moins en moins capacité à les protéger…

Et un patrimoine de moins de 20 ans ? Quel intérêt ? Personnellement, je ne me sens aucunement attiré par ce “patrimoine” : si plus de 2000 mosquées (sic) existent en France, ce n’est aucunement de par la volonté des Français.

Mais revenons au sujet du jour, soit, cette commune qui veut faire visiter aux gens sa mosquée. Revoyez le lien que je vous ai donné tantôt (3). A la fin du texte, avant les horaires, il y’a cette phrase inouïe : “Prévoir un foulard pour les femmes à l’occasion de la visite de la mosquée.” Boum.

Oui, vous avez bien lu, il faudra se couvrir, pour les femmes. Et encore, elles peuvent se targuer d’être contentes, généralement, l’accès à la mosquée leur est interdit. Alors, je reviens sur le thème général de la journée du patrimoine 2010 : “Les grands Hommes – Quand femmes et hommes construisent l’Histoire.”

Pas mal, non ? “Quand femmes et hommes”. Oui, dans les mosquées, et dans l’islam, il est vrai que les femmes ont un rôle majeur !

Mieux encore : l’école de Farébersviller veut faire visiter la mosquée à ses élèves. Et devinez quoi ? Il faudra bien évidemment que les filles se couvrent (7).

Je ne sais que dire. Comment peut-on oser faire une telle demande, à des élèves, dans une école républicaine ?

Qu’ils visitent la mosquée, même si je trouve l’idée totalement grotesque, pour endoctriner “enrichir” les élèves, pourquoi pas. On pourrait toujours demander pourquoi il ne faudrait pas, dès lors, leur faire visiter des monastères, des temples hindous, etc, etc, mais passons.

Mais qu’il faille se plier à leurs règles, alors qu’ils ne sont que des visiteurs ? Et alors que les musulmans (et les évangéliques, d’ailleurs) refusent de mettre un seul pied dans une église ?

Dans mon enfance, j’ai eu l’occasion de visiter un monastère, avec des moines, totalement retirés de la société. Et pourtant, aucune obligation nous était imposé : on priait si on le voulait, et on a pu faire des activités sans aucune réprimande. Si on suit le contexte islamique, à leur place, ils nous auraient rasés, mis en tenue de moine, demander à ce que l’on mange comme eux, que l’on prie régulièrement, etc.

Pourquoi ? Tout simplement car, contrairement à ce qu’on tente de nous faire croire, l’islam est d’une intolérance énorme : chaque manquement à leurs fondamentaux est considéré comme un affront personnel, et, dans ce contexte, il est inutile d’essayer de discuter avec eux.

La preuve : la ville de Farrésberviller leur offre la possibilité de présenter à un plus grand nombre leurs activités, leurs mœurs, leur religion, et eux, que font-ils ? Directement, sans discussion aucune, ils obligent les filles et les femmes à porter le foulard. On leur donne la main, ils prennent le bras. Et je suis certain que les élèves devront se prosterner, on a déjà vu cela, pour eux, c’est normal, or ; lors d’une visite d’une église, d’une cathédrale, rien ni personne ne nous oblige à prier. Ni même à faire le signe de croix ! La seule obligation, que je trouve légitime, surtout lors d’une messe, c’est de ne pas faire de bruit. Logique.

Mais eux, quand on sait qu’ils refusent même de mettre un seul pied dans l’enceinte, considérant que le lieu est maudit ou je ne sais quoi, cela prouve, encore une fois, leur intolérance totale et leur endoctrinement extrême, alors même que, j’en suis certain, la majorité, pour ne pas dire la totalité, n’ont jamais essayé d’apprendre par eux même ce qu’était ces églises, ces cathédrales : on leur a fourni une explication, tronquée, et ils sont satisfaits : aucune remise en question, aucune remise en cause.

Ça me rappelle cet imam, dont j’ai omis le nom, qui se vantait de n’avoir lu, dans toute sa vie (!), qu’un seul et unique livre : le coran. Et il osait, il en était fier, prétendre que les vrais musulmans devaient faire pareil, parce que le seul livre qui vaille la peine d’être lu, c’était le coran.

La grande interrogation était, dès lors : “comment pouvez vous parler d’une chose dont vous ne connaissez rien ? Comment osez prétendre que les livres sont inutiles alors que vous n’en connaissez aucun ?”

Cet imam est, pour moi, une représentation assez juste de l’islam : la connaissance par la méconnaissance : par les légendes, les racontars, les on-dit, les ragots, par des gens qui ne connaissent de la vie que la leur : combien de femmes ont été lapidés parce qu’elles étaient soit disantes infidèles ?

Je pensais que l’éducation progressait : en voyant l’islam, honnêtement, j’ai l’impression du contraire. Il suffit de regarder dans nos écoles, dont le programme ne cesse de rapetisser, pour endiguer les échecs, où les musulmans refusent tout dialogue sur la Shoah, le christianisme, Charles Martel, etc.

Olivier Pfister

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrimoine_%28culture%29

(2) http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/node/133

(3) http://www.mylorraine.fr/farm-heritage-day-farebersviller,article4023.html

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_mosqu%C3%A9es_de_France

(5) http://www.dailymotion.com/video/xeqkoh_quot-les-voyous-ont-gagne-quot_news

(6) aulnay-sous-bois-un-policier-blesse-hier-soir-lors-d-un-controle-routier-09-09-2010-1061456.php?xtor=EREC-109

(7) semainedupatrimoine.jpg , tiré de http://www..bivouac-id.com/2010/09/10/semaine-du-patrimoine-en-lorraine-foulard-obligatoire-pour-les-filles-d%E2%80%99une-ecole-publique/

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi